FIFA - Blatter pointe du doigt Infantino et le manque de transparence

Commentaires()
Getty Images
Régulièrement critique à l'encontre de Gianni Infantino, Sepp Blatter, l'ancien président de la FIFA, a remis le couvert ce mercredi.

Âgé de 83 ans, Sepp Blatter est suspendu de toutes fonctions liées au football depuis 2015 en raison d'un gigantesque scandale de corruption qui avait touché la FIFA, après l'avoir justement présidée durant de nombreuses années. Sous le feu des critiques et pointé du doigt à maintes reprises, le dirigeant suisse ne cesse pourtant de se défendre d'avoir cédé à la corruption pendant ses différents mandats. 

Déterminé, Sepp Blatter avait annoncé son souhait d'aller plus loin, le 8 mai dernier, affirmant son intention de poursuivre l'instance dirigeante du football mondial et son président actuel, Gianni Infantino, pour avoir diffusé de "fausses informations" à son encontre et porté atteinte à sa réputation. Ce mercredi, l'ancien patron du football mondial s'est de nouveau opposé à son successeur, cette fois dans un entretien accordé à l'AFP. 

L'article continue ci-dessous

"Il n'y a pas de transparence, et c'est pourtant ce qu'il prêchait"

"Sur la proposition de 48 équipes pour le Mondial 2022 au Qatar, où était la transparence dès le début ? Il n'y a pas de transparence, et c'est pourtant ce qu'il prêchait. Gianni, que j'ai connu comme secrétaire général de l'UEFA, était l'un de ceux qui ont freiné la mise en oeuvre du paquet de réformes arrêté au congrès de 2011. On avait alors décidé aussi de contrôler l'intégrité des membres. Qui était le premier à prendre la parole ? Infantino", a pesté le Suisse

Sepp Blatter Qatar World Cup 2022

"La FIFA a essayé de jouer un rôle qui n'est pas le sien. Dans la géopolitique, la FIFA peut de temps en temps être un acteur, mais devenir "directeur de show", ce qu'il a essayé de faire avec le Mondial à 48 (contre 32 actuellement) et l'élargissement du Mondial des clubs, ça n'a rien à faire avec les principes de base de la FIFA. Il ne fallait pas mettre les pieds là-dedans (...) On n'a pas besoin de ça", a ensuite ajouté Sepp Blatter, opposé à un Mondial à 48 équipes en 2022

Fermer