News Résultats en direct
Ligue des champions

Ligue des champions - Avec Liverpool, le PSG a eu l’exemple de ce qui lui manquait

13:57 UTC+2 19/09/2018
Mohamed Salah Neymar Liverpool PSG Paris Saint-Germain 2018-19
Une attaque efficace, un milieu solide, une défense rassurante. Avec leur démonstration, les Reds ont pointé du doigt ce qui n’allait pas chez le PSG.

"Le résultat ne reflète pas la physionomie du match". C'est une phrase souvent utilisée lorsqu'une équipe a été vaincue. Mardi soir à Anfield, les joueurs du PSG n'ont pas utilisé cette phrase mais c'était tout comme. Si des tribunes ont aurait pu s’attendre à une plus lourde défaite pour les Parisiens, certains joueurs ont analysé la rencontre autrement.

Marquinhos en 6, une expérimentation peu convaincante

La positive attitude de Thomas Tuchel a atteint son équipe à en croire Meunier, Rabiot ou Thiago Silva qui ont tous trois considérés que le PSG avait fait un bon match. Pourtant, la première période face aux Reds a été difficile pour les Franciliens. À tous les niveaux : l’engagement, l’intensité, l’agressivité. Les finalistes de la précédente édition de Ligue des champions ont montré leur supériorité sur le terrain, et ce dès les premières minutes. Si les joueurs de Klopp ont toujours fait peur offensivement, la défense s’est mise au niveau depuis le début de cette saison. Le milieu Henderson-Wijnaldum-Milner est un régal depuis l’an dernier. Et la comparaison entre les deux lignes de milieu de terrain est passé à la démonstration. L’absence de Marco Verratti, qui se transcende durant les matches de Coupe d’Europe s’est clairement fait ressentir. Marquinhos, encore positionné en sentinelle, n’a toujours pas convaincu. Même s’il est apparu un peu plus serein que lors des rencontres précédentes, sa formation de défenseur central reprend toujours le dessus : il a du mal à se projeter vers l’avant, délivrant toujours des passes courtes sans chercher plus haut.

Di Maria, aligné au milieu de terrain également, n’a pas été à la hauteur des attentes. Ayant comme référence sa meilleure saison au Real Madrid, celle où il gagne la Decima, il est plus attendu sur les transitions de balle, la projection en avant. Mais l’Argentin ne pouvait pas être plus offensif car il devait couvrir le couloir gauche en appui de Bernat pour compenser le fait que Neymar ne s’applique pas sur les tâches défensives. D’ailleurs sur le trio offensif, seul Cavani pense à défendre, sauvant même deux ballons dangereux au premier poteau en première période. Cependant, ce ne sont pas sur les actions offensives que l’on a pu voir la MCN non plus. Quasiment inexistant, il a fallu attendre quelques minutes avant la fin pour voir l’ancien monégasque marquer...sur son seul tir cadré de la partie. Le Brésilien et l’Uruguayen auront tenté de tirer à trois reprises en tout lors de la partie. En vain. Seule la combinaison entre Neymar et Mbappé sur le but du Français a pu satisfaire les amateurs de la MCN. Pour le reste il faudra passer.

El Matador n’a pu toucher de son côté que 20 ballons durant les 80 minutes jouées (remplacé par Choupo-Moting). La faute à une équipe scindée en deux, comme pouvait l’expliquer Thiago Silva à l’issue de la rencontre. "On a essayé de jouer long, Liverpool a fait un pressing haut et on n'a pas eu beaucoup de possibilités de trouver Ney, Mbappé et Cavani dedans." Le fait que les attaquants ne se replient pas et que le milieu ne se projette pas a creusé un fossé qu’il a été impossible de compenser. Les ballons touchés par le trio n’ont pas été optimisés à l’instar de Mbappé qui a perdu le ballon du troisième but anglais sur un dribble, ou encore Neymar qui a perdu plus de la moitié de ses ballons (24 sur 41). Sur ses 18 duels provoqués (meilleur total sur le terrain à Anfield), seul 28% ont été un succès. Le PSG, en reconstruction depuis la nomination de Tuchel, n’a pas encore appris de ses erreurs passées. L’Allemand a du travail et finalement, l’affrontement face à Liverpool est arrivé à point nommé.