Matuidi, Giroud, tactique : les 5 choses à retenir de la victoire française face à la Serbie

Commentaires()
Getty Images
Le doublé de Blaise Matuidi, l'ambiance du Matmut Stadium, la déception Giroud et la confirmation du 4-3-3 : ce qu'il ne fallait pas louper de France-Serbie.

GOAL APRES-MATCH     Par  Loic Tanzi

Voila un match qui devrait en rassurer plus d'un. Les plus sceptiques continueront à dire que l'adversaire du soir n'était pas au niveau et qu'il ne sera pas présent à l'Euro en juin prochain. Mais après la prestation décevante au Portugal, les joueurs de Didier Deschamps ont offert une belle prestation aux spectateurs du Matmut Atlantique. Et ont signé une deuxième victoire en autant de rencontres pour le premier rassemblement de l'année. La fin de match compliquée n'apparait alors que comme un plus. Comme pour rappeler qu'il reste tout de même du boulot avant le début de l'Euro 216. 

Ce que vous n’avez peut-être pas entendu : l'ambiance du Matmut Atlantique

Souvent rallié pour son ambiance, le Stade de France n'aura pas gagné des points ce lundi dans le coeur des joueurs et des supporters français. La faute à un tout nouveau nommé Matmut Atlantique qui a encore prouvé que jouer en province peut être un réel avantage pour l'équipe de France. Attention, on ne dit pas ici que le stade bordelais s'est transformé en bouillonnante enceinte, mais son atmosphère était particulière et digne d'un match de la sélection nationale. Les Bordelais ont aussi su se montrer exigeants lors du temps faible des hommes de Didier Deschamps après l'heure de jeu. Prochain rendez-vous à Nice le 8 octobre pour la réception de l'Arménie à l'Allianz Riviera. 

Jusqu'où va-t-il aller ?  : Blaise Matuidi

Le septième match en l'espace d'un mois n'a pas affecté la prestation de Blaise Matuidi. Après avoir fait parler ses nouvelles qualités de finisseur en Ligue 1, le milieu de terrain du PSG s'est mis à en faire de même en équipe de France. De la tête et d'une reprise de volée, le Français a inscrit son 5e but et 6e avec l'équipe de France pour sa 37e sélection. Les mots commencent à manquer pour qualifier les prestations de Blaise Matuidi. Un joueur que tout le monde croyait pourtant limité à ses débuts. Et dont personne ne sait où sa progression pourra s'arrêter. Entre l'International Champions Cup, le Trophée des Champions, la Ligue 1 et l'équipe de France, en 2015-2016, le Parisien en est à 6 buts en 11 matches. Après 45 minutes, Didier Deschamps a choisi de ne pas tirer sur la corde en faisant sortir son milieu de terrain. 

 

 La tactique : On repasse au 4-3-3

Après la tentative d'un 4-4-2 infructueuse à Lisbonne, Didier Deschamps est revenu à son premier amour : le 4-3-3. Et ça change beaucoup de choses. Devant la défense, Morgan Schneiderlin a gagné des points dans sa concurrence avec Yohan Cabaye. Le milieu de terrain de Manchester United a été hyperactif, tout en restant très sobre. Juste ce qui est attendu de lui. A ses côtés, Blaise Matuidi et Paul Pogba se sont chargés de faire le spectacle pendant que le Mancunien a comblé les brèches et a joué le rôle d'essuie glace devant Raphael Varane et Eliaquim Mangala. 

 Le match manqué : Olivier Giroud

Dans ce 4-4-3, Olivier Giroud est beaucoup plus à l'aise que Karim Benzema. Cela s'est vu lundi, mais l'attaquant d'Arsenal a grandement péché dans la finition. A tel point que le Gunner s'est même fait siffler par une partie du public du Matmut Stadium, déçu que le Français ne soit pas arrivé à concrétiser ses nombreuses occasions. En 5 tirs, l'attaquant n'a réussi à en cadrer qu'une seule. Même dans ses points forts habituels, Olivier Giroud a failli. Il n'a remporté qu'un seul duel aérien et son pourcentage de passes réussies a été catastrophique (56%). Une soirée a très vite oublier. 

L'article continue ci-dessous

La statistique à retenir : 3

La France, championne des matches amicaux ? On a souvent entendu le refrain lors de la dernière décennie. Cela se confirme dans les statistiques. Les Bleus n'ont perdu que 3 de leur 25 derniers matches amicaux (17 victoires, 5 nuls). La Serbie, elle, est dans une spirale bien plus négative puisqu'elle n'a gagné que 3 de ses 12 dernières rencontres (3 nuls, 6 défaites). 

Fermer