James Pallotta : "Je me suis demandé comment la Juventus a payé Cristiano Ronaldo"

Commentaires()
(C)Getty Images
James Pallotta s'est interrogé sur le moyen dont la Juventus a signé Cristiano Ronaldo mais est heureux qu'il ait rejoint la Serie A.

La Serie A est la nouvelle attraction du football européen. L'arrivée de Cristiano Ronaldo, en provenance du Real Madrid contre 100 millions d'euros, a mis un véritable coup de projecteur sur le championnat italien, déjà de retour au premier plan depuis quelques saisons. Mais le recrutement du quintuple Ballon d'Or chez le septuple champion d'Italie en titre ne risque pas de redistribuer les cartes en Serie A.

Rival de la Juventus, l'AS Roma aussi s'est renforcé cet été. Lors d'un show sur les réseaux sociaux en compagnie de la recrue estivale, Justin Kluivert, et de Kostas Manolas, James Pallotta, président du club de la Louve, a commenté l'arrivée de Cristiano Ronaldo chez les Bianconeri. Si le dirigeant de l'AS Roma est heureux pour la Serie A, il se demande toujours comment la Juventus a réussi à s'offrir le quintuple Ballon d'Or.

"J'espère que CR7 ne marquera pas 60 buts"

Cristiano Ronaldo

L'article continue ci-dessous

"Je ne veux pas vous décourager avec cette phrase, mais je pense que la Serie A est un championnat plus tactique et Cristiano Ronaldo pourrait avoir plus de difficultés qu'en Espagne. Je ne peux pas imaginer qu'il va arriver et marquer 60 buts, j'espère qu'il ne le fera pas", a indiqué James Pallotta.

"Je suis heureux qu'il soit ici, notre championnat est souvent sous-évalué. Il est extraordinaire, l'un des meilleurs de tous les temps. Bien sûr, je me demandais aussi comment ils l'ont payé (rires)", a poursuivi le président de l'AS Roma. Il faut dire que la volonté de Cristiano Ronaldo de quitter le Real Madrid a grandement profité à la Juventus pour faire baisser son prix.

L'AS Roma de son côté a perdu deux joueurs majeurs en deux été, Mohamed Salah l'été dernier et Alisson, tous deux partis à Liverpool. James Pallotta a commenté la politique et les ventes réalisées par son club : "Salah j'ai adoré, mais beaucoup ne savent pas que nous avons dû le laisser partir, nous n'avions pas d'autre choix. Avec Alisson, c’était aussi difficile, et il en était de même pour Nainggolan, qui est un guerrier sur le terrain".

Fermer