Equipe de France, Benzema : "Je trouve ça injuste car on ne m'a rien expliqué"

Commentaires()
Getty Images
Invité de l'émission "Team Duga" ce jeudi sur RMC, Karim Benzema réaffirmé sa volonté d'intégrer l'équipe de France et exprimé son incompréhension.

Karim Benzema a accordé une interview à RMC ce jeudi dans l'émission "Team Duga". L'attaquant du Real Madrid s'est longuement attardé sur son absence en équipe de France, alors que sa situation judiciaire n'est toujours pas réglée. 

Deschamps explique l'absence de Benzema

"Je vis mal cette situation parce que j'aime le foot"

Durant cet entretien, l'avant-centre du Real s'est attelé à rester sur la même ligne, indiquant poliment dans un premier temps que si Didier Deschamps ne le sélectionnait pas, c'était pour des raisons sportives, avant de s'attarder sur sa situation extra-sportive.

"Bien-sûr c'est dur pour un footballeur. Dans un grand club comme Madrid il n'y a que des internationaux. J'aime le foot, les gros matches et en équipe nationale il n'y a que des matches de haut niveau. A chaque fois que je suis venu en équipe de France c'était une fierté donc quand je ne suis pas dans la liste de l'équipe de France je suis déçu", a t-il déclaré. "Je suis quelqu'un qui vit football. Ce que je fais à Madrid depuis maintenant huit ans... je pense que j'ai bien prouvé, ça fait un an et demi que je ne suis plus en équipe de France, je le vis mal parce que j'aime le foot. Même s'il y en a qui peuvent dire que je n'aime pas l'équipe de France, je l'aurais dit au sélectionneur. Je trouve ça injuste parce qu'on ne m'a rien expliqué en fait. Mais je vais garder en tête que si on ne me sélectionne pas, c'est pour le foot. Si on parle extra-sportif, l'histoire que je j'ai eue avec Valbuena, pour l'instant je suis innocent. J'ai payé, ça fait un an et demi que je ne suis plus en équipe de France". 

"La dernière fois que j'ai eu Deschamps, c'était bien avant l'Euro"

Benzema a ainsi indiqué qu'il n'avait pas eu de contact avec Didier Deschamps depuis plus d'un an. "La dernière fois que j'ai eu le sélectionneur au téléphone, c'était bien avant l'Euro, avant la demi-finale ou la finale de la Ligue des champions", a poursuivi l'attaquant français. "Il m'a dit qu'il ne me sélectionnerai pas. Depuis ce jour-là, on n'a plus eu de contact. Il m'a dit : 'Karim, je vais te dire quelque chose qui ne va pas te faire plaisir, je ne te sélectionne pas'. Je n'avais pas besoin d'autre explication à ce moment-là donc j'ai coupé le téléphone, mais aujourd'hui avec du recul, j'aimerais bien qu'il m'explique. Cette question, je me la pose tous les jours".

benzema deschamps

Même son de cloche pour Noël Le Graët, le président de la F.F.F., qui l'a souvent soutenu. "On va arrêter. Il ne m'a pas eu au téléphone, ça fait très longtemps. La dernière fois qu'il m'a eu c'était par mail. Mais c'est pareil je m'entends très bien avec le président comme avec tous les joueurs. J'aimerais bien qu'il m'explique".

Karim Benzema estime également que son image publique a grandement contribué à cette mise à l'écart. "De toute façon, ce n'est pas que je suis un cas particulier. Mais on sait très bien que quand je viens en équipe de France, avant cette affaire ou maintenant, la pression a toujours été sur moi. Mais faut juste être clair avec moi, j'aime le football", a t-il encore souligné, avant de répéter qu'il souhaitait "bien sûr" continuer. "Je pense que cette affaire a pris une trop grosse ampleur, tout le monde s'en est mêlé. C'était trop. J'aimerais bien avoir des explications entre hommes. Je ne vais pas lâcher. Si certaines personnes estiment que je vais lâcher, elles se trompent. C'est le football, tu joues pour tes supporters, pour ta famille, pour ton pays, pour gagner. En plus, l'équipe de France maintenant... Il y a plus de buts, plus d'occasions, tu sens que ce n'est pas qu'un seul joueur...".

"Je ne regrette pas mes paroles à Marca"

L'ancien lyonnais est aussi revenu sur les paroles qu'il avait tenues juste avant l'Euro et qui avaient fait tant de bruit. Il avait alors déclaré, pour rappel, que Deschamps avait, selon lui, cédé à "une partie raciste de la France". Des déclarations qu'il ne regrette pas du tout. "Je ne peux pas regretter ces mots-là, c'est vrai. C'est évident même. Le sélectionneur l'a peut-être mal compris, mais en aucun cas je n'ai dit qu'il était raciste. Ni lui, ni Le Graet. Je ne l'ai jamais pensé".

Benzema conçoit que Deschamps ait pu être touché par ces dires. Et c'est pourquoi il l'invite à s'expliquer. "C'est flou, cette histoire. S'il regrette ça, alors qu'on s'appelle et qu'il s'explique. Ça peut le toucher. Qu'il m'appelle et qu'il me demande : 'Karim, c'est quoi ces paroles ?' (…)Je sais très bien qu'il y aura toujours des polémiques. Le problème c'est que ça me fait quelque chose, car ce sont des personnes que j'apprécie. Il faut échanger".

"Lâcher ? Ça passe par la tête. Mais je ne lâche pas"

Concernant l'acharnement dont il est la victime, avec ces nombreux sondages qui le dévalorisent, l'avant-centre merengue essaye de faire abstraction, mais il reconnait que c'est compliqué. "Je travaille, j'entends ce qui peut se dire autour de moi. Comme quoi je n'aime pas l'Equipe de France. Mais moi, quand je croise des Français, ils veulent tous que je revienne en Equipe de France. On essaye à chaque fois de mettre toutes les mauvaises choses sur moi. Mais, ça fait partie de ma vie. Je viens d'en bas et j'ai toujours subi des coups. Mais, moi, tout ce que je veux c'est une explication". "Ils m'ont enlevé de tous les réseaux. Je trouve ça méchant ", a t-il également précisé.

Karim Benzema Real Madrid Champions League

Enfin, Karim Benzema a évoqué certains soutiens dans le groupe France, comme Antoine Griezmann."Bien-sûr, ça me fait plaisir parce que déjà c'est un très bon joueur, dès qu'il est arrivé en équipe de France, je l'ai pris sous mon aile, je lui ai donné pas mal de conseils (...) Ça fait 12 ans que je joue au foot, je n'ai jamais eu de problèmes. J'ai toujours été respectueux et tranquille.... Lâcher ? Ça passe par la tête. Mais je ne lâche pas. Mais quand je doute, je pense à ceux qui m'aiment et aussi d'où je viens. Il faut continuer à travailler et ne rien lâcher. C'est dur. Je n'ai pas pleuré, mais c'est dur. Tu te fais tailler dans tous les sens. Mais ce qui est bien dans le foot, c'est qu'il y a des matches tous les trois jours", a t-il conclu.

Fermer