Nantes, Halilhodzic : "La performance m'inquiète"

Commentaires()
Getty
Vahid Halilhodzic, l'entraineur de Nantes, a admis que le chantier était énorme au sein de sa nouvelle équipe après la déroute à Bordeaux.

L'aventure de Vahid Halilhodzic à Nantes ne pouvait pas plus mal commencer. À l'occasion de sa première sortie sur le banc des Canaris, le coach franco-bosnien a vu ses hommes s'écrouler complètement et essuyer un large revers (0-3). Tout en précisant que l'attitude a été bonne, le successeur de Miguel Cardoso a constaté que le mal est profond et que l'équipe court à sa perte si elle n'améliore pas dans tous les compartiments du jeu. 

"Cette performance m'inquiète. Quand on subit une telle domination tactique, technique et en vitesse, on comprend pourquoi Nantes est dans cette position. C'est tout à fait normal, a lâché un Halilhodzic fataliste. Si quelqu'un d'autre me propose ça, je ne viens jamais. Mais pour le Nantes, je ne pouvais pas refuser. Il nous reste un travail considérable".

L'article continue ci-dessous

À la question, dans quel domaine l'équipe a failli au Matmut Atlantique, l'ex-sélectionneur du Japon a ensuite livré une réponse on ne peut plus claire : "Tout !". "Physique, tactique, mental. Il nous a tout manqué. Il faut dire la vérité, a-t-il poursuivi. À la télévision, tu peux voir certaines choses mais, en travaillant avec le groupe cette semaine, tu vois ce qui ne va pas. Je pense que les joueurs se sont battus. Mais le gars, quand il est rapide et qu'il passe à côté de toi comme une Ferrari, tu peux être guerrier, il faut le rattraper. Les joueurs ont donné le maximum. Mais cela ne suffit pas".

L'étendue du travail à accomplir au FCN est énorme et rien ne garantit la réussite de la mission. Halilhodzic en convient parfaitement, mais il essaye aussi de s'accrocher sur les quelques points positifs et les mettre en avant pour que les joueurs retrouvent un peu la confiance. "On a été dominé partout, physiquement, tactiquement. Individuellement et collectivement. Mais je ne veux pas critiquer car, au départ, je savais que ce serait extrêmement difficile. La petite satisfaction, c'est peut-être la petite réaction de l'équipe en deuxième période. Mais on ne peut s'en satisfaire. À la mi-temps, j'ai dit aux gars : ''On n'est pas prêt, ni physiquement, ni techniquement, ni tactiquement''.  

 

Fermer