News Résultats en direct
Bordeaux

Girondins de Bordeaux - Après la qualification, Gustavo Poyet menace de s'en aller

00:15 UTC+2 17/08/2018
BORDEAUX
Ambiance électrique ce jeudi soir dans les travées du Matmut Atlantique, où Gustavo Poyet, l'entraîneur de Bordeaux a menacé de quitter le club.

Malgré la victoire des Girondins de Bordeaux face à Mariupol ce jeudi soir (2-1), qui plus est synonyme de qualification pour les barrages de la Ligue Europa, l'entraîneur Gustavo Poyet n'était que très peu satisfait... Et c'est un euphémisme de le dire. 

En effet, en conférence de presse d'après match, celui qui ne s'était pas gêné depuis son arrivée pour user des médias afin de faire passer des messages à ses dirigeants, notamment au sujet de l'épineux dossier menant au Brésilien Malcom, a récidivé. Mais cette fois, le technicien n'y pas allé avec le dos de la cuillière, et s'est adonné à des déclarations surréalistes, menaçant de quitter le navire alors que la saison vient seulement de débuter. 

"Je ne sais pas si je vais poursuivre", menace Gustavo Poyet...

"C’était ma pire journée ici. Le départ de Gaëtan Laborde (à Montpellier) est inacceptable. J’ai besoin d’explications. On verra demain... Je ne sais pas si je vais poursuivre", a ainsi lâché l'entraîneur, arrivé en cours de saison dernière pour remplacer Jocelyn Gourvennec. 

Forcément, cela n'a pas manqué de jeter un sérieux froid dans les travées du Matmut Atlantique, même si des tensions internes sont évoquées chez les marine et blanc depuis plusieurs semaines désormais, le torchon brûlant entre le principal intéressé et la cellule de recrutement. Visiblement remonté, il semblerait que le départ de l'attaquant de 24 ans vers l'Hérault ne soit pas passé auprès de l'entraîneur, qui comptait l'aligner ce jeudi soir... 

 "Il veut démissionner ? Chacun est libre", lui répond son président

"Je comprends mal ce coup de sang. Poyet était au courant mercredi après-midi du départ de Laborde, a réagi le dirigeant bordelais. Il veut démissionner ? Chacun est libre, peut-être qu'il a déjà pris sa décision. On verra demain", a pour sa part répondu le président bordelais Stéphane Martin, qui semblait peu surpris, ne laissant que peu de place à l'optimisme pour les supporters girondins.

Un climat que l'on peut aisément qualifier d'électrique, non sans rappeler le départ du discuté Marcelo Bielsa de l'Olympique de Marseille le 8 août 2015, lui aussi, avant même la 2ème journée de Ligue 1... Bis repetita ? Une chose est sûre, demain, le club qui s'était classé 6ème au terme de la saison dernière pourrait se réveiller avec la gueule de bois, mais pas vraiment suite à une victoire trop arrosée...