Ligue des champions - Ronaldo, VAR, Chiellini... les polémiques d'arbitrage de Juventus-Atlético Madrid

Commentaires()
Getty
Si la Vieille Dame a décroché sa qualification après une victoire renversante (3-0), les décisions de Björn Kuipers ont aussi fait parler mardi soir.

La Juventus a réalisé un retentissant exploit mardi soir en parvenant à renverser l'Atlético Madrid en huitième de finale retour de la Ligue des champions. Si le succès (3-0) a fait les gros titres partout en Europe, certaines décisions d'arbitrage Björn Kuipers ont aussi été largement commentées. Retour sur les moments forts où l'arbitre néerlandais a dû intervenir... ou pas.

Pour rappel, cette saison, l'arbitrage vidéo a été introduit à partir des huitièmes de finale de cette édition 2018-2019 en Ligue des champions. L'UEFA avait communiqué à ce sujet pour préciser quels étaient les cas où le VAR serait sollicité.


3e minute : but annulé de Chiellini


Falta Ronaldo Juventus Atlético

D'entrée de jeu, le ton est donné avec un premier but inscrit par le défenseur italien qui pensait sonner la révolte de son équipe, suite au revers concédé en Espagne. Néanmoins, après un charge jugée illicite de Cristiano Ronaldo sur Jan Oblak, et même si l'attaquant portugais touche le ballon, cette réalisation est annulée.


47e minute : la tête de Ronaldo a-t-elle franchie la ligne ?


Gol fantasma Cristiano Ronaldo

Le second but de l'attaquant portugais, une nouvelle fois de la tête, a surpris la défense des Colchoneros. Sur le coup, Jan Oblak parvient à détourner le ballon mais trop tard puisque la Goal Line Technology vient valider la réalisation de Ronaldo.

L'article continue ci-dessous

83e minute : le penalty accordé après une faute sur Bernardeschi


Penalti Correa

Björn Kuipers n'a pas hésité à désigner le point de penalty après une faute commise par Angel Correa, l'attaquant argentin de l'Atlético. Cependant sur plusieurs ralentis, l'accrochage est peu évident avec Federico Bernardeschi. Pas de doute pourtant du côté du corps arbitral puisque le VAR ne sera pas consulté. Cristiano Ronaldo ne se prive pas pour inscrire le but décisif de la qualification et s'offrir au passage un triplé.


90e minute : Chiellini bouscule Correa


À l'expérience, le capitaine de la Vieille Dame a su être malin pour empêcher Angel Correa de récupérer le ballon dans une zone très dangereuse. Le défenseur central de 34 ans n'a pas hésité à utiliser son épaule pour se débarrasser de l'attaquant argentin mais l'arbitre néerlandais n'a pas été interpellé par cette ultime situation qui aurait pu permettre peut-être aux Colchoneros de décrocher leur qualification.

Fermer