Girondins : Malcom, déjà l’heure de la confirmation

Commentaires()
Getty
À l’aube de la reprise, le jeune milieu offensif est l’un des meilleurs atouts bordelais. Attendue, sa progression passe notamment par l'Europe.

Le coup de patte est déjà affuté. À peine 30 minutes de jeu dans cette première rencontre de préparation pour les Girondins que Malcom se permet un petit sombrero sur un joueur de Niort. Derrière l’enchaînement est vif et permet d’éliminer deux joueurs simultanément. En un été, il n’a pas changé. Il reste le principal accélérateur du jeu bordelais, celui par qui l’étincelle peut arriver. Du haut de ses 20 ans, Malcom a pris en assurance depuis son arrivée en France, en janvier 2016. Il possède même désormais des responsabilités au sein des Marine et Blanc : animer le secteur offensif et porter son équipe, sur le plan national et européen.

Actu mercato - Toutes les infos et rumeurs de transferts en direct

 

Peu utilisé par Sagnol, lancé par Gourvennec

Son arrivée en Gironde se fait légèrement dans la pagaille. Le 31 janvier 2016, après avoir vendu Khazri et Saivet, deux éléments importants de Bordeaux, Jean-Louis Triaud fait venir quatre recrues d’un coup. Du jamais vu au Haillan. Malcom débarque en même temps qu’Arambarri, Debuchy et Bernardoni.

L’acclimatation est ainsi rude. Willy Sagnol le met régulièrement sur le banc et ne le titularise qu’à deux reprises : Saint-Étienne (défaite 4-1) et Toulouse (défaite 4-0). De quoi plomber le moral d’un jeune joueur. Dans le football plus qu’ailleurs, les cycles sont faits pour ne pas durer et le 12 mars, l’ancien entraîneur des Espoirs quitte le navire. Ulrich Ramé prend les commandes pour sauver le club de la relégation et Malcom montre de belles perspectives sur la fin en étant décisif.

Interrogé par Goal en octobre 2016, Malcom était revenu sur ses débuts compliqués. "C'est vrai que les Brésiliens ont souvent ces problèmes quand ils arrivent en Europe. Tous les pays ont leurs particularités et c'est ce qui complique les choses pour nous. Ici, en France, les joueurs sont grands et physiques, ils courent beaucoup et jouent très vite. Mais Dieu merci, j'ai compris rapidement ce qu'il fallait faire."

Malcom Bordeaux Bastia Ligue 1 22042017

Couvé par Jussiê qui l’a beaucoup aidé dans son intégration, Malcom comme tout Bordelais se joint à la bande des "Sud-américains" pour se sentir épaulé. Avec Rolan, Vada, Arambarri et Pablo, il se trouve des amis qui vont l’aider dans son début de parcours chez les Girondins. Le déclic définitif va venir avec l’arrivée de Jocelyn Gourvennec à l’été 2016. Séduit par son profil de milieu offensif excentré, le technicien breton voit en Malcom un joueur capable de sublimer les Marine et Blanc.

Une belle marge de progression

En décembre 2016, à l’issue d’une première partie de saison contrastée pour Bordeaux, Gourvennec faisait le point sur son équipe. Il ne manquait pas de souligner l’apport du Brésilien de 20 ans à son collectif tout en précisant qu'il garde une marge de progression. "Quand Malcom est bon, l'équipe l'est aussi. C'est un joueur différent, sérieux, très à l'aise techniquement et qui voit très bien le jeu. Cet été il a effectué sa première préparation en Europe et il a enchaîné par un très gros début de saison (...) Il est encore jeune, il manque d'expérience et cela explique qu'il soit encore assez irrégulier, notamment sur le plan mental. Or, Bordeaux a besoin de lui à son meilleur niveau car il a un talent incroyable."

Avec ses sept réalisations et ses cinq passes décisives en 37 apparitions, Malcom a compté dans la sixième place finale des Bordelais. Depuis janvier 2017, il a même formé avec Laborde et Kamano un trio efficace et complémentaire, la "KLM". Des trois compères, le Brésilien est sans aucun doute le leader technique, celui par qui passe de nombreuses séquences, des contre-attaques aux attaques placées en passant par les coups de pied arrêtés qu’il partage avec Vada. Sur 90 minutes, il lui est difficile de maintenir son niveau de performance mais en prenant encore plus de volume de jeu et avec une certaine maturité naissante, il saura mieux se gérer sur un terrain.

Un joueur "intransférable"… Jusqu’à quand ?

Pour la première fois dans sa jeune carrière, l’international espoir auriverde va découvrir la Coupe d’Europe. Le 27 juillet prochain, il sera opposé aux Estoniens de Kalju ou aux Hongrois de Videoton. Après plusieurs campagnes galvaudées, l’Europa League est prise très aux sérieux au Haillan et Malcom ne devrait pas être ménagé. Surtout que le président Stéphane Martin a tout fait pour retenir son joueur cet été. La barre aurait été fixée à 30 millions d’euros, de quoi refroidir les éventuels prétendants.

Sauf accident de dernière minute donc, Malcom sera bien bordelais pour l’exercice 2017-2018. Installé confortablement sur l’aile droite, le milieu offensif a eu la confirmation que Sabaly serait de nouveau son partenaire dans ce couloir. Les deux jeunes joueurs ont développé de beaux automatismes et l’ancien Parisien assure une réelle couverture à son ailier. Le repli défensif est sans doute l’un des axes où le natif de Sao Paulo doit progresser, même s’il s’est nettement amélioré depuis son arrivée sur le Vieux Continent.

Le joueur avait confié à Goal qu'il savait que plusieurs équipes s'intéressaient à lui. "Je suis content que mon travail soit reconnu. C'est une conséquence de ce qui se fait ici à Bordeaux et des résultats du club. C'est bien de savoir que d'autres clubs me suivent mais je ne pense qu'à ce club pour le moment." Comme tout joueur de cet âge, des prestations plus régulières sont attendues même si Malcom ne se tracasse pas trop à ce sujet. Comme d'autres Brésiliens avant lui, plus fantasques sans doute, il a besoin de cette part de liberté pour s'exprimer. C'est par cette voie-là que passera sa confirmation en France et son éclosion sur la scène continentale.

Fermer