Everton-Liverpool - Plus qu'un derby pour des Toffees transfigurés

Commentaires()
GETTY
Sixième de Premier League, Everton récolte les fruits de ses bons choix effectués cet été et espère que ce derby viendra confirmer son renouveau.

S'il existe bien un sport dans lequel il est difficile de bousculer la hiérarchie, le football serait assurément celui-ci, tant le volet financier revêt, et cela tend à s'accentuer encore un peu plus au fil des années, une importance capitale. Et s'il existe bien un championnat dans lequel cette donnée est encore plus criante, force est de constater que la Premier League apparaît en tête de liste. Outre le titre historique remporté par les Foxes de Leicester City lors de l'exercice 2015-2016, il suffit d'aller jeter un oeil à l'identité des vainqueurs du championnat anglais ces vingt dernières années pour s'en apercevoir... 

Pourtant, Outre-Manche, les différentes formations disposent de moyens financiers surréalistes, censés permettre à n'importe quel club, à condition bien sûr de se montrer ambitieux, malin et discipliné, d'espérer semer le désordre dans les premières places. Ainsi, neuf fois vainqueurs de Premier League, mais aussi quintuple détenteurs de la FA Cup, les Toffees d'Everton semblent vouloir être de ces équipes qui osent, en témoigne leur intersaison particulièrement réussie, notamment en matière de recrutement. Disposant du statut professionnel depuis 1885 et pensionnaire de Goodison Park, l'Everton Football Club est une formation mythique en Angleterre, de celles qui peuvent encore nourrir un espoir même infiniment infime de, comme les Foxes de Claudio Ranieri, mettre fin à l'hégémonie des grosses cylindrées du championnat, qui règnent d'un main de maître depuis de trop nombreuses années. 

Everton Goodison Park 11032018

En effet, si la marge entre le club de la Mersey et les équipes favorites telles que Manchester City ou encore Liverpool - toutes deux encore invaincues après 13 rencontres de championnat disputées - apparaît encore comme trop conséquente pour espérer lutter ne serait-ce que pour une qualification pour la prochaine Ligue des Champions en mai prochain, force est de constater que celle-ci s'est considérablement réduite. Grâce à un affaiblissement des armadas offensives déjà installées aux premières places ? Non. Grâce à un parfait cocktail mêlant recrutement audacieux, large revue d'effectif, instauration de principes de jeu affirmés et vision à long terme. Et alors que les Toffees s'apprêtent à disputer ce dimanche (17h15) le derby face à Liverpool, le grand rival car autre club des bords de la Mersey, ce match au sommet pourrait constituer le principal fait d'arme de son renouveau. 

L'article continue ci-dessous

Habituellement proche des équipes de tête au classement, le club fondé en 1885 a un peu plus de mal depuis la saison 2013/2014, au terme de laquelle il avait terminé à une honorable 5ème place. Lors des deux exercices suivant, Everton s'était classé par deux fois à la 11ème position, avant de finir 7ème puis 8ème, non sans difficultés. Alors pour tenter de remédier à cela, les Toffees ont recruté de manière judicieuse cet été. 

Un recrutement audacieux, qui s'avère fructueux 

Ainsi, trois joueurs du FC Barcelone sont venus garnir les rangs du club anglais. Dans un premier temps, c'est le latéral français Lucas Digne (11 rencontres disputées) qui a fait le choix de quitter la Catalogne pour se relancer en Grande Bretagne, moyennant la somme de 20 millions d'euros. Dans un second temps, un autre défenseur a fait de même, puisque Yerry Mina a été transféré contre 32 millions d'euros, après une Coupe du Monde réussie avec la Colombie durant laquelle il avait inscrit 3 buts grâce à un jeu de tête qui devrait lui permettre de briller en Premier League. Arrivé blessé, le rugueux défenseur central n'a pour l'heure disputé que deux rencontres, mais devrait à coup sûr apporter une réelle valeur ajoutée à la formation entraînée par Marco Silva.  

PS Everton Mercato

De plus, André Gomes, Champion d'Europe en 2016 avec le Portugal, a quant à lui été prêté par le club catalan, venant s'ajouter à un milieu de terrain déjà performant, notamment composé de Morgan Schneiderlin, Idrissa Gueye, Tom Davies et Gylfi Sigurdsson. Trois recrues intéressantes sur le papier, venues s'ajouter à la signature du milieu de terrain offensif Bernard, 10 matches jouées cette saison en Premier League et 14 sélections au compteur avec la Seleçao, arrivé libre après une aventure réussie en Ukraine, au Shakhtar Donetsk. De plus, l'international français Kurt Zouma a été prêté par Chelsea dans le but de former une charnière centrale particulièrement athlétique aux côtés de Yerry Mina. Nécessaire, alors que Ramiro Funes Mori et Ashley Williams avaient eux quitté le navire... Progression.  

Enfin, vraisemblablement grâce au nouvel entraîneur Marco Silva - technicien aux principes de jeu très offensifs réclamant à ses protégés prises de risques et verticalité - qui l'avait révélé la saison précédente à Watford, le Brésilien Richarlison est lui arrivé contre l'importante somme de 40 millions d'euros. Âgé de 21 ans, le joueur n'a pas tardé pour prendre ses marques et a déjà scoré à 6 reprises en championnat, ce qui lui a d'ailleurs permis d'être sélectionné avec la Seleçao ces derniers mois. Un fer de lance tout trouvé pour mener à bien les objectifs des pensionnaires du Goodison Park. Et ce dès ce dimanche (17h15) face aux Reds, qui n'ont plus perdu contre Everton depuis 2010. Une période de disette bien trop longue aux yeux des supporters.

En guise de motif de satisfaction, ces derniers peuvent toutefois se frotter les mains non sans un certain plaisir en s'essayant au jeu des comparaisons, puisqu'après 13 journées de championnat, Everton affiche déjà 22 points au compteur et occupe la 6ème place. L'an passé, au même stade de la saison, ceux qui étaient alors entraînés par un certain Sam Allardyce n'en comptaient que 12 et figuraient à une inquiétante 16ème position. Un nouveau visage, séduisant, qui se traduit donc dans les chiffres et qui n'attend désormais qu'une chose : s'affirmer encore un peu plus en l'emportant face aux Reds de Jürgen Klopp. 

Prochain article:
Mercato - Entre l'Olympique de Marseille et Mario Balotelli, tout semble (enfin) réuni pour un transfert
Prochain article:
ASSE-OL (1-2) - Moussa Dembélé offre le derby et se règle à l'heure lyonnaise
Prochain article:
ASSE-OL, Aulas, Genesio et toutes les réactions en zone mixte
Prochain article:
Mercato - Almamy Touré (Monaco) à l'Eintracht Francfort l’été prochain ?
Prochain article:
Barça, Ousmane Dembélé touché à la cheville
Fermer