Manchester United | Romelu Lukaku, d'un certain scepticisme à une réussite totale

Commentaires()
Getty Images
Recruté en lieu et place d'Alvaro Morata en été, Romelu Lukaku est loin d'être un second couteau et l'a largement démontré depuis son arrivée.

Romelu Lukaku a été désigné meilleur joueur du mois de septembre par les fans de Premier League. Le buteur de Manchester United, auteur de 7 buts lors des 7 premières journées de championnat, a obtenu 53,7 % des suffrages contre 15,8 % pour Harry Kane et 15,6 % pour Alvaro Morata. Le trophée du joueur du mois n'est certes pas l'ardente validation d'une carrière menée à son apogée, mais ce titre fera certainement sourire le géant belge, qui ne devait pas, initialement, atterrir à Old Trafford.

Premier League - Harry Kane vs Romelu Lukaku, un duel vu par les statistiques

En effet, Lukaku est arrivé chez les Red Devils comme second choix consécutivement à l'échec du dossier Morata. Un dossier qui avait vraisemblablement fait les frais des relations tendues institutionnellement entre Madrid et United. Si le buteur espagnol, en recherche de temps de jeu en vue du prochain Mondial, a fini à Chelsea, Lukaku l'a remplacé comme grosse recrue offensive de MU, lui qui est arrivé auréolé d'un certain scepticisme, voire d'un scepticisme certain, au regard de son pedigree et de son passé à… Chelsea.  

35 nuances de Blues

Les raisons de cette méfiance ? Ce fameux "passage dans un grand club" qui doit sanctionner toute progression des aspirants grands attaquants et où, en l'occurrence, l'essai n'avait pas été transformé. En trois saisons chez les Blues, club où officiait son idole Didier Drogba, le Diable Rouge portera seulement à quinze reprises le maillot des Londoniens a fortiori sans trouver le chemin des filets. Lukaku a ensuite servi courageusement dans la "Loan Army" de Chelsea. Prêté à West Bromwich puis à Everton avec deux saisons à plus de 15 buts en championnat, il ne convainc néanmoins pas José Mourinho et part pour Everton, une autre nuance de bleu, pour 35 millions d'euros après avoir été sous-utilisé et, certainement, sous-estimé par le Special One.

Romelu Lukaku Jose Mourinho Chelsea

De l'eau a coulé sous les ponts, de l'encre a été généreusement versée sur les Unes des tabloïds britanniques et beaucoup de glaire a été déversée depuis dans les talk-shows dédiés au football outre-manche et surtout, des buts ont été marqués. Beaucoup de buts. Énormément de buts. Lukaku tournait à deux buts tous les trois matches à sa quatrième saison chez les Toffees.

Lukaku a donc plus que convaincu à Everton, au point de faire changer José Mourinho d'avis. Ce qui n'est pas chose aisée… Mais l'étiquette, collante par nature, de buteur incapable de performer et de perforer dans un grand club ne quitte pas le buteur. Comment s'en débarrasser et changer la perception d'un milieu du football toujours en mouvement et pourtant toujours très enclin à cataloguer définitivement ses différents protagonistes ? En marquant. Les esprits, mais pas que (des esprits d'ailleurs déjà marqués par une autre étiquette, celle du prix du joueur qui culmine à 85 millions d'euros). Et ça, Lukaku sait faire.

Un Diable Rouge à United

Dans un Manchester United très physique, une équipe taillée pour un puissant point d'ancrage au centre de la surface, Lukaku brille et enquille. L'international belge tourne à une réalisation par rencontre et même mieux si l’on prend en compte les matches de Ligue des champions. En effet, l’attaquant des Red Devils compte en tout 10 buts en 9 matches, soit un but toutes les 81 minutes.

L'article continue ci-dessous

Lukaku a même pris la bonne habitude de titiller les légendes de Manchester. Avec sept réalisations en sept matches de Premier League disputés jusqu'ici, il vient d’égaler un vieux record d’Andy Cole remontant à 1995. Personne n'a jamais fait mieux… Le colosse belge, qui, accessoirement, a marqué lors des 5 derniers matches de son équipe, semble avoir franchi un palier cette saison et s'il maintient ce rythme, Lukaku peut rêver d'approcher le record de Denis Law saison 1962-1963 de 46 buts en 42 matches (un but toutes les 82 minutes).

Lukaku, dans tous les bon coups

Lukaku est en quête de vérité, essayant de prouver qu'il peut réussir chez les grands, mais il fait aussi mentir les clichés à son sujet. Considéré comme un joueur physique qui s'appuie uniquement sur sa puissance, le buteur de 24 ans fait preuve d'une précision létale devant les cages adverses, lui qui a converti plus d'une tentative sur cinq depuis l'entame. En plus de marquer à chaque match, Lukaku s'offre même le luxe de participer au jeu et de créer pour ses coéquipiers. En plus de sa passe décisive pour Henrikh Mkhitaryan lors de la large victoire face à son ancienne équipe d'Everton (4-0), Lukaku a également créé 12 opportunités pour ses collègues.

Ses 7 réalisations lui permettent d'être seul en tête du classement des réalisateurs en championnat, suivi par Alvaro Morata et ses six buts. Ce n'est certainement pas la dernière fois que l'on comparera les deux joueurs aux trajectoires parallèles. Mais s'il était le deuxième choix de United derrière l'Espagnol, Lukaku a pris un peu d'avance sur la course au titre de joueur de l'année en Angleterre. Et cette fois, il compte bien transformer l'essai.

Fermer