Mercato - Lyon et Monaco ont anticipé, Marseille est resté muet

Commentaires()
Getty
Longtemps calme, le mercato d'hiver des poursuivants du PSG s'est emballé dans les derniers jours. Excepté pour l'OM qui n'a pas bougé.

L'année dernière, les clubs français avaient profité du mercato d'hiver pour enclencher de grande manoeuvres avec les arrivées de Dimitri Payet et de Morgan Sanson à Marseille, celles de Gonçalo Guedes et de Julian Draxler à Paris ainsi que la signature de Memphis Depay à l'OL. Des arrivées significatives sur le plan financier (Marseille avait dépensé 39 M€, Paris 70M€ et l'OL 16M€...) qui avaient aussi chamboulé les effectifs à la mi-saison. Cette fois, les grosses opérations ont eu lieu entre pays voisins sans que la Ligue 1 ne vienne se mêler à la lutte. Ce qui n'a pas empêché le champion en titre monégasque et l'Olympique lyonnais de travailler pour poser les bases de la saison prochaine. 

L'OL a pris de l'avance 

Martin Terrier

Après son mercato d'été très garni, l'OL n'a pas eu besoin de la fenêtre de janvier pour réaliser les ajustements parfois nécessaires à la mi-saison. Pour anticiper les éventuels départs de l'été (Fekir, Ndombélé, Aouar, Rafaël), les dirigeants lyonnais se sont donc projeté directement sur la prochaine période de transfert pour devancer la concurrence sur des dossiers chauds. En coulisses, le club rhodanien s'est activé sur la piste menant à Martin Terrier, également courtisé par l'OM. Avec une offre de 15M€ bonus compris et la promesse de le laisser terminer la saison à Strasbourg pour contenter toutes les parties, l'OL a empoché la mise sans trop de difficulté. Et si l'arrivée de l'international Espoirs pose la question du réel intérêt de sa signature pour Lyon, celles d'Oumar Solet et de Léo Dubois répondent à une logique plus perceptible. Le premier, acheté à Laval (National) dans une opération de prêt avec option d'achat obligatoire, est un recrutement type de l'OL qui prospecte souvent dans les échelons inférieurs pour dénicher les talents en post-formation. Le second est une opportunité pour un joueur libre qui sera certainement amené à remplacer numériquement le Brésilien Rafaël annoncé sur le départ. 

Monaco, le projet avant tout

Pietro Pellegri Monaco

L'AS Monaco aurait bien eu besoin de recruter pour combler un manque dans le secteur identifié du latéral gauche. Jorge, qui ne satisfait pas totalement et qui ne souffre d'aucune concurrence réelle, continuera d'être seul jusqu'à l'été. Même si des profils - jeunes - ont été étudiés en interne, l'AS Monaco s'est surtout concentré sur un dossier mené du début à la fin par Mickaël Emenalo. Le nouveau directeur sportif de l'ASM, qui avait déjà tenté de le recruter à Chelsea, s'est lancé sur la piste de Pietro Pellegri (16 ans) pour devancer la concurrence des mastodontes italiens et enregistrer la signature du jeune prodige pour un montant record de 25 millions bonus compris. À ce prix, le surdoué de Serie A ne vient certainement pas renforcer les rangs de la réserve, même s'il est probable de le voir aligné en Youth League. Il n'en reste pas moins un élément qui devrait s'incorporer petit à petit au groupe professionnel avant d'être lancé comme une des futures têtes d'affiche. 

L'article continue ci-dessous

Rennes s'immisce dans la partie 

Le Stade rennais avait déjà frappé un coup significatif l'été dernier avec le recrutement d'Ismaïla Sarr. Sur le marché des jeunes talents des championnats de France, le club breton fait désormais preuve d'une certaine maîtrise. Alors qu'il croise l'AS Monaco sur plusieurs dossiers depuis quelques mois, sa capacité à présenter un projet convaincant ressort de plus en plus. Dans les toutes dernières heures du mercato, le club présidé par Olivier Létang a donc de nouveau tiré son épingle du jeu en recrutant pour 10 M€ le très prometteur Rafik Guitane, majoritairement considéré par les observateurs comme un des plus grands talents de la génération 1999. À 18 ans, le milieu offensif terminera la saison au Havre, en Ligue 2, avant de rejoindre la Bretagne où le projet cohérent d'un temps de jeu immédiat et d'une visibilité garantie pour l'avenir lui ont été assurés. Un recrutement qui aurait pu plaire à l'Olympique de Marseille, muet pendant ce mois de janvier où seul Doria s'est envolé. Le club phocéen devrait se montrer plus actif dans quelques mois avec, en tête, un transfert du même genre. 

 

 

Fermer