Equipe de France - Déçu par Adrien Rabiot, Didier Deschamps ne lui ferme pas la porte pour autant

Commentaires()
Matthias Hangst/Getty
Didier Deschamps a évoqué le cas Adrien Rabiot dans un long entretien accordé au Parisien après le gain de la deuxième étoile.

Ces dernières semaines ont été agitées. Tant pour les 23 en Russie, au septième ciel, que pour Adrien Rabiot qui a fait savoir à la FFF qu'il ne souhaitait pas faire partie des réservistes annoncés par Didier Deschamps en vue de la Coupe du Monde. Une attitude qui n'a pas plus au sélectionneur qui en a reparlé dans les colonnes du Parisien.

Didier Deschamps assure qu'il sait pourquoi il n'a pas pris Adrien Rabiot. Il se dit "déçu" de son choix, mais ne ferme pas pour autant la porte à un retour en Bleu. "Je ne dis pas non pour paraître catégorique. Mais ce qui m’a profondément déçu, c’est qu’il puisse avoir une telle attitude par rapport à ce que représente ce maillot. Même si je lui accorde le fait que ce n’est peut-être pas le seul responsable", a expliqué le double champion du monde, comme joueur puis sélectionneur.

L'article continue ci-dessous

"Il fait partie d’une génération qui a beaucoup de mal à s’excuser, c’est comme ça. Je ne vais pas faire un cas particulier, a-t-il ajouté à ce sujet. Je peux comprendre l’immense déception de ne pas y être. Mais de franchir la ligne, par rapport à ce qu’il a fait, pas seulement à moi mais aussi ses partenaires. Ce qui n’enlève en rien la qualité du joueur, mais ça non, ce n’est pas possible. Ils sont entourés des personnes qu’ils veulent, des personnes qui les conseillent, bien ou mal, il y a tellement d’entourages de nos jours."

"Un départ ? Je ne me suis pas posé la question"

Sous contrat avec la FFF jusqu'en 2020, le sélectionneur des Bleus n'a pas non plus échappé aux questions sur son propre avenir. Reconduit par le président Noël Le Graët, il assure n'avoir jamais songé à un départ : "Je suis fait comme cela, je suis quelqu’un qui respecte ses engagements. Je fais en sorte d’accomplir les objectifs qui sont les miens. C’est aussi une question de respect et de confiance par rapport à mon président. Je ne pense pas à moi. Je ne me suis pas posé la question."

"Je suis là pour encore deux ans, c’est déjà bien comme ça. On ne va pas nous enlever la Coupe du monde, mais il y en aura une autre dans quatre ans. La fin de mon contrat est prévue pour 2020 pour le moment, et c’est très bien comme ça. Je ne me soucie pas de moi. Je ne m’en souciais pas avant la Coupe du monde", a-t-il conclu.

Fermer