Nantes-Rennes (1-1) : faut-il s'inquiéter pour le Stade Rennais ?

Commentaires()
Getty
À quatre matches de la fin du championnat, Rennes pourrait perdre sa cinquième place une semaine après avoir chuté face à la lanterne rouge messine.

Trois points sur les douze derniers possibles. Rennes marque le pas au pire moment. En plein sprint final pour la cinquième place qualificative pour la Ligue Europa. Et le match nul arraché dans la douleur vendredi à Nantes (1-1) n'a pas gommé les doutes qui entourent le Stade Rennais depuis la défaite contre Metz (1-2), la semaine dernière. "On n'a pas su maîtriser nos émotions, on n'a pas su aligner trois passes d'affilée", regrettait, amer, Sabri Lamouchi dans les couloirs du Stade de La Beaujoire. Car ce week-end, l'équipe bretonne, encore cinquième au soir du derby de l'Ouest, pourrait reculer au classement en cas de victoire de ses concurrents directs (Nice, Montpellier, Saint-Etienne).

"On a fait une première mi-temps qui ne nous ressemble pas, confiait James Léa Siliki, auteur de l'égalisation en seconde période. À la mi-temps, on s'est dit les vérités, on s'est regardés droit dans les yeux. Les joueurs cadres ont parlé, le coach a dit ce qui n'allait pas." Le carton rouge d'Emiliano Sala dès la reprise (46e) a aussi changé la donne. Au point que Rennes, dans les dernières minutes, n'est pas passé loin de l'emporter. "On n'a jamais été tête basse. On est un groupe jeune qui a la capacité de vite rebondir", rappelait Léa Siliki, heureux d'avoir permis à son équipe d'égaliser devant sa famille, mais conscient aussi que Rennes connaît actuellement un sérieux "coup d'arrêt". 

Hunou : "On garde la tête froide et on verra bien"

Dans les rangs bretons, l'inquiétude ne semblait pourtant pas de rigueur malgré les vilains signaux envoyés d'un point de vue comptable. "Quand on regarde les scénarios, il n'y a que contre Metz qu'il y a une contre-performance", précisait Romain Danzé, sorti dès la pause par Sabri Lamouchi. "Le coach était assez remonté, mais il fallait une prise de conscience de chaque joueurÇa a été fait pendant les 30 dernières minutes, mais c'est trop peu pour avancer", ajoutait Adrien Hunou.

L'article continue ci-dessous

Nantes Rennes

"Il va falloir regarder à la vidéo. Voir ce qui a été et ce qui n'a pas marché, puis en tirer des conclusions et garder ce qui a bien fonctionné", reprenait-il, avec un discours positif en prime : "On garde la tête froide et on verra bien comment ça avance." D'ici la fin de la saison, il restera quatre matches pour accrocher une qualification européenne et "ça va se jouer sur des petites choses", a annoncé l'entraîneur rennais, Sabri Lamouchi : "Il va y avoir son lot de surprises à chaque journée. Il est possible qu'on perde notre cinquième place ce week-end, mais on fera le point le 19 mai, surtout, après le match contre Montpellier, en espérant que ça se joue lors de cette rencontre."

Benjamin Quarez, au Stade de la Beaujoire

Fermer