Équipe de France - Blaise Matuidi : "À un moment, il a fallu muscler le discours"

Commentaires()
Getty
En conférence de presse à Clairefontaine ce jeudi, Blaise Matuidi a expliqué que Didier Deschamps a "remis de l'ordre" en début de saison.

Comment vous sentez-vous physiquement et mentalement après cette longue saison ?

"C’était une longue saison post Coupe du monde, ce n’est jamais évident. Mais je pense être bien, j’ai eu l’occasion de couper un peu à la fin du championnat et je suis reparti en équipe de France avec l’objectif de gagner ces deux matches importants. Je suis en forme et disponible."

Vous attendez-vous à être titulaire en Turquie ?

"Ça il faut le demander au coach. Je m’entraîne normalement et je me sens bien mais les choix appartiennent au coach. Comme d’habitude je donne le meilleur pour aider l’équipe mais que ce soit moi ou un autre, le coach mettra la meilleure équipe possible."

Que savez-vous de cette équipe de Turquie et à quoi vous attendez-vous ?

"Je connais quelques joueurs, il y en a trois qui évoluent en Italie. La Turquie est première à égalité avec nous même si on est devant à la différence de buts. Il faudra être attentifs parce que jouer là bas ce n’est jamais facile avec la pression de leurs supporters. Mais on est prêt pour ce combat et on va répondre présent, j’en suis certain."

Didier Deschamps a-t-il modifié son discours depuis le titre de champion du monde ?

"Modifié, oui et non. On est sur une bonne dynamique, on fait de bonnes choses ces derniers temps. Bien sûr qu’à un moment donné dans la saison il a fallu muscler le discours, on a eu un petit relâchement en début de saison, il a remis un peu les choses en ordre et c’est ce qui fait qu’on est mieux. Il ne faut plus regarder derrière mais devant. On oublie pas la Coupe du monde mais il faut se concentrer sur les nouveaux objectifs et sur la qualification à l’Euro. Ça fait partie du football de toujours se remettre en question."

Quel bilan faîtes vous de votre saison avec la Juventus ?

"Un bilan plutôt positif même si en club on aurait aimé aller plus loin en Ligue des champions. À titre personnel j’ai joué pratiquement tous les matches, je n’ai pas eu de blessure donc je suis satisfait de ma saison. Il y a eu des hauts et des bas bien sûr mais dans l’ensemble ç’a été une bonne saison."

Gianluigi Buffon et le PSG ont décidé de ne pas continuer ensemble, qu’est-ce qui selon vous n’a pas fonctionné ?

"Même si je connais le club et je connais l’homme, je n’ai pas eu l’occasion de voir ce qui s’est passé en interne. Je ne pourrai pas en dire plus là dessus. Tout le monde connait la carrière de Gigi, c’est une légende du football. Le choix a sûrement été des deux côtés, Gigi a pris ses responsabilités, il est conscient de ce qu’il fait et je lui souhaite le meilleur pour la suite."

Il ne vous reste plus qu’un an de contrat avec la Juve, allez-vous y rester et avez-vous débuté des discussions pour prolonger ?

"Je suis très bien à la Juve, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. Pour le moment je suis heureux, ma famille est heureuse. Pour ce qui est de mon contrat, je laisse mon agent régler tout ça. Il a toujours bien fait les choses donc je ne suis pas inquiet."

Le président de la République Emmanuel Macron a dit de vous que vous étiez le sage de la bande, en quoi êtes vous un sage ?

"Ça fait plaisir, c’est un honneur et une fierté. Les mots qu’il a employé m’ont énormément touché. J’essaye d’être un exemple pour mes coéquipiers par mon ancienneté et mon vécu. J’essaye de montrer la bonne direction à mes coéquipiers et c’est le plus important pour moi. Je ne suis pas parfait mais je commence à avoir de la bouteille et je me dois d’être un exemple pour mes coéquipiers."

L’équipe de France débute sa Coupe du monde vendredi, quel message ou conseil souhaiteriez-vous leur adresser ?

"Tout d’abord de profiter de chaque instant parce que ça va vite, même très vite. C’est un grand moment pour elles de vivre cette compétition à la maison devant leur familles, leurs amis. Et puis qu’elle nous fassent rêver. Elles en ont la capacité et on sera à fond derrière elles."

Fermer