Lyon - Jean-Michel Aulas : "Je suis un enfant de Marseille"

Commentaires()
Getty
Le président lyonnais s'est dit attristé par la situation de l'OM, après la victoire de son équipe sur la pelouse du Vélodrome ce dimanche (3-0).

Lyon s'est imposé ce dimanche soir sur la pelouse de Marseille (3-0, 36ème journée de Ligue 1), privant ainsi officiellement les Olympiens de qualification européenne pour la saison prochaine. Une situation compliquée pour l'OM, dont les dirigeants ont été conspués par une large part de leurs supporters avant, pendant et après la rencontre.

Après le match, le président de l'OL Jean-Michel Aulas a tenu à apporter son soutien à ses homologues marseillais. "Jacques-Henri Eyraud était catastrophé dans l'ascenseur, je n'ai pas le détail de ce qui se passe en interne et je lui souhaite beaucoup de courage, a déclaré celui qui, guidé par l'ancien président marseillais Bernard Tapie, a pris en mains l'OL il y a 32 ans. Des conseils ? Il arrive dans un football très complexe et dans le club sans doute le plus complexe à gérer.

L'article continue ci-dessous

Supporters OM

"Marseille doit être au plus haut niveau et je rêve que Marseille, Lille, Paris et les autres grands clubs soient qualifiés en Ligue des champions. C'est comme ça qu'on pourra faire en sorte que le football français progresse. C'est comme ça que les Anglais ont créé cette Premier League qui aujourd'hui domine l'Europe et nous en France nous avons besoin de dominer l'Europe le plus rapidement possible."

"J'ai appris le foot avec Tapie ici"

Aulas a ensuite tenu à rappeler ses liens avec le club de Marseille, loin des antagonismes et des tensions qui avaient opposé les dirigeants des deux équipes l'an dernier, dans une fin de saison à couteaux tirés pour une qualification en Ligue des champions. "Je ne sais pas si tout le monde le sait, mais je suis un enfant de Marseille au départ, j'ai appris le foot avec Tapie ici.

"Marseille a une histoire, un public, qui, par sa passion est le plus grand public de France et peut-être d'Europe, mais qui quelques fois, dans la difficulté, devient difficile à gérer. C'est ce qui est arrivé ce soir aux dirigeants. Franchement, je pense que les joueurs ne le méritent pas parce qu'ils ont vraiment tout tenté. J'ai trouvé que les supporters jouaient le jeu au début du match pour essayer de sauvegarder l'ambiance qui aurait permis à l'OM de nous contrarier, et puis il y eu les faits de jeu. L'exclusion [de Caleta-Car, ndlr] arrive dans un temps fort de Marseille où on souffrait terriblement."

Fermer