Juventus - Tottenham : Harry Kane à l’heure de la confirmation continentale

Dernière mise à jour
Commentaires()
Getty
L’attaquant anglais de 24 ans va faire face à un défi de taille : percer le coffre-fort de la Juve, qui n’a pris qu’un but sur ses 16 derniers matches

C’est un fait, Harry Kane ne cesse d’impressionner en Angleterre où il collectionne petit à petit les statistiques affolantes en enchaînant but sur but. Le 4 février 2018, il a atteint la barre symbolique des 100 buts en Premier League grâce à un penalty inscrit face à Liverpool, dans le temps additionnel. Soulier d’Or 2017, il demeure prophète en son pays mais doit dorénavant reproduire ce genre de prouesses sur la scène européenne. Ça tombe bien, un choc face à la Juventus se présente en huitième de finale de la Ligue des champions et avec l’une des meilleures défenses d’Europes, Harry Kane aura fort à faire ce mardi.

Laudrup : "Messi est incroyable"

Un test réussi lors de la phase de groupes

D’une efficacité diabolique en Angleterre, l’international anglais va se frotter à un véritable Fort Knox. Sur les 16 dernières rencontres de la Vieille Dame, seul le Hellas Vérone est parvenu à faire trembler les filets de Gianluigi Buffon. En 2018, la formation turinoise n’a toujours pas encaissé le moindre but. Plus que jamais, l’attaquant des Spurs est prévenu. Après plusieurs saisons balbutiantes en Europe, il semble avoir pris le tempo de ces joutes continentales. Preuve en est ses six réalisations en cinq apparitions en phase de poules, avec notamment trois buts face à Dortmund et un triplé sur la pelouse de l'APOEL Nicosie.

L'article continue ci-dessous

Oui mais voilà, les matches de groupes ne sont qu’un avant-goût de ce que peut réserver la Coupe aux grandes oreilles et c’est bien en phase éliminatoire que les observateurs attendront le joueur de 24 ans. Pour rentrer dans le même cercle que les Robert Lewandowski et Luis Suarez, pas de doute, le chemin vers la reconnaissance unanime passera par une première grosse performance du côté du Juventus Stadium. Au sein de la formation d’Allegri, on ne prend pas à la légère le pedigree européen de Kane, comme Sami Khedira l’a expliqué à la BBC. "Harry Kane pour moi est peut-être l'attaquant le plus complet, en fait. Il y a aussi Robert Lewandowski et Higuain, mais il est fort, bon avec sa tête, rapide, bon avec ses pieds, il peut marquer d'une seule touche et il peut aussi dribbler..."

"Le présent et l'avenir de ce club"

L’international allemand a bien raison de se méfier du buteur des Spurs qui ne cesse d’améliorer sa palette au fil des années. Doué des deux pieds et notamment pour enrouler ses tirs, Kane a su donner une autre dimension à son jeu en n’hésitant pas à décrocher pour participer aux séquences de possession de Tottenham, quitte à venir aux 35-40 mètres. Dans la surface, il s’est aussi affiné, avec un sang-froid à toute épreuve pour venir défier les gardiens adverses. Son dernier but, inscrit face à Arsenal, a confirmé aussi qu’il savait aussi mettre des têtes salvatrices, démontrant ainsi que sa détente et son timing sont au point.

Que lui manque-t-il alors pour être adoubé par l’ensemble des acteurs du ballon rond ? Pas grand-chose, si ce n’est des titres pour matérialiser sa régularité dans la zone de vérité depuis maintenant quatre saisons. Harry Kane l'enfant de Tottenham, doit-il ainsi franchir le Rubicon et quitter son club formateur pour passer un cap ? Mauricio Pochettino n'est pas de cet avis, lui dont l'avenir est également incertain du côté de Londres. "C'est le présent et l'avenir de ce club. Tout ce qu'il réalise est incroyable. Je suis heureux et très fier d'être dans notre équipe", déclarait le technicien argentin en conférence de presse à propos de son joueur. À l'heure actuelle, seul le Real Madrid semble sur le pied de guerre pour s'attacher ses services, et il y a fort à parier que les Merengue auront les yeux rivés sur l'Italie ce mardi, avant leur choc face au PSG mercredi.

Prochain article:
OFFICIEL - Joe Gomez prolonge jusqu'en 2024 à Liverpool
Prochain article:
Copa Libertadores - River-Boca : le jour de gloire de Juan Quintero
Prochain article:
EXCLUSIF PSG - Julian Draxler : "Je suis sûr qu’on va gagner à Belgrade et se qualifier"
Prochain article:
Interview - Christian Bassogog (Cameroun) : "Avant la CAN 2017, on ne nous lançait que des pierres"
Prochain article:
Juventus - Cristiano Ronaldo : "Je n'ai jamais craint Lionel Messi. Qu'il vienne en Italie !"
Fermer