News Résultats en direct
Coupe de France

GSI Pontivy-PSG, Jérôme Prévost (Président) : "Jouer le PSG c'est un rêve, le club va être marqué à jamais"

22:18 UTC+1 10/12/2018
Neymar & Kylian Mbappe
Le président de la GSI Pontivy, Jérôme Prévost, est heureux de pouvoir s'offrir une affiche de prestige face au PSG en 32es de Coupe de France.

C'est un match qui va marquer votre club à coup sûr, vous revenez de loin, c'est un rêve.

Jérôme Prévost : C'est un rêve, oui. Là ce soir, il nous arrive quelque chose de magique. Je suis encore sur mon petit nuage, j'ai du mal à réaliser, mais ça va être un engouement populaire extraordinaire, pour la ville, pour les communes aux alentours. C'est vraiment un rêve. Ça va marquer le club à jamais.

Comment cela va-t-il s'organiser ? Le match va-t-il se jouer au Moustoir ?

De toute façon, on ne peut pas jouer à Pontivy. On a un partenariat avec le FC Lorient donc dès demain matin, je vais contacter le club tout simplement pour jouer au Moustoir.

Il n'y aura pas de risque que ça ne se joue pas là-bas ?

Normalement non, je pense que ça devrait le faire. On est proche de ce club, donc il n'y a pas de raison que ça ne se fasse pas.

Avez-vous eu des joueurs au téléphone pour les premières réactions ?

Non, pas encore. Je suis interrogé depuis tout à l'heure, je ne suis pas habitué. Je sais que les joueurs se retrouvaient tous ensemble ce soir pour suivre le tirage. Donc je pense que c'est une explosion de joie extraordinaire.

Ce sera bien sûr très compliqué de gagner, mais c'est sûrement le match le plus fort de l'histoire de la GSI Pontivy.

C'est évident. Une telle affiche, contre des joueurs qui disputent la Coupe d'Europe. On les voit à la télé. Là on va les côtoyer, on va jouer contre eux. J'imagine les joueurs. Actuellement, ça doit être la folie, il doit y avoir des cris de joie. Ce matin, ma femme me disait "j'ai rêvé qu'on tirait le PSG". Son rêve s'est réalisé donc c'est formidable.

Il y a eu des moments difficiles pour la GSI ces dernières années, vous remontez la pente depuis quelque temps. Ce match, c'est un peu l'apogée de cette remontée.

Bien sûr, c'est aussi un coup de pouce financier. On a eu des difficultés pendant pas mal d'années. On a remonté petit à petit. On était même descendu au niveau DH. L'année dernière, on termine cinquième. Là on fait un bon début de championnat, on est quatrième donc tous les feux sont au vert. Aujourd'hui, les feux ne sont même plus au vert. Je n'ai pas les mots... Ils sont multicolores.

Propos recueillis par Benjamin Quarez, à Paris.