News Résultats en direct
Javier Mascherano

Mascherano évoque les bruits autour de l'Argentine et a confiance en Messi

14:03 UTC+2 24/06/2018
Javier Mascherano 240618
Javier Mascherano n'apprécie pas l'ambiance autour de la sélection Albiceleste et veut renverser la tendance contre le Nigeria.

Largement défaite contre la Croatie jeudi soir (3-0), l'Argentine a encore une chance de se qualifier en huitième de finale de la Coupe du Monde. 

Pour cela, il faudra que la sélection Albiceleste s'impose contre le Nigeria, mardi (20h00), et que dans le même temps l'Islande ne gagne pas contre la Croatie, déjà qualifiée. 

En conférence de presse, Javier Mascherano est revenu sur l'ambiance autour de la sélection et la réunion entre les joueurs et le sélectionneur, Jorge Sampaoli qui, selon TyC Sports, aurait été "destitué" par les joueurs. 

LA RELATION AVEC SAMPAOLI

"Il y a beaucoup de mythes à ce sujet, les coachs consultent toujours les joueurs, qui sont les décideurs sur le terrain, ça s'est passé ici et c'est arrivé à Barcelone. La relation est tout à fait normale. Si nous voyons un quelconque malaise, nous en discuterons, il serait hypocrite de ne pas le faire car nous nuirions à l'équipe, et nous rechercherons l'avantage collectif des 23 ". 

La réunion : "Nous avons parlé de football fondamentalement, nous avons analysé les erreurs et nous pensons avoir donné la clé de ce qui rendait l'équipe émotionnellement inconfortable, mais il ne faut pas tout attribuer au contexte émotionnel, l'adversaire joue aussi."

COMMENT EST MESSI

"Dans un groupe collectif où les choses ne marchent pas, nous avons tous nos frustrations, Leo est aussi un être humain, mais il a hâte de renverser la situation, comme tout le monde."

MYTHES ET POLITIQUE

"J'ai été accusé de m'être battu avec Banega mais hier il y avait une vidéo où quelqu'un du football, un entraîneur (Caruso Lombardi) a commencé à parler et il était une personne terrible pour le football argentin. ils savent qui est qui dans ce sport . Et la plupart d'entre vous (les journalistes, ndlr) sont également responsables parce que vous rendez cela viral."