OM - Rolando : "Sixième, ce n’est pas la place qu’on veut"

Commentaires()
AFP
Présent en conférence de presse ce vendredi, Rolando a évoqué les difficultés phocéennes en ce début de saison, mais aussi les ambitions du club.

"Je vais très bien. J'ai repris avec le groupe, j'ai retouché le ballon pour la première fois aux côtés de mes partenaires. J'y suis allé doucement, mais la bonne nouvelle, c'est que j'ai repris avec eux", avait confié le défenseur Rolando à La Provence, le 13 octobre dernier, lui qui se remettait doucement d'une rupture du tendon d'Achille. Une blessure nécessitant une convalescence importante, qui a d'ailleurs permis à l'ancien du FC Porto d'observer non sans un certain recul le début de saison mitigé de ses partenaires à l'Olympique de Marseille, assez loin des espérances. 

Adrien Rabiot Rolando Marseille PSG Ligue 1 22102017

L'article continue ci-dessous

En effet, sixièmes au classement de Ligue 1 mais finalement assez proches de leurs objectifs, sur un plan comptable qui plus est, les protégés de Rudi Garcia sont moins séduisants que la saison passée, déjà éliminés de la Ligue Europa, eux qui étaient parvenus à aller jusqu'en finale de cette même compétition lors du dernier exercice. Néanmoins, si l'OM n'affiche pas les mêmes garanties, tout n'est pas à jeter selon Rolando. 

"On ne peut pas chercher d’excuses, il faut avoir le mental"

"Il ne nous manque que trois points pour être sur le podium, ça peut aller très vite. On court derrière. Sixième, ce n’est pas la place qu’on veut, mais en 2-3 matches, on peut revenir. On a les qualités pour, on doit le prouver maintenant. On a l’effectif, le coach, le staff, tout pour réussir. On doit remonter. On n’a jamais d’excuses, on n’en cherche pas. Il faut accrocher la Ligue des Champions pour la jouer l’année prochain. On dit qu’on est fatigués de jouer mais on bosse 38 journées pour y être. On ne peut pas chercher d’excuses, il faut avoir le mental", a-t'il confié en conférence de presse ce vendredi. 

Une chose est sûre, si la situation n'a certes rien d'alarmante, les marseillais devront montrer un autre visage ces prochaines semaines, sous peine de s'exposer à une énième désillusion au mois de mai prochain. Et cette fois-ci, force est de constater que l'ambitieux projet phocéen pourrait en prendre un sérieux coup, d'autant que des départs importants, celui de Florian Thauvin en tête de file, devraient être à l'ordre du jour. 

Fermer