France-Islande, Lars Lagerbäck : "Aller à Marseille"

Commentaires()
Getty Images
Malgré un énorme exploit face à l'Angleterre, l'Islande ne compte pas se reposer sur cette rencontre. Lars Lagerbäck sait que ses joueurs peuvent encore aller plus haut.

Il se dégage une confiance impressionnante de cette équipe d'Islande représentée par Lars Lagerbäck, Heimir Hallgrímsson - les sélectionneurs - et Aron Gunnarsson, le capitaine lors de la conférence de presse d'avant-match, ce samedi. La surprise de l'Euro ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. A la veille d'affronter la France, les Islandais ne veulent pas penser à ce qu'ils ont fait mais sont déjà tournés vers ce qu'ils peuvent faire. Il sera bien temps de se congratuler après la compétition.

Après la victoire contre l'Angleterre vous êtes resté très calme sur votre banc, comment l'expliquer ?

Lars Lagerbäck : C'est difficile de décrire ce qu'il peut vous passer par la tête dans ces moments-là. Vous devez rester concentrés sur le match donc j'essaye de le faire au maximum. Avec le temps j'arrive à garder mon calme. On peut influencer le match mais il faut le faire de la manière la plus calme possible. Mon entraîneur de l'époque à West Ham m'a dit une chose qui m'est restée durant ma carrière d'entraîneur. "Faire les choses simples, c'est être un génie". C'est ma manière de voir les choses. 

Comment avez-vous fait pour faire redescendre la pression autour de vos joueurs après cette victoire face à l'Angleterre ?

Cela n'a pas été très difficile. Le tournoi n'est pas fini donc on n'a rien modifié dans notre manière de faire. On a fait quatre très bons matches mais il y en a un cinquième qui arrive et il faut rester les pieds sur terre. Il faut être 100% professionnels et continuer à travailler pour aller à Marseille lors du prochain tour (lieu de la demi-finale, ndlr). C'est ce que j'ai dit à mes joueurs. Nous avons un dialogue très ouvert entre nous et ça m'aide dans mon travail.

Qu'est-ce que l'équipe d'Islande a que la France n'a pas ?

Nous ne savons pas tout de la France mais nous avons un esprit d'équipe. On est peut-être meilleur dans ce domaine. L'équipe connait son identité et on joue en conséquence. C'est peut-être l'avantage que l'on a. Tous les Français jouent dans les meilleurs clubs du monde et individuellement ils sont peut-être meilleurs que nous mais notre équipe peut être meilleur que celle des Français.

Combien de chance vous donnez-vous face à la France ?

C'est très diffiicile de répondre à cette question car je dis toujours aux joueurs que l'on a de grandes chances. Je peux dire que la France est favorite mais pas une très grande favorite. Le plus important est de sortir dimanche sur le terrain et de penser qu'on peut les battre. Avec cette attitude on pourra leur causer des problèmes. 

Comment arrivez-vous à mixer votre équipe entre des joueurs qui jouent au haut niveau et d'autres qui n'y sont pas ? 

C'est un un processus quand tu arrives en tant qu'entraîneur. Quand tu parles aux joueurs, ils veulent tous gagner mais il faut leur poser la question : comment veux-tu gagner ? Si une équipe est très bien organisée, qu'elle sait ce qu'elle doit faire, cela amène de la confiance. S'ils ont des bases pour faire ce qu'ils savent faire, ça les aide sur le terrain. Je n'ai jamais aimé les débats sur ce qu'était le bon et le mauvais football, tout dépend ce que vous appelez le spectacle. 

En 2004, vous êtes arrivés en quart avec la Suède, est-ce que vous pouvez comparer ce tournoi avec celui de 2004 ? Est-ce un plus gros exploit pour vous ? 

La différence est que nous venons ici comme une nouvelle équipe. Nous avons vraiment bien planifié notre compétition, c'est une nouvelle situation pour nous et les joueurs. Nous voulons simplement gagner des matches. Peut-être qu'avec la Suède nous pensions être meilleur que l'on peut penser l'être avec l'Islande mais il n'y a pas tant de différence car nous voulons terminer vainqueur à chaque fois. Nous savons que nous pouvons battre n'importe quelle équipe. 

Vous avez 9 cartons jaunes et donc beaucoup de menaces de suspension avant ce match, qu'en pensez-vous ?

 Je ne suis pas satisfait du tout. C'est trop.

Loïc Tanzi, au Stade de France

Prochain article:
Tottenham, Harry Kane de nouveau élu meilleur joueur d'Angleterre
Prochain article:
Barcelone - Faute ou pas faute ? Le but controversé de Luis Suarez contre Leganés fait débat en Espagne
Prochain article:
Arrivées, rumeurs, besoins... Toutes les infos sur le mercato hivernal du Bayern Munich
Prochain article:
Mercato - Entre l'Olympique de Marseille et Mario Balotelli, tout semble (enfin) réuni pour un transfert
Prochain article:
ASSE-OL (1-2) - Moussa Dembélé offre le derby et se règle à l'heure lyonnaise
Fermer