Euro 2016, J. Lambert : "Tirer les enseignements de ce qu'il s'est passé"

Commentaires()
Gettyimages
Après les attentats qui ont frappé Paris et le Stade de France vendredi, Jacques Lambert, organisateur de l'Euro 2016, a abordé la sécurité du tournoi.

La France est en état de choc depuis les attentats meurtriers qui ont touché Paris et le Stade de France, vendredi soir. Alors que l'Euro 2016 est en ligne de mire, la question du sport est passée au second plan, pour l'instant, mais elle reviendra rapidement sur la table. Les actes terroristes de la semaine dernière renforcent en effet la problématique de la sécurité pour le tournoi continental l'été prochain. 

Le risque de terrorisme "en tête des préoccupations"

Jacques Lambert, organisateur de la compétition, ne cache pas ses préoccupations, mais il affiche son carnet de route. "Cela fait trois ans que nous travaillons de façon intensive avec le ministre de l’intérieur sur l’élaboration de l’Euro, et cela fait trois ans que le risque de terrorisme est en tête de nos préoccupations", a t-il expliqué d'emblée dans des propos accordés à RMC. "Cela ne remet pas en cause tout ce qui a été fait depuis plusieurs mois puisque nous continuons à travailler dans ce sens-là".

A lire également ANALYSE - Les attentats de Paris posent la question de la sécurité de l’Euro 2016

L'ancien dirigeant de la F.F.F. a évoqué un point sensible : les alentours des enceintes. "La problématique, elle est dans tous les lieux qui ne sont pas des lieux de contrôle (avec des palpations, ndlr). Tous ces lieux sont par définition la voie publique. On voit bien qu'elles ont été les cibles des attentats de vendredi soir. Personne n’est rentré dans le Stade de France. Ce qu’il s’est passé, c’est aux abords".

L'inquiétude pour les fans zones

Les fans zones, ces vastes espaces de rencontres entre supporters, constituent donc une préoccupation majeure dans le programme du Comité d'Organisation. "Je ne garantis rien dans la mesure où ce serait totalement indécent de ma part… Nous devons tirer les enseignements de ce qu’il s’est passé. Les fans zones, c’est un des sujets sur lesquels nous devons nous pencher. Je connais toutes les données du problème, c’est un sujet très difficile. Plus difficile que celui des stades".

L'article continue ci-dessous

Jacques Lambert assure enfin que toutes les données ont été prises en compte dans le contexte actuel. Le dispositif de sécurité sera "maximal" dans l'Hexagone. "Le dossier de candidature lui-même sur le plan de la sécurité avait été rédigé d’un commun accord avec le Ministère de l’intérieur (…) Cela atteste que ce travail est ancien, intense, et avec un état d’esprit de collaboration", a t-il souligné.

"Le choc émotionnel a été tel vendredi soir qu’il serait surprenant qu’une majorité de gens ne soient pas inquiets. Mais je donne l’absolue garantie que d’ici le 10 juillet, jour de la finale, tous bénéficieront d’un dispositif de sécurité maximale".

Get Adobe Flash player

Fermer