Le carnet du scout épisode 5 : prêté par Arsenal et couvé par Nagelsmann, Reiss Nelson s'épanouit totalement à Hoffenheim

Dernière mise à jour
Commentaires()
Chaque semaine, Goal vous propose de découvrir un jeune talent du football mondial. Après Sancho, un autre Anglais est en pleine lumière en Bundesliga

Plus d’un mois après Jadon Sancho, c’est un autre jeune joueur anglais qui attire notre attention dans cette chronique. Le contexte est d’ailleurs opportun puisque son équipe, Hoffenheim, affronte l’Olympique lyonnais ce soir en Ligue des champions pour ce qui s’apparente à un "seizième de finale", selon Bruno Génésio. Du haut de ses 18 ans, Reiss Nelson est arrivé cet été sous la forme d’un prêt en provenance d’Arsenal. Considéré comme un remplaçant idéal pour donner un coup d’accélération en fin de match, l’attaquant formé chez les Gunners est en pleine bourre avec quatre réalisations sur ses quatre dernières apparitions en Bundesliga. L’occasion d’en savoir plus sur lui.

Son parcours : Lancé à 17 ans par Arsène Wenger

Reiss Nelson n’a connu que les Gunners avant cette première expérience à l’étranger, dans un club, comme la formation londonienne, habitué à donner sa chance aux jeunes joueurs à travers du temps de jeu et un cadre de progression. Pour ce qui est de ses débuts en professionnel, le joueur d’origine zimbabwéenne a vu Arsène Wenger, considéré comme l’un des tous meilleurs techniciens pour permettre à un jeune de s’épanouir, lui donner ses premières minutes, à 17 ans, lors du Community Shield remporté en août 2017 face à Chelsea. Premier match, premier trophée, de quoi bien lancer cette saison destinée à l’apprentissage.

S’il obtient si tôt sa chance avec les A à l’Emirates Stadium, c’est bien qu’il a des références solides en sélection de jeunes. Il cumule de nombreuses convocations des U16 aux Espoirs des Three Lions, au point de taper à la porte de l’équipe nationale dirigée par Gareth Southgate. Ses prestations les plus remarquées ont été avec les U17 avec 11 buts en onze rencontres et un championnat d’Europe intéressant en 2016, disputé en Azerbaïdjan. S’il n’a pas de pépin physique majeur, il devrait disputer l’Euro Espoirs en juin prochain, en Italie avec ses coéquipiers anglais.

Avec l’Europa League et les coupes nationales, Reiss Nelson va en profiter pour effectuer quelques apparitions remarquées, seize toutes compétitions confondues. S’il ne fait pas trembler les filets ou ne réalise pas de passe décisive, le natif de Londres profite de chaque minute donnée par Arsène Wenger pour prendre ses marques chez les marques. L’arrivée d’Unai Emery ne semble pas dans bousculer dans un premier temps cette bonne dynamique puisque le nouvel entraîneur le fait jouer lors de la pré-saison, avec l’International Champions Cup. Néanmoins, le 31 août, l’opportunité de rejoindre Hoffenheim se présente et l’attaquant de 18 ans la saisit sans hésiter.

Reiss ps

Ses qualités / axes de progression : s'inscrire dans la continuité

D’un statut de jeune qui monte à titulaire qui se fait une place dans une formation disputant la Ligue des champions, Reiss Nelson a vécu une ascension fulgurante. Dans un championnat qui laisse des espaces avec une forte intensité, l’attaquant anglais profite de ses capacités physiques et de sa vitesse au-dessus de la moyenne pour réaliser des différences. Néanmoins, le joueur formé à Arsenal sait aussi être malin et profiter de certaines situations laissées par ses adversaires, à l’image de sa frappe enroulée soudaine contre le Bayer Leverkusen le week-end dernier.

Ailier droit de formation, Nelson a déjà été utilisé sur le côté par Julian Nagelsmann et même en milieu offensif cette saison. Adepte des expérimentations tactiques et d’une certaine modernité dans son approche, le jeune entraîneur allemand, qui partira sur le banc de Leipzig l’été prochain,  n’hésite pas à confier des responsabilités à l’international espoir anglais, malgré le fait qu’il soit arrivé tardivement au cours du dernier mercato estival.  Pour l’instant, Reiss Nelson applique ses consignes avec intelligence même s’il garde une part d’audace dans son jeu, surtout dans les contre-attaques. Sur la chaîne TV de la Bundesliga, il expliquait ses motivations pour cet exercice 2018-2019. "Je peux inscrire des buts pour l’équipe mais c’est le début de ma carrière ici. Il ne s’agit pas uniquement de marquer, je dois faire d’autres choses pour le collectif, comme le replacement et la participation au jeu. J'espère pouvoir continuer ainsi."

Déjà auteur de cinq buts dans le championnat allemand, le droitier d’1m75 bénéficie d’une soudaine exposition ce qui peut parfois être déroutant pour un joueur de son âge. S’il parvient à rester lucide et bien concentré sur sa saison en prêt avec le TSG, les indices seront sérieux à propos d’un futur brillant, notamment dès son retour à Arsenal où le staff d’Unai Emery prend régulièrement de ses nouvelles, convaincu par son potentiel. Parfois timoré et nonchalant dans sa prise de décision, Nelson a quelques passages à vide même si la constance viendra forcément par la maturité.

Le témoignage : Chloé Gallot (Ultimo Diez)

C'était difficile de prédire qu'il allait avoir un impact si rapide. Pour beaucoup sans doute, un temps d'adaptation aurait été nécessaire en théorie car même s'il a joué quelques minutes en Premier League avec Arsenal, il n'avait jamais fait des matches complets. C'est maintenant le cas. On voit clairement que Nagelsmann a déjà réussi à l'intégrer dans son effectif. C'est l'une desses qualités en tant qu'entraîneur après tout mais quand même, voir le nom de Reiss Nelson de partout si rapidement est une petite surprise sur ce début/première partie de saison. 

reiss nelson ps

Que ce soit en championnat ou en Ligue des Champions, il n'hésite pas à lui donner sa chance. En revanche, il dit aussi quand il a mal joué (et vice versa) afin d'être certain que tous gardent la tête froide à son sujet du fait de son âge. Autre exemple, après le match face à Stuttgart (victoire 4-0), l'entraîneur dit clairement que son joueur fait un mauvais match.  Enfin comme il a expliqué dans une interview en Octobre, il veut que Nelson performe sur la durée et pas pour cinq minutes. Donc globalement on voit clairement qu'il veut le préserver sans pour autant renier son talent. 

Une comparaison existe avec Jadon Sancho toutefois les deux joueurs n'apprécient pas cela puisqu'ils sont meilleurs amis et qu'ils ne sont pas en compétition. Kicker ou Bild font énormément de parallèles oui. Ce lundi, le Kicker magazine les a placé dans le Top 6 des joueurs de la saison jusque-là. Ils sont aussi mis en avant par les réseaux sociaux de la Bundesliga, que ce soit Youtube, Instagram, le site internet ou Twitter où on trouve plusieurs interviews, infographies etc. Je pense que globalement, Sancho reste un cran au-dessus mais il est arrivé en Allemagne un peu avant donc ça joue peut-être, mais le deux ont tout de même une très grosse côte déjà. 

Il doit apprendre à être plus constant, il fonctionne encore beaucoup sur des "éclairs" de génie on va dire. Il doit aussi être plus juste dans le dernier geste car il attend à trop se précipiter. On sent qu'il veut bien faire mais ça manque de justesse, son jeu a encore des déchets. Mais ce sont des choses qu'il peut clairement gommer ou améliorer avec un entraîneur comme Nagelsmann à ses côtés et puis il n'a que 18 ans. S'il continue à ce rythme, je vois mal Arsenal le laisser évoluer en Allemagne. Sans parler qu'il va sans doute connaître une très grosse progression entre le début et la fin de son prêt. Donc il pourrait, à un moment donné, s'établir dans son club formateur. Après à voir les besoins d'Arsenal l'été prochain et s'ils ont vraiment l'envie de donner sa chance à un joueur qui a faim de temps de jeu.

Son avenir : un retour attendu à Arsenal l'été prochain

Auteur d’un mois d’octobre épatant, Reiss Nelson se retrouve soudainement en pleine lumière. Si Jadon Sancho fait sensation du côté de Dortmund, l’ailier prêté par Arsenal se distingue aussi dans une équipe joueuse et habituée à oser sur le terrain. L’intersaison 2019 sera décisive pour lui puisqu’il doit rentrer chez les Gunners, où Unai Emery pourrait l’installer dans la rotation de son effectif. Néanmoins, son parcours rappelle celui de Serge Gnabry, également passé par Hoffenheim étant jeune avant de rejoindre le Bayern. Frustré par son temps de jeu à Arsenal, l’international allemand avait dû faire ses valises. L’ancien entraîneur du PSG aura à sa disposition en quelques mois l’un des plus intéressants et prometteurs talents du football anglais.

Prochain article:
Japon - Vahid Halilhodzic garde une certaine rancoeur
Prochain article:
Bayern Munich - Kingsley Coman a repris l'entraînement
Prochain article:
Chelsea - D'accord pour prolonger, N'Golo Kanté va devenir le joueur le mieux payé de l'histoire des Blues
Prochain article:
Real Madrid - Keylor Navas vers une prolongation jusqu'en 2021 ?
Prochain article:
Toulouse - Premier contrat professionnel pour Kalidou Sidibé
Fermer