News Résultats en direct
Ligue 1

OL - Tatarusanu : "L’entraîneur a pris une autre décision et je la respecte"

17:45 UTC+2 06/09/2019
Ciprian Tatarusanu Davide Astori Funeral
Remplaçant à l'OL et titulaire avec la Roumanie, Ciprian Tatarusanu a nuancé ses récents propos jeudi soir, lui qui avait tapé du poing en juillet.

Zéro match au compteur sous ses nouvelles couleurs, mais déjà plusieurs polémiques à son actif en seulement quelques semaines. Arrivé à l'Olympique Lyonnais cet été en provenance du FC Nantes où il était en fin de contrat, le portier roumain Ciprian Tatarusanu ne s'est pas fait discret depuis son arrivée. Et pour cause, celui qui doit se cantonner à un rôle de doublure d'Anthony Lopes depuis le début de saison, n'a pas franchement apprécié. 

Apparu déterminé lors de sa présentation aux médias début juillet, Ciprian Tatarusanu avait en effet surpris tout son monde dans le Rhône, y allant de son coup de gueule à l'encontre des dirigeants lyonnais. "Quand j’ai parlé pour la première fois au club, j’ai demandé pourquoi ils avaient besoin d’un autre numéro un. Florian Maurice m’a répondu que les grandes équipes avaient besoin de deux grands gardiens. Personne ne m’a dit que je serai numéro deux. Je ne serais pas venu si l’on m’avait dit ça", avait-il pesté, le 13 juillet dernier, visiblement remonté par sa situation. 

"L’entraîneur a pris une autre décision et je la respecte"

Cantonné à un rôle de doublure depuis le début de la saison, l'ancien du FC Nantes était néanmoins titulaire avec sa sélection jeudi soir. Le portier n'a pas été en mesure d'empêcher la défaite de la Roumanie face à l'Espagne (1-2), mais a profité de l'après match pour tempérer quelque peu ses récents propos, accordant quelques mots au micro de la chaîne L'Equipe TV. 

"Un joueur n’est jamais content quand il ne joue pas. Pour l’instant, Sylvinho ne m’a pas donné ma chance. Je veux jouer mais pour l’instant, l’entraîneur a pris une autre décision et je la respecte. Je n’ai pas peur pour ma place en équipe nationale. L’entraîneur (Cosmin Contra) a une grande confiance en moi", a ainsi expliqué le portier, qui s'était légèrement fait remonter les bretelles par son président Jean-Michel Aulas.