OM-Rennes - Les mots très forts du président Nicolas Holveck

Nicolas Holveck
Getty
Le président rennais s'est confié sur les évènements survenus à la Commanderie et invite à une prise de conscience collective. Trop c'est trop !

L'Olympique de Marseille est au coeur de la tourmente. Samedi, son centre d'entraînement a été envahi par des supporters, à quelques heures du coup d'envoi de la rencontre face au Stade Rennais, venus manifester leur mécontentement. Un évènement qui a provoqué le report de la rencontre face aux Bretons, alors qu'un joueur de l'OM aurait été touché par un projectile. Ces actes ont été fermement condamnés par le propriétaire de l'OM, Frank McCourt et le président Jacques-Henri Eyraud.

"C'est juste une décision de bon sens, de rationalité"

Ce lundi, c'est au tour de Nicolas Holveck, le président du Stade Rennais, de s'exprimer sur ces évènements, dans des propos rapportés par France Football. Le dirigeant, choqué et remonté, a livré un discours fort, grave. "J'étais en relation avec des personnes très proches de l'OM ou qui étaient à l'intérieur, et donc je savais que l'atmosphère devenait de plus en plus pesante. Ça s'est transformé en débordements immaîtrisables, avec des comportements extrêmement graves, avec des gens à l'intérieur en panique. Donc, j'avais tous ces éléments depuis l'hôtel où l'on était au vert", a d'abord raconté Nicolas Holveck, qui s'est tout de suite montré coopératif.

Banderole Eyraud Marseille Rennes

L'article continue ci-dessous

"Et la plus grosse crainte des autorités locales, c'était le transport des joueurs de l'OM de la Commanderie au stade. Donc, la décision de prendre acte du report a été très rapide, je pense que c'est juste une décision de bon sens, de rationalité", a-t-il confié. Selon lui, cela n'arrive malheureusement plus qu'en France...

"Il est temps de réagir, ce qui s'est passé est juste intolérable"

"Aujourd'hui, je pense qu'on est le seul pays du Big 5 à vivre ce genre d'événements, c'est vraiment dramatique. Dans les années 80, les clubs anglais ont été sanctionnés de ne plus pouvoir jouer de Coupe d'Europe car les supporters se battaient avec les supporters d'en face et chez nous, les supporters se battent avec leurs joueurs... J'espère que les pouvoirs publics et la Justice vont prendre conscience que ces gens-là sont extrêmement dangereux et qu'il est temps de les sanctionner à la hauteur que cela mérite, car sinon on ne s'en sortira jamais. Et si on veut du monde dans les stades en temps normal, il est temps de réagir, ce qui s'est passé est juste intolérable".

Enfin, Nicolas Holveck s'est montré clair : le match ne sera pas remporté sur tapis vert par les Rennais. "Zéro chance de gagner là-dessus réglementairement. Je comprends que les supporters soient déçus et qu'ils pensent que Rennes a baissé sa culotte, mais ce n'est pas le cas du tout. Avoir à décider de ce genre de situation, on ne peut pas le faire avec ses émotions, il faut être pragmatique, donc rajouter du chaos au chaos pour rien ou par un caprice, ce n'est pas ma conception", a-t-il assuré.

Fermer