Nice-Angers - Balotelli, un retard à l'allumage qui perdure

Commentaires()
Getty Images
Homme fort de Nice lors des 2 dernières saisons, l'Italien a beaucoup de peine à se montrer efficient cette année. Une baisse de régime inquiétante.

À trois journées de la fin de la phase aller du championnat, l'OGC Nice pointe à une honorable septième place du classement. Les Azuréens ne comptent que trois points de retard sur la quatrième place et restent sur cinq sorties sans la moindre défaite. Une dynamique séduisante qui a plusieurs explications. Il serait tentant de les énumérer, sauf si l'on cherche la contribution de Mario Balotelli dans le bon parcours réalisé. Car celui qui était l'atout numéro un du Gym lors des deux derniers exercices, n'est désormais que l'ombre de lui-même et avec un apport limité, pour ne pas dire nul, dans ce qu'accomplit actuellement la bande à Patrick Vieira. Et quand on connait l'irrégularité qu'a souvent affichée l'international italien durant sa carrière, il y a lieu de poser des questions et même de s'inquiéter.

Des statistiques indignes d'un attaquant de sa trempe

Depuis l'entame du championnat, et alors qu'il a pris part à neuf rencontres, dont huit dans la peau d'un titulaire, Balotelli n'a toujours pas inscrit le moindre but, et délivré une seule passe décisive. Des chiffres faméliques qui contrastent avec le rendement qu'il avait entre 2016 et 2018 (0,65 buts/match). Le contraste est saisissant et il suffit à lui seul pour mesurer la méforme actuelle de l'avant-centre transalpin. Et, il n'y a pas que les statistiques qui font tâche chez "Super Mario", mais aussi son attitude et les efforts qu'il fournit -ou ne fournit pas c'est selon- depuis l'entame de la saison.

Balotelli est connu pour être un joueur nonchalant, et dont le comportement ne suit pas toujours le mouvement collectif. Cette facette ne l'honore pas, et c'est ce qu'il a malheureusement donné le plus à voir ces dernières semaines. Il a d'abord commencé par manquer la reprise et attaqué l'entrainement seulement deux semaines par ses coéquipiers. Puis, il s'est signalé par son surpoids, et c'est ce qui explique pourquoi il a dû attendre le 22 septembre pour disputer son premier match de championnat en entier. Enfin, samedi dernier, l'ancien Intériste a fait parler de lui en pestant contre son entraineur à la suite d'un remplacement. Malgré une prestation des plus décevantes, il a rejoint le banc en colère et n'a même pas attendu le coup de sifflet final pour filer aux vestiaires.

L'article continue ci-dessous

Après ce match, Vieira a cherché à dédramatiser la scène. "C'est bien que les joueurs soient fâchés quand il sortent", a-t-il déclaré. Une manière intelligente d'éteindre la polémique et éviter d'être au centre de tous les débats. Toutefois, on peut imaginer que le discours en interne a été différent. Même s'il débute dans le métier, l'ancien international français n'est pas de ceux qui ferment les yeux sur les écarts de conduite de ses protégés. Il peut sévir, et il avait déjà prévenu qu'il n'y a pas de traitement de faveur sous sa coupe. "Je ne suis pas le coach personnel de Balotelli ou de Saint-Maximin, mais de l'OGC Nice".

Un cas désespéré et désespérant ? 

La mise en garde portera-t-elle ses fruits ? La question mérite d'être posée car le parcours de Balotelli rappelle que quand il est en difficulté dans un club, il est plus enclin à chercher fortune ailleurs plutôt que de se remettre en question et essayer d'inverser la tendance. À Manchester City, à Liverpool et même à Milan, il s'est rapidement isolé quand les évènements ne lui étaient pas favorables et le divorce avec le staff était alors devenu inéluctable. À Nice, le point de rupture n'est peut-être pas encore atteint, mais les éléments qui plaident en faveur d'un futur rebond sont moins nombreux qui ceux qui présagent une séparation à venir.

La star italienne a-t-il fait la saison de trop à Nice ? Là aussi, l'interrogation est tout sauf incongrue, sachant qu'il avait tout fait pour changer d'air durant le mercato, avec ce flirt avec l'ennemi marseillais. À 28 ans, et vu la faible cote dont il pâtit désormais auprès des recruteurs européens, il ne peut cependant se permettre de bouder pendant tout une saison. Son intérêt, comme celui de Nice, est d'essayer de repartir de l'avant, s'investir au quotidien et tout faire pour retrouver son niveau d'antan. En somme, tout ce qui peut être demandé à n'importe quel joueur en difficulté. Mais Balotelli n'est pas un footballeur comme les autres. Et si le constater lorsqu'il est au top est un vrai bonheur, le faire quand il est au fond du trou invite essentiellement au découragement et au fatalisme.  

Prochain article:
Strasbourg : Jonas Martin absent 2 mois
Prochain article:
Kenny Lala prolonge son contrat à Strasbourg
Prochain article:
Mercato - Klopp pense que Liverpool va recruter cet hiver
Prochain article:
PSG : Adrien Rabiot saisit la LFP pour réclamer sa réintégration immédiate
Prochain article:
Manchester United - Lukaku dénonce des "mensonges" concernant les rumeurs de départ
Fermer