Noël Le Graët sur la Réforme de la Ligue des champions : "Pas la peine de rêver"

Commentaires()
getty
Le président de la FFF Noël Le Graët est formel : "la ligue fermée" prônée par l'Association européenne des clubs (ECA) "n'existera pas".

Suite à l'assemblée générale extraordinaire de l'Association européenne des clubs (ECA) avec pour thème la défense du projet controversé de réforme de la Ligue des champions favorisant les grosses écuries qui s'est tenue à Malte jeudi et vendredi, le président de la FFF Noël Le Graët a indiqué ce samedi que le projet n'avait aucune chance d'aboutir :

Les Bleueus ont passé le test émotion avec brio

"La ligue fermée n'existera pas, ce n'est pas la peine de rêver. Ceux qui veulent la faire se trompent. L'UEFA a pris les choses en main, la réforme proposée a été rejetée, elle ne sera pas retenue. L'UEFA va faire travailler un groupe de travail dont je ferai partie avec d'autres, au mois de juillet, début septembre. Il y aura des décisions prises pour octobre », a ainsi tonné le cacique français lors de l'assemblée générale de la FFF.

L'article continue ci-dessous
Si c'est pour donner cent sous de plus à Neymar ou Mbappé ou à d'autres

Pour rappel, le projet prévu par l'ECA pour l'après 2024 envisage 24 équipes sur 32 qui seraient automatiquement reconduites en C1 lors de chaque exercice et seulement quatre strapontins resteraient accessibles à travers les compétitions domestiques.

Noel Le Graet France 18032017

.« C'est quelques petits grands clubs qui se sont réunis mais ça ne sert pas à grand-chose. Ils prennent de la place, mais n'oubliez pas que l'Europe c'est 52 pays, et qu'on a toujours intérêt à trouver un équilibre, a rappelé Le Graët. L'Europe de l'ouest a déjà assez d'argent. Si c'est pour donner cent sous de plus à Neymar ou Mbappé ou à d'autres, ça ne sert à rien. On a besoin de compétitions nationales. Le football français progresse, on a besoin de protéger nos équipes nationales et nos championnats nationaux. Ça n'a aucune chance de passer. », a ajouté le dirigeant dans des propos relayés par l'AFP.

Fermer