News Résultats en direct
Ligue 1

OM-Dijon : Olympique de McCourt, An I

10:53 UTC+2 06/08/2017
Clinton N'Jie Marseille
Après quelques mois de transition, le club marseillais entame sa première saison depuis le rachat de l'Américain. Avec ambition et prudence.

Cette fois, c'est parti ! Après la mise en bouche contre les Belges d'Ostende en tour préliminaire de l'Europa League, l'Olympique de Marseille entame sa première saison de Ligue 1 sous la direction de l'Américain Frank McCourt qui avait racheté le club en août 2016 avant d'en prendre totalement le contrôle en octobre. La nomination d'un président, d'un entraîneur et d'un directeur sportif furent ses premières décisions. Le mercato de janvier donna un premier aperçu de ses moyens financiers et de son ambition. Hors du terrain, les bases d'une institution du XXIe siècle ont été scellées. Formation, partenariat avec la Ville autour de la gestion d'équipements municipaux dont le stade vélodrome, centre d'entraînement, scouting, de nombreux chantiers ont été ouverts. En finissant 5e, l'OM dirigé par Rudi Garcia a fait mieux que prévu pour ce qui était clairement une saison de transition entre deux ères. Aujourd'hui, celle de McCourt, symbolisée par le fameux slogan OM Champions Project, débute pleinement. C'est sous ce prisme qu'elle sera jugée désormais.

Rudi Garcia : "Commencer à domicile, ce n'est pas un cadeau"

En annonçant modestement vouloir "faire mieux que la saison dernière", la direction olympienne la joue profil bas. Car malgré la concurrence du Paris Saint-Germain, de Monaco, de Lyon voire même de Nice, Bordeaux ou Lille, on imagine mal cet OM ne pas lutter pour le podium. Face aux gros investissements réalisés, une qualification pour la prochaine Ligue des champions est un objectif presque vital pour valider la progression du club. Depuis sa prise de pouvoir, Frank McCourt, qui avait annoncé son intention d'investir 200 millions d'euros, a déjà injecté plus de 80 millions. Quatre recrues en janvier (Payet, Evra, Sertic, Sanson), quatre autres (Mandanda, Rami, Gustavo, Germain) depuis le début de l'été, ont permis de remodeler l'équipe en profondeur. Pour juger si l'OM peut regarder encore plus haut, on devra attendre la fin de ce mercato estival. Car Jacques-Henri Eyraud avait annoncé que le temps fort interviendrait à ce moment-là. Pour l'heure, force est de constater que l'OM avance masqué. Le mois d'août devrait donc livrer le premier verdict sur ce projet McCourt. Si l'effectif offre des garanties, il ne semble pas encore en mesure de titiller les sommets. Un défenseur central, un latéral (ou deux), un milieu supplémentaire et le fameux grand attaquant sont encore attendus. Sans ça, l'OM afficherait quelques manques.

Malgré une pré-saison encourageante, la prudence reste de mise

Jusqu'ici, l'OM n'est qu'une jolie promesse. Les recrues sont déjà intégrées et le groupe vit bien sous la houlette de Rudi Garcia. Les six victoires et le nul de la préparation de juillet ont provoqué l'optimisme. La qualification en coupe d'Europe a confirmé cette impression. Mais seule une brillante entrée en championnat, face à Dijon au stade Vélodrome, lancera un élan. 

En tribunes, les supporters sont dans le même état d'esprit. La campagne d'abonnements, qui s'est achevée le 13 juillet, a séduit 28085 personnes (hors loges). En hausse par rapport à l'an dernier évidemment mais pas de quoi sauter au plafond. Les supporters espéraient de grandes annonces. Ils attendent toujours. Une nouvelle période d'abonnements devrait d'ailleurs s'ouvrir dans la dernière quinzaine d'août. Elle pourrait même se prolonger jusqu'à début septembre après la clôture du mercato... Si l'OM parvient à signer une star, nul doute que le stade se remplira comme par enchantement.

En coulisses également, cette saison s'annonce passionnante. L'OM tentera de trouver un accord avec Arema pour obtenir la gestion du stade 365 jours par an. Les dirigeants poursuivront leur quête d'un terrain capable d'accueillir un nouveau centre d'entraînement puisqu'ils se sentent à l'étroit à la commanderie. Les partenariats avec les clubs locaux se poursuivront, probablement au-delà des frontières des Bouches-du-Rhône.

L'OM ne s'est pas transformé en ogre en moins d'un an mais la mutation est spectaculaire. Le cap est fixé mais le chemin est encore très long. Rappelons que pour l'ouverture de la saison 2016-2017 contre Toulouse, l'OM de Franck Passi, présidé par Giovanni Ciccolunghi, avait réalisé un piètre nul (0-0). Seuls Sakai et Thauvin du onze actuel avaient débuté ce jour-là. Cela aide à relativiser les impatients allergiques à la tisane.