News Résultats en direct
France

France, Didier Deschamps : "Les joueurs savent que c'est moi qui décide"

15:40 UTC+2 10/05/2021
Didier Deschamps France
Le sélectionneur des Bleus a évoqué sa manière de gérer son effectif et la nouvelle génération, à la fois "sous contrôle", mais avec une proximité.

Le métier d'entraîneur et de sélectionneur évolue sans cesse dans le temps. Aujourd'hui, les entraîneurs doivent absolument savoir gérer un groupe et les égos pour pouvoir réussir à moyen et long terme. Didier Deschamps est plutôt réputé en la matière et a souvent souligné l'importance de la vie de groupe notamment en équipe de France pour pouvoir réussir une grande compétition. Dans un entretien accordé à l'AFP, le sélectionneur de l'équipe de France en a dit un peu plus sur sa manière de gérer le stress et ses joueurs avant les matches.

Équipe de France - Les frères Hernandez réunis, Lucas ne dit pas non

"Être sous contrôle, c'est la fonction qui veut ça. Cela n'empêche pas d'être naturel. Je suis quelqu'un qui aime bien parler. Encore faut-il que les mots soient en adéquation avec ce qu'on dégage. Un entraîneur qui demande à ses joueurs d'être "tranquilles" mais qui a des gouttes qui lui coulent du front... (il grimace). Par moments, on peut être habités par certains doutes, mais il faut faire en sorte que ça ne se voie pas. On intériorise beaucoup, on prend sur soi, parce qu'à un moment, il faut décider et on ne peut pas faire plaisir à tout le monde", a analysé Didier Deschamps.

"La proximité n'empêche pas le respect et l'autorité. Ils savent bien que c'est moi qui décide. L'essentiel pour moi est d'avoir une relation de confiance. (...) Je ne leur donne pas de conseils mais mon avis, je vois ensuite comment ils réagissent. Il faut peut-être un peu plus de proximité aujourd'hui parce que la notion affective est plus importante. La nouvelle génération est en demande", a ajouté le sélectionneur de l'équipe de France.

"Ma porte est ouverte à n'importe quel moment"

Didier Deschamps essaye autant que possible de dialoguer avec ses joueurs : "Cette génération a besoin qu'on vienne lui justifier les choix ? Justifier non, jamais, mais expliquer et argumenter. On ne peut pas justifier. À un moment, il faut faire des choix avec X qui est plus fort que Y. Mais si je dis à Y "je ne te fais pas jouer", lui est convaincu d'être plus fort que l'autre. La discussion permet de ne pas les mettre devant le fait accompli, mais avant d'arriver à des décisions importantes je prends le temps d'échanger, d'avoir le maximum d'informations, je les fais participer aussi, c'est important".

Équipe de France - Anthony Martial disponible pour l’Euro ?

"Je le fais, même si je ne peux pas tous les voir. Ce ne sont pas tous des entretiens formalisés. Ça peut être après un repas, sur le terrain avant ou après l'entraînement, deux ou trois minutes en marchant. On discute, pas forcément de football. Cela vient dans les deux sens. Ma porte est ouverte à n'importe quel moment. Notre objectif, surtout quand on est en grande compétition, c'est de ne perdre personne. Le premier jour, ils sont tous heureux, ils ont tous la banane. Après, chaque jour qui passe... Il y a les matches de prépa, puis la compète. Il faut accorder autant si ce n'est plus à ceux qui jouent peu ou pas", a ajouté le sélectionneur des Bleus.

Didier Deschamps ne veut pas faire le parallèle entre le doublé des Bleus réalisé par la génération 1998 et celui que ses joueurs auront l'occasion de réaliser cet été : "Est-ce que je parle du doublé 1998-2000 à mes joueurs pour les inspirer ? C'était une autre époque, certains n'étaient pas nés... (...) La défaite de 2016 nous a servi deux ans après, surtout pour mieux gérer l'événement qu'est une finale de grande compétition. Le côté émotionnel est important : plus on connait de finales, plus les situations se répètent. (...) C'est surtout important pour désacraliser l'événement même si c'est difficile, parce que ça reste le top du top".