Équipe de France - Passer de la réaction à l'action, pas si simple pour les Bleus

Commentaires()
Sportsfile
Depuis le début de l'Euro, les Bleus réagissent plus qu'ils n'agissent, mais contre l'Islande dimanche ils espèrent réussir leur entame de match. Pour une fois...

Avant une belle et grande soirée, il y a souvent le "Before". Mais visiblement ce n'est pas le truc de l'équipe de France. Depuis le match d'ouverture, les Bleus éprouvent des lacunes à débuter leurs rencontres. Décevante, peu inspirée, amorphe, la sélection tricolore a montré un visage timoré lors de ces entames de match. Un axe de progression non négligeable pour Didier Deschamps et ses joueurs, conscients que pour gagner un tournoi comme le championnat d'Europe, il est plus souvent conseillé d'agir que de réagir.

Contre la Roumanie (2-1), il y a eu l'excuse de la pression et l'envie de bien faire. Face à l'Albanie (2-0), rebelote. Puis l'état du terrain, mauvais contre les Albanais et les Suisses (0-0), a trouvé écho auprès du staff tricolore avant que l'Irlande ne mette tout le monde d'accord en inscrivant un penalty après seulement trois minutes de jeu (but de Brady, ndlr). Alors, comment expliquer ces retards à l'allumage ? "Je ne sais pas", lâche Adil Rami, lui-même surpris par les difficultés de l'équipe de France à réussir ces entames de match. "Je ne suis pas magicien", ajoute Patrice Evra, le "Tonton" du vestiaire. Depuis le début de l'Euro, les rencontres se suivent, l'histoire se répète et les scènes de joie aussi, mais le changement est peut-être pour maintenant. En tout cas, les Bleus seraient bien inspirés de changer leurs habitudes. Car si la routine leur réussit pour l'instant, de tels débuts de partie pourraient les pousser vers la sortie. "Quand tu encaisses un but aussi rapidement, c’est compliqué dans les têtes", reconnaît Dimitri Payet, questionné après la victoire face aux Irlandais (2-1).

Manque d'expérience, d'automatismes ou pression inutile ?

Au sein du groupe, tout le monde l'admet. Les débuts de match ne sont pas bons et il faut remédier à cela. Dimanche, sans un grand Hugo Lloris, l'équipe de France aurait pu être menée de deux buts, ce qui aurait sérieusement compliqué la tâche des Tricolores, peu habitués, il est vrai, à jouer à 15 heures de l'après-midi. Mais s'appuyer sur cette excuse serait trop simple. Les joueurs n'ont même pas cherché à prendre cette porte de sortie. Pour Evra, les explications se trouvent ailleurs. "On attend beaucoup de cette équipe de France. Certains ont peut-être une pression inutile. Mais ce n’est pas de la peur. On veut trop bien faire. Et parfois, à trop vouloir bien faire, tu ne te relâches pas", estime le latéral gauche des Bleus.

La jeunesse de la sélection tricolore, son manque d'expérience et l'absence de certains joueurs (Benzema, Valbuena, Varane, Sakho...) rejaillissent depuis plusieurs jours sans que cela ne devienne une affaire d'État. La bonne entrée de Kingsley Coman a également semé le doute. Mais les Bleus, eux, préfèrent retenir ce qui a été bien réalisé, sans se prendre la tête. "Soyons positifs !", tonne Blaise Matuidi. "Retenons les choses que l'on a bien faites !" 

Il est pourtant clair que l'équipe de France doit agir. Elle ne peut pas se permettre de faire la même erreur que l'Angleterre qui s'est laissée endormir lundi après avoir ouvert le score contre l'Islande (1-2). Depuis le début de la compétition, Didier Deschamps peut s'appuyer sur des joueurs dotés d'une grosse force mentale, mais est-ce suffisant ? "À chaque fois, on est dans le temps de la réaction. Il ne faut plus seulement réagir, mais agir. D’entrée. Parce que, là, ça passe. Mais à un moment donné, ça ne passera plus, prévient Patrice Evra. On a besoin de se faire peur. C'est ça le problème. Un jour, cela ne passera pas. Il faut que ça bouillonne pour qu'on se libère." Une prise de conscience collective qui nécessite désormais un passage à l'acte, sans Adil Rami et N'Golo Kanté, suspendus pour l'occasion. Un énième casse-tête pour le sélectionneur, de nouveau contraint de modifier ses plans alors qu'il semblait avoir trouvé une certaine ossature défensive. Prétexte à une nouvelle entame de match ratée ? L'Islande ne demande que ça...

Prochain article:
Mercato - Un espoir d'Amiens vers Manchester United
Prochain article:
OFFICIEL - Leeds annonce l'arrivée du gardien madrilène Kiko Casilla
Prochain article:
Foden, de Ligt et Vinicius révélés comme les Future Stars sur FIFA 19 Ultimate Team
Prochain article:
Mercato - Higuain, Morata, Piatek... Le jeu des chaises musicales chez les attaquants cet hiver
Prochain article:
Officiel - Bordeaux-Dijon décalé du samedi à 20h au dimanche à 19h
Fermer