News Résultats en direct
Nice

Nice, Vieira : "Je suis moins dans le dialogue"

13:41 UTC+1 10/01/2020
Patrick Vieira Nice Ligue 1
L'entraîneur français a analysé sa méthode de fonctionner depuis ses débuts en Ligue 1 et se voit rester chez les Aiglons longtemps.

Patrick Vieira a été la belle surprise de la saison dernière. Pour sa première année sur un banc de touche en Ligue 1, le Français a dû bricoler et s'en est sortie à merveille malgré un effectif limité. Avec l'arrivée d'INEOS cet été à Nice, le champion du monde 1998 a désormais d'énormes attentes autour de lui. Dans une interview accordée à L'Equipe, Patrick Vieira a évoqué les attentes autour du projet INEOS et considère faire le même métier que la saison dernière même s'il a davantage de moyens cette saison.

Un mercato calme à Nice selon Vieira

"Oui, car il faut toujours trouver des solutions pour gagner des matches. Avec plus de potentiel, plus d'options. Mais le problème, c'est qu'Ineos a pris le dessus dans l'esprit des gens, alors qu'on n'a pas encore trouvé les joueurs pour franchir des paliers. On est jugés par rapport à ce que représente Ineos mais il faut du temps. La réalité, c'est qu'on a un groupe meilleur que l'année dernière mais avec beaucoup de nouveaux joueurs qui ne savent pas ce qu'est le haut niveau. La pression est beaucoup plus forte mais ça ne me fait pas peur du tout. Les gens sont beaucoup plus durs avec moi, c'est normal, c'est l'ambition du club. Si je ne veux pas vivre avec, je fais autre chose", a expliqué le champion du monde 1998.

Patrick Vieira a révélé la décision la plus compliquée qu'il a du prendre en tant qu'entraîneur : "Devoir sortir Mario (Balotelli) ou Allan (Saint-Maximin) de l'entraînement, ça ne m'a vraiment pas plu car c'était un peu contre-nature. Je ne pensais pas que j'allais devoir le faire. On avait l'an dernier des joueurs qui ne se sentaient pas concernés par le collectif et ça m'a posé problème. Quand je jouais, je ne me souviens pas d'un entraîneur qui ait dégagé un mec d'une séance... Enfin si, c'était Mario à l'Inter Milan (rires) ! Je garde ces épisodes en tête et ça traîne car je n'aime pas ça. Mais je suis obligé de le faire pour l'effectif".

"J'ai pensé à partir"

L'entraîneur français a confié qu'il évolue dans sa manière de diriger son groupe : "Je prends un peu plus de distance avec les joueurs. J'attends qu'ils viennent à moi au lieu d'aller vers eux. Je suis moins dans le dialogue que lors de la première saison, quand il y avait trop de proximité. Comme dit Arsène Wenger, moins un entraîneur s'explique, mieux c'est. Il doit parler quand il y en a vraiment besoin, sinon les gens se lassent. Vous ne pouvez pas non plus être en colère tous les week-ends, ça ne sert à rien".

OGC Nice, Vieira : "Amener Nice en Ligue des champions"

Patrick Vieira est revenu sur l'épisode du départ de Fournier et Rivère mais est toujours concentré sur le projet niçois : "Partir ? Je me suis posé la question. Rester seul, ça a été compliqué. Mais je ne pouvais pas partir car je me suis toujours bien senti dans ce club et je savais que je pouvais compter sur des gens pour continuer à travailler. Fred Gioria a été très important dans ces moments car il connaît très bien le club. Et quand ils sont revenus (avec le rachat du club par Ineos en août), je me suis aussi posé la question du départ. Il était important de discuter avec eux".

"J'ai dit que j'étais à Nice, à 300%, je l'ai dit non ? Cela a été toujours clair. Le futur dira si je vais réussir ou pas mais je veux amener Nice le plus haut possible. Je sens que c'est un projet pour moi, par rapport au potentiel du club, aux envies que j'ai... Il est difficile de trouver un projet meilleur car il est ambitieux et on a un outil, la ville de Nice, pour attirer beaucoup de joueurs. Ça m'excite. Si le club grandit et joue la Coupe d'Europe - ça correspond à mon ambition -, pourquoi voir ailleurs ? À court et moyen terme, j'ai vraiment envie de me projeter dans ce club. Ma tête est là et bien là", a conclu le Français.