News Résultats en direct
Coronavirus

Kita : "Les huis clos ne pouvaient pas continuer"

09:27 UTC+1 13/03/2020
Waldemar Kita Nantes
Le président nantais, Waldemar Kita, s’est réjoui de la décision prise par la FFF de suspendre les championnats.

Depuis jeudi soir, le championnat français est à l’arrêt. En raison de la pandémie coronavirus, il a été décidé que les compétitions de Ligue 1 et de Ligue 2 vont être stoppées. Quid de leur issue ? La décision sera prise ce vendredi à la suite d’une réunion de la Ligue.

La FFF suspend l'ensemble de ses compétitions

En attendant de connaitre ce que les hautes instances français vont statuer, beaucoup de responsables de club se sont déjà réjouis de l’interruption des matches. C’est le cas notamment de Waldemar Kita. L’homme fort du FC Nantes avait été le premier à demander la suspension du championnat. « Il m'est apparu très vite que cette histoire de coronavirus allait prendre des proportions considérables, a-t-il confié dans un entretien au Parisien. Au début, les autres présidents de L1 et L2 m'ont regardé avec l'air de dire « mais qu'est ce qui lui prend de s'affoler comme ça ? » Aujourd'hui, je crois qu'on me voit différemment. J'ai pourtant une vision simple : le foot pro, ce n'est pas que des droits télé et de l'argent. C'est de l''humain ».

« J’ai eu raison avant tout le monde »

L’homme d’affaires franco-polonais a aussi indiqué que faire jouer les matches à huis clos n’était pas du tout une solution : « C'est n'importe quoi! Une équipe qui joue, entre les joueurs, le personnel, les dirigeants et les administratifs, ce sont plusieurs personnes qui se retrouvent au même endroit en même temps. Le risque de contamination existe. Ce n'est pas normal de prendre ce type de risque. C'est le même problème partout en Europe. Il y aura des équipes qui ne pourront peut-être même pas jouer. Regardez ce qui arrive à la Juventus de Turin ou au Real Madrid ».

Enfin, pour le report de l’Euro, Kita a indiqué qu’il n’en avait que faire : « Je ne suis pas le porte-parole de l'UEFA. Ce n'est pas à moi de dire ce qu'il faut faire avec l'Euro. En même temps, si le championnat est décalé d'un mois, il y aura forcément des conséquences. Vous savez, j'essaie juste de réfléchir. À ce jeu, parfois je suis bon, parfois je suis moins bon. Là, je crois vraiment que j'ai eu raison avant tout le monde. »