OL - Pas encore à plein régime, Moussa Dembélé prend son envol

Commentaires()
Getty
Bien meilleur depuis quelques semaines, Moussa Dembélé a passé une phase d’intégration difficile. Il est désormais un élément phare de l’OL.

Quelques minutes seulement après le coup d’envoi, Moussa Dembélé s’arme d’une mitraillette imaginaire et arrose la pelouse de la Meinau puis le ciel strasbourgeois. L’attaquant lyonnais, qui vient de marquer son 10e but sous les couleurs lyonnaises, peut bien célébrer tant il appuis sur la gâchette ces dernières semaines. Même si le résultat nul (2-2) viendra ternir sa prestation, l’international Espoirs inscrira un second but - son deuxième doublé consécutif en Ligue 1 - pour porter son total à 11 réalisations et ainsi prouver statistiquement que tout va mieux pour lui à Lyon. Le fruit d’un travail fourni pour s’intégrer pleinement au projet collectif de son équipe.

Un attaquant complet qui manque encore d’efficacité

Il y a un peu plus de trois mois, Moussa Dembélé était envoyé en tribunes par Bruno Genesio pour le match retour de la phase de groupes face à Manchester City. Une sanction sportive infligée à l’attaquant de 21 ans qui ne marquait alors que très peu et qui ne se satisfaisait pas de sa situation au sein de sa nouvelle équipe. Depuis, l’eau a coulé sous les ponts et Moussa Dembélé s’est mis dans le sens du courant. "Son évolution est très positive, jugeait Bruno Genesio mardi en conférence de presse au Camp Nou. Il a eu des débuts difficiles mais c'est normal pour moi. C'est toujours compliqué pour un jeune joueur qui arrive d'un autre championnat, il faut s'adapter à la vie, au groupe, aux entraînements. Ce qui est important c'est qu'il a continué à se battre et à travailler".

L'article continue ci-dessous

Moussa Dembélé

Alors qu’il ne parvenait pas à se créer de véritables situations, ni à pleinement s’intégrer dans l’identité de jeu lyonnaise, Moussa Dembélé a su faire évoluer son jeu en réduisant les courses en profondeur au profit d’un jeu en pivot qui donne plus de ressort aux siens. « Je trouve qu'il a fait énormément de progrès dans la transition offensive-défensive et dans son jeu dos au but, analysait Genesio à Barcelone. C’est très important pour une équipe comme la nôtre ». Au coeur d’actions où il figure désormais plus comme un rouage que comme un finisseur, le jeune attaquant de 21 ans se crée paradoxalement plus de situations de marquer et augmente son capital confiance. Une palette complète qui souffre encore d’un petit bémol : l’efficacité. À titre d’exemple il est, en 2019, le joueur qui manque le plus de grosses occasions toutes compétitions confondues (16, à égalité avec Mbappé) et possède un taux de conversion de 33% encore trop faible pour le plus haut niveau.

Quoi qu’il en soit, le Dembélé nouveau s’est lâché et joue avec moins d’entraves qu’à ses débuts entre Rhône et Saône. Avec 11 buts au compteur (en 23 matches mais seulement 15 titularisations, ndlr), il s’inscrit dans des lignées de renom en devenant le premier joueur français à atteindre au moins ce total lors de sa première saison à l’OL depuis Steeve Marlet il y a quasiment 20 ans. « Il faut toujours un temps d’adaptation dans une nouvelle équipe, concluait son capitaine Nabil Fekir devant la presse. Ça a été un peu compliqué pour lui mais aujourd’hui il nous fait énormément de bien et j’espère que demain il va continuer sur cette lancée là ». Alors que beaucoup considéraient la succession de Mariano Diaz trop difficile à porter, l’ancien du Celtic commence à se rapprocher des chiffres du Madrilène qui se situe encore à 10 longueurs devant. Mercredi, face au Barça pour le match le plus important de sa jeune carrière, Moussa Dembélé serait bien inspiré de réduire encore cet écart d’une ou deux unités. Là, il serait définitivement bien adopté.

Fermer