Le Graët : "Le PSG ? Il y a une pointe de jalousie"

Commentaires()
Getty
Noël Le Graët a balayé l’actualité du football français et s’est notamment penché sur l’Equipe de France et le Paris Saint-Germain.

Noël Le Graët a suivi avec attention les performances de l’Equipe de France durant ce break international. Dans un entretien accordé à l’Equipe, il a de nouveau loué le travail de Didier Deschamps : "Depuis la Coupe du monde 2014, nous sommes en progrès constants, a-t-il confié. Il reste des détails à affiner, il faut que les jeunes confirment, apprennent à jouer ensemble, gagnent en régularité. […] Je le dis clairement : La France n’est pas encore la meilleure du monde. Mais ne noircissons pas le tableau non plus. Nous sommes redevenus une nation qui compte."

La Liga "applaudit" l'enquête ouverte par l'UEFA sur le PSG

En ce qui concerne le bail du sélectionneur actuel, le président de la Fédération française de football garde sa ligne de conduite : "Ma position a toujours été claire et ce n’est pas le match contre le Luxembourg qui va remettre en cause la qualité de son travail."

L'article continue ci-dessous

Egalement interrogé sur l’enquête menée par l’UEFA sur le PSG dans le cadre du respect du fair-play financier, Le Graët a rappelé que le club parisien n’était jamais parti à la faute jusqu’à présent : "Le PSG a toujours tenu ses engagements (devant la DNCG, ndlr). On ne peut lui faire aucun reproche sur les plans fiscal, social, a-t-il continué dans les colonnes du quotidien français. Je le vois mal ne pas respecter les règles en vigueur en France. L’UEFA s’inquiète. Elle ne s’est pas trop inquiétée pour d’autres à un moment. Notamment en Liga. […] Le fair-play financier a permis d’épurer les comptes mais quels clubs, à part ceux de petites nations, ont été sanctionnés ? L’UEFA a touché le Real ? Le Barça ? Un club anglais ? […] Il y a aussi une pointe de jalousie, je pense. Dans la cour des grands, on a du mal à accepter, sans doute, un petit nouveau."

En ce qui concerne le cas Jean-Kevin Augustin renvoyé du rassemblement des Espoirs cette semaine, il a précisé la situation : "Sylvain (Ripoll) voulait le renvoyer mais a sollicité mon avis au préalable. Je lui ai dit que s’il ne s’excusait pas, il fallait le renvoyer. J’ai demandé à Marc Keller (membre du comité exécutif) d’avertir Leipzig, son club. Je ne suis pas certain qu’il reviendra de sitôt."

 

Fermer