Mercato - Jean-Pierre Rivère explique pourquoi Nice n'a pas pu recruter Younès Belhanda

Commentaires()
twitter.com/GalatasaraySK
Le président de l'OGC Nice a expliqué pourquoi le retour de Younès Belhanda n'avait pas pu se faire cet été.

Auteur d'une saison remarquable à l'OGC Nice il y a deux ans, Younès Belhanda a été pressenti pour un retour sur la Côte d'Azur cet été, mais l'affaire n'a pas pu se faire.

Belhanda, qui a des performances très satisfaisantes à Galatasaray, représentait une opération trop coûteuse pour le club niçois. 

L'article continue ci-dessous

"Belhanda, c'est 4 millions d'euros de salaire net par an", a expliqué Jean-Pierre Rivère dans des propos accordés à France Bleu Azur. "Pour la France, c'est 700 000 euros par mois. On regarde avec son président s'il peut nous le prêter une année car Younès adore l'OGC Nice. Malheureusement, Younès fait de très bons matchs. C'est donc 10 millions pour un transfert et 4 millions d'euros net par an... C'est impossible pour l'OGC Nice".

Malgré ce dossier, le club peut se targuer d'avoir pu conserver Mario Balotelli au terme de l'un des feuilletons les plus palpitants de l'été. Le buteur italien, qui a été tout proche de l'Olympique de Marseille, vit sa troisième saison à Nice. Depuis deux ans, il est le meilleur buteur du Gym.

Pour rappel, l'équipe de Patrick Vieira, qui a pris la succession de Lucien Favre cet été, a dû patienter jusqu'à la quatrième journée de Ligue 1 et un déplacement à Lyon pour signer son premier succès (0-1). Une victoire qui sonne comme un nouveau départ pour la saison des Niçois.

Prochain article:
Ligue 1 : Bordeaux-Dijon décalé de samedi à dimanche ?
Prochain article:
FC Barcelone, Jordi Alba très ambitieux : "Nous visons le triplé"
Prochain article:
AC Milan, Gennaro Gattuso : "Gonzalo Higuain ne m'a jamais demandé à partir"
Prochain article:
Monaco-Nice - Le brassard, Fabregas, l'équilibre : les leviers d'Henry pour (re)lancer Tielemans
Prochain article:
Atletico Madrid, Diego Simeone concentré sur les matches : "Le Mercato ? Quoi qu'il arrive, ça se passera que je le veuille ou non"
Fermer