News Résultats en direct
Tottenham Hotspur

Ligue des champions - Mourinho : "Il est normal que Pochettino ait pleuré"

14:03 UTC+2 09/05/2019
Mauricio Pochettino Tottenham 2018-19
Mauricio Pochettino était au bord des larmes après la qualification de Tottenham en finale de la Ligue des champions contre l'Ajax (3-2).

L'ancien entraîneur de Manchester United, libre depuis le mois de décembre, est aujourd'hui consultant pour Bein Sport en Angleterre. Ce mercredi soir, il s'est exprimé après la qualification de Tottenham dans un match renversant sur la pelouse de l'Ajax (3-2) grâce à un triplé de Lucas Moura en seconde période. Au coup de sifflet final, Mauricio Pochettino est apparu particulièrement ému sur la pelouse de la Johan Cruyff ArenA, tombant même dans les bras de son capitaine Hugo Lloris.

"Il a pensé aux joueurs, aux fans et au fait qu'il rêvait sans doute de cela quand il était enfant, a déclaré le Special One sur la chaîne britannique. Il en a rêvé en tant que joueur d'abord et puis aussi quand il a commencé sa carrière [d'entraîneur]. Il a pensé à sa famille, aux gens qu'il aime et qui l'aiment.

"Je trouve cela normal qu'il ait pleuré. C'est une très belle manière de montrer au monde que, pour nous les entraîneurs et les joueurs, cela signifie beaucoup plus que pour les supporters ordinaires." L'entraîneur argentin, arrivé à Tottenham en 2014 aura l'opportunité de remporter son premier titre avec le Spurs, qui disputeront une finale de Ligue des champions pour la première fois de leur histoire.

José Mourinho connaît bien l'émotion d'une finale de Ligue des champions, lui qui a remporté la compétition à deux reprises, en 2004 avec Porto puis en 2010 avec l'Inter Milan. "Tottenham a changé de système [avec l'entrée en jeu de Fernando Llorente à la pause, ndlr] et ils ont très bien utilisé le jeu direct. Ils ont eu la chance d'avoir les dieux du football avec eux", a ajouté le technicien portugais.

Avant Pochettino, il avait déjà salué un autre de ses anciens homologues de Premier League en ensensant Jurgen Klopp après la qualification de Liverpool aux dépens de Barcelone, mardi soir.