Marco Asensio : et maintenant, la sélection espagnole

Commentaires()
Getty Images
Le jeune milieu offensif du Real Madrid crève l’écran en 2017. Il lui reste à s’imposer désormais avec la Roja. Une simple formalité ?

Avec Kylian Mbappé, il est sans aucun doute le jeune joueur qui a le plus progressé cette année. Dernier coup d’éclat en date, son doublé contre Valence (match nul 2-2) en Liga : deux frappes surpuissantes qui ont permis au Real Madrid de préserver le score de parité. Asensio réussit ainsi un début de saison impressionnant : deux réalisations face à Barcelone en Supercoupe d’Espagne et un but contre Manchester United, lors de la Supercoupe d’Europe. Il n’en fallait pas plus pour que les supporters madrilènes réclament sa présence à chaque rencontre plutôt qu’un Gareth Bale qui continue de balbutier son football depuis son retour de blessure.

L'Allemagne s'impose dans la douleur face à la République Tchèque

Une certaine concurrence au sein de la Roja

Asensio incarne avec d’autres jeunes (Ceballos, Theo Hernandez, Llorente et Mayoral) une nouvelle génération talentueuse qui va devoir prendre le flambeau au sein de la Maison Blanche. Ses prestations de plus en plus régulières et abouties ont, en tout, cas conquis son entraîneur, Zinédine Zidane. "Il donne beaucoup de plaisir à tout le monde, surtout à nos fans. Moi je suis content, il ne surprend personne, il est juste dans sa progression, il est en train de montrer qu'en l'achetant Madrid a fait le bon choix, et point. On est tous contents de ce qu'il fait et j'espère que ça va continuer comme ça."

L'article continue ci-dessous

Star montante des Merengue, Marco Asensio va désormais devoir confirmer ce nouveau statut dans la sélection espagnole, où la concurrence à son poste est encore plus compliquée. Pour animer le jeu de la Roja, le sélectionneur Julen Lopetegui dispose de nombreuses options. Rien que dans le secteur offensif, il possède Pedro, Suso, Deulofeu, Saul Niguez, Isco et Lucas Vazquez dans son groupe pour les rendez-vous de septembre, face à l’Italie et contre le Liechtenstein.

En faux 9 face à l'Italie ?

Jusque-là, la natif de Palma de Majorque a légèrement découvert l’équipe nationale. Sa première sélection remonte à la Géorgie, juste avant l’Euro 2016. Depuis il n’est apparu qu’à deux reprises face au Liechtenstein et la Colombie. Il a devant lui quelques mois pour prouver au sélectionneur qu’il peut être aussi un homme clé de la Roja avant la Coupe du Monde 2018, en Russie. Par ses qualités techniques, d’accélération et d’inspirations, Asensio peut participer à sa manière au renouveau de la Roja. Cette dernière sort de deux compétitions décevantes, en 2014 et en 2016.

Asensio a eu l’occasion de se montrer cet été avec la Rojita, lors de l’Euro U21 en Pologne. Malgré une belle compétition, l’Allemagne l’a emporté en finale empêchant Asensio de récolter un énième trophée dans sa moisson impressionnante ces derniers mois. Le joueur qui possède aussi la nationalité néerlandaise, pourrait faire face à un challenge inédit ce samedi, au Bernabeu, contre l’Italie. La presse espagnole évoque la possibilité de le voir évoluer en faux 9, consigne du sélectionneur. Cesc Fabregas a bien connu ce rôle-là dans le passé. C'est un poste où il n’a pas l’habitude d’évoluer. Mais quand on regarde sa progression fulgurante ces derniers mois, un réajustement tactique n’a rien d’insurmontable pour lui.

Prochain article:
LDC - Fekir, Génésio, Aulas... Toutes les réactions après la qualification lyonnaise
Prochain article:
Ligue des champions - Quels adversaires pour le PSG et l'OL en huitièmes de finale ?
Prochain article:
Real Madrid - Santiago Solari : "Ce résultat ne nous plaît pas"
Prochain article:
OL - Héros de la soirée, Nabil Fekir met en avant le groupe
Prochain article:
Ligue des Champions - Les 16 qualifiés pour les huitièmes de finale
Fermer