News Résultats en direct
Monaco

Impact Montreal - L'ancien vice-président de l'AS Monaco Vadim Vasilyev salue le choix de Thierry Henry

17:09 UTC+1 19/11/2019
Thierry Henry Monaco 2018-19
Vadim Vasiliyev, l'ancien vice-président de l'AS Monaco, est revenu sur le choix de Thierry Henry de rebondir à l'Impact Montréal.

Présenté lundi soir après un accueil en héros sur le sol canadien, Thierry Henry entame sa nouvelle mission à l'Impact Montréal. Après un échec à Monaco, le technicien français va tenter de relancer sa carrière en Major League Soccer, dans un environnement qu'il connait parfaitement.

Un choix salué par Vadim Vasilyev, qui l'avait fait venir sur le Rocher. "Je trouve que c'est un bon choix", a expliqué l'ex vice-président de l'ASM dans des propos accordés à L'Equipe. "Il aura moins de pression, plus de temps pour structurer et lancer son projet. C'est très intelligent de sa part. Regardez l'exemple de Patrick Vieira. Il a débuté à New York et, aujourd'hui, il fait de très belles choses avec Nice. S'il avait été en Europe, tout le monde aurait scruté son travail. Là, il va pouvoir y aller pas à pas, continuer d'apprendre et surtout pratiquer son métier. La plupart des entraîneurs commencent par des petites équipes avant de monter d'un cran".

Vadim Vasilyev est aussi revenu sur l'expérience difficile de Thierry Henry en Principauté, estimant que ce dernier a été accablé par des circonstances défavorables.

"Avec le président (Dimitri Rybolovlev), on savait très bien que c'était un pari, que ça pouvait aller dans un sens comme dans l'autre. On a pensé qu'il pouvait amener la bonne énergie. Malheureusement, il n'a pas été aidé par les circonstances, il y avait énormément de blessés et il a dû lancer des jeunes qui n'avaient encore jamais évolué en L1. Ç'a été difficile, surtout avec la pression autour. Il était en apprentissage".

"Il est resté trop peu de temps pour rentrer dans les choses techniques. Pour moi, je me répète, c'est avant tout un concours de circonstances défavorables", a aussi expliqué le dirigeant russe, précisant que Thierry Henry pouvait "progresser" dans la distance à trouver entre son passé de grand joueur et sa nouvelle vie d'entraîneur.