Griezmann sera "sifflé et insulté" pendant Atlético Madrid - Porto

Dernière mise à jour
Getty

Antoine Griezmann s’est réengagé en faveur de l’Atlético Madrid à la fin du dernier mercato, suite aux deux années compliquées passés au FC Barcelone. En retournant dans la capitale espagnole, l’international français espère pouvoir recouvrir son vrai niveau, mais aussi la joie de jouer. Il a raison de le penser vu que les Matelassiers n’ont pas beaucoup changé depuis son départ, avec le même entraineur en place, en la personne de Diego Simeone. Mais, d’un autre côté, la ré-acclimatation risque de ne pas être aussi facile que cela, à cause d’un facteur important : la colère des socios.

Les supporters des Colchoneros n’ont en effet pas pardonné à Grizou d’avoir rejoint les Blaugrana, et en particulier la manière dont il est parti. Sa cote de popularité a donc sérieusement baissé auprès des fidèles de Wanda Metropilitano et il risque de le constater de ses propres yeux ce mercredi lorsqu’il foulera la pelouse de cette enceinte pour le match de Ligue des Champions contre le FC Porto.

L'article continue ci-dessous

« Meurtris par ce que Griezmann a fait »

Le Français a déjà reçu une mise en garde de la part du président de l’union internationale des penas de l’Atlético, un certain Eduardo Fernandez. Ce dernier s’est exprimé dans L’Equipe et a révélé à l’ex-idole des Matelassiers ce qui l’attend pour son come-back à la maison : « Une partie du public va le siffler et l’insulter, c’est certain. À l’annonce de son nom et dès qu’il va toucher le ballon. Une minorité va quand même l’applaudir. Même si je n’ai pas aimé ce qu’il a fait, que je ne l’oublie pas et que je ne lui pardonne pas, je vais faire ni l’un ni l’autre. Comme la majorité des supporters. Parce que siffler l’un de nos joueurs c’est se tirer une balle dans le pied ».

Questionné ensuite sur les raisons exacte de ce désamour envers celui qui leur a procuré tant de bonheur par le passé, Fernandez a rétorqué : « On a été blessés par son départ, et surtout la manière dont il l’a fait. C’est unanime chez les supporters. On a le sentiment d’avoir été menées en bateau et trompés. Malgré tout ce qu’il pouvait dire, il n’était pas si fidèle à nos couleurs. »

Le patron des socios a conclu en indiquant que Griezmann doit maintenant se racheter une conduite s’il voulait retrouver la place qu’il avait dans le cœur des supporters. « Avant, c’était notre idole. Maintenant, c’est juste un joueur comme un autre. Il ne représente plus grand-chose. Son image s’est sérieusement dégradée. On est tous encore meurtris par ce qu’il a fait. Le temps va devoir cicatriser nos douleurs. Il va falloir qu’il regagne notre confiance et notre amour. Comment ? En mouillant le maillot et en marquant ». Griezmann sait donc ce qui lui reste à faire à présent.