ENTRETIEN - Les gardiens de but, leur évolution, Hugo Lloris... Les confidences de Jérémie Janot

Commentaires()
Getty Images
Ancien portier de Saint-Etienne, Jérémie Janot s'est confié en longueur sur le poste de gardien de but, en constante évolution ces dernières années.

De tout temps, le gardien de but a été jugé comme un élément à part, en marge des joueurs de champ. "Moi je ne suis pas footballeur, je suis gardien de but", pouvait-on entendre chez certains d'entre eux. Mais depuis quelques années, force est de constater que faire office de dernier rempart ne suffit plus. Car dans le football moderne, être un gardien de haut niveau recquiert désormais une palette de qualités grandissante.

Pour dénicher l'oiseau rare, les plus grands clubs du monde n'hésitent d'ailleurs plus à aligner des sommes importantes pour se renforcer à ce poste clé. En Angleterre par exemple, Manchester City, Liverpool ou encore Chelsea ont plus ou moins récemment battus des records pour Ederson (40M€), Alisson (62M€) et Arrizabalaga (80M€). 

Pour comprendre cette évolution du poste, ce changement de regard sur ceux qui sont de par leur position presque condamnés à figurer parmi les principaux acteurs d'une rencontre, Goal s'est entretenu avec un portier bien connu du championnat de France, en la personne de Jérémie Janot, ancien gardien emblématique de l'AS Saint-Etienne.

Après 15 saisons et plus de 380 matches sous le maillot vert, celui qui brillait de par ses arrêts réflexes et spectaculaires est depuis devenu entraîneur des gardiens à l'AJ Auxerre. Pour Goal, il s'est livré en profondeur sur l'évolution du poste. Entretien. 

Avant de se pencher sur les caractéristiques des gardiens nouvelles générations, quelles étaient pour vous celles de leurs prédécesseurs, dont vous avez fait partie durant votre carrière ? 

En fait, avant il y avait vraiment ce symbole du dernier rempart. Au sens propre. C'est à dire que tu étais là pour faire l'arrêt et sauver une situation. Ce qui est toujours vrai à l'heure actuelle, mais tu étais vraiment là en dernier recourt. Aujourd'hui, cela ne suffit plus du tout. 

Quels sont donc les changements majeurs, les attentes vont bien au delà des simples critères physiques ?

Aujourd'hui, on demande beaucoup plus que cela à un gardien. On lui demande déjà une lecture du jeu pour pouvoir anticiper et stopper les problèmes très tôt. Comme disent les anglais, il y a des gardiens qui sont des "shot stoppers", c'est à dire qui restent sur la ligne et se contentent de faire des arrêts, ce qui ne leur empêche pas de faire des très grandes carrières. Et il y a ceux comme Ederson, Alisson, Navas ou encore Ter Stegen qui eux participent au jeu, ont un très bon jeu au pied capable de casser des lignes, d'intervenir très haut sur le terrain. On s'apperçoit que les grands clubs sont aujourd'hui demandeurs de ce style de gardien, et ce n'est pas anaudin, si la demande a évolué, c'est que les attentes aussi. 

Navas Alisson Ederson

Selon vous, est-ce vraiment le jeu qui réclame ces changements et si oui, pourquoi ? 

Oui, parce que ces dernières années on a pu constater l'émergence d'entraîneurs qui veulent à tout prix conserver le ballon, qui tiennent à repartir par le gardien quand il n'y a pas de solutions. Et si ce portier a les pieds fourchus et qu'il envoie tous les ballons en touche, ça pose problème. Mais, moi, ma réflexion, c'est que quand on joue le maintien par exemple, on a pas besoin de ce genre de gardiens là. Ce que je veux dire, c'est que ça dépend de la qualité et du profil de ton effectif. J'essaye de raisonner de manière beaucoup plus globale. Je ne dis pas qu'il faut un grand gardien, je dis qu'il faut d'abord analyser sa défense, si les joueurs de celle-ci sont athlétiques, s'ils sont bons de la tête etc... Dans ce cas précis, peut-être qu'il serait plus intéressant de se tourner vers un gardien de taille moyenne par exemple.

J'ai écumé tous les terrains de jeunes en France, et un jeune gardien français mesurant 1m95, ça ne court pas les rues. Mais après, si demain vous me ramenez un mec de cette taille et qu'il a tout, bien sur que je le prends. Mais d'abord, je veux donner la chance à tout le monde. Parce qu'à l'adolescence, on peut avoir une évolution physique, technique et mentale qui peut ensuite amener le gamin au haut niveau. 

Si les gardiens sont plus grands en taille et disposent d'une envergure supérieure, des études prouvent qu'en Ligue des Champions, ces derniers sortent moins. Comment l'expliquez-vous ? 

Déjà ce qu'il faut dire c'est qu'en comparaison à avant, les joueurs ont désormais tous des frappes de balle exceptionnelles et avec des trajectoires difficiles à lire. Un corner, on ne se rend pas compte, mais ça passe très, très vite. Vous êtes obligé d'analyser en premier lieu la trajectoire du ballon, puis le positionnement des mecs, pour enfin intervenir. Tout cela en quelques secondes.

Donc avec les gabarits des joueurs qui sont beaucoup plus imposants qu'avant, la trajectoire des nouveaux ballons et les qualités de frappe des joueurs, c'est forcément de plus en plus dur d'intervenir. Du coup, même si les études prouvent que la taille des gardiens a augmenté ces dernières années, ils sortent beaucoup moins qu'avant. C'est un constat paradoxal. 

Toujours au sujet des corners, on constate ces dernières années que de plus en plus de gardiens ne mettent par exemple pas de joueurs aux poteaux lors des corners. Pour ou contre ce choix ? 

Jérémie Janot ASSE

Personnellement, quand je discute avec mon gardien de but, je lui donne mon point de vue et après je le laisse procéder de la manière dans laquelle il se sent le mieux. Mais moi, quand j'étais gardien de but, je me sentais sécurisé quand j'avais deux mecs aux poteaux et un mec placé aux six mètres. On avait notamment remporté le derby à Gerland grâce à cela. Cela permet que les rôles soient bien définis.

Je savais où était ma zone d'intervention prioritaire. C'est à dire que si le ballon tombait dans cette zone là et que je n'y étais pas, on savait que j'étais fautif. Je trouvais que ça responsabilisait tout le monde et ça donnait des tâches de travail bien précises. Alors qu'aujourd'hui, c'est un peu un entre-deux, et on peut souffrir de ce manque de clarté. 

Bernard Lama s'est interrogé sur un autre aspect, nouveau, du jeu des gardiens : le fait que ces derniers se contentent plus souvent de repousser les ballons plutôt que de les capter. N'est-ce pas subir face à son attaquant ? 

Moi, je suis dans un souci d'efficacité. Le problème c'est que dernièrement, on change de ballons tellement souvent que dès que les gardiens commencent à s'habituer aux trajectoires, un nouveau arrive et vient tout modifier. Donc on va à l'essentiel, on limite les risques. Mais bon, il faut aussi savoir que déjà à l'époque les gardiens repoussaient beaucoup les ballons, Bernard Lama était un phénomène. Alors oui, il s'insurge de voir certains ne pas être capables de capter les ballons, mais il faut surtout dire que lui parvenait à le faire quand 99% des autres en étaient incapables. C'était l'un de ses nombreux talents. Mais pour moi, peu importe la manière, tant que tu ne concèdes pas le but, le duel, il est remporté. 

Gianluigi Buffon, lui, a dit que ce qu'il regardait en priorité chez les autres gardiens, ce ne sont pas leurs qualités intrinsèques, mais surtout ce qu'ils dégagent sur la pelouse et l'énergie qu'ils transmettent à leurs partenaires ainsi qu'à leurs adversaires. Est-ce quelque chose de nécessaire pour vous ? 

Oui vraiment. Souvent on me disait qu'un gardien, il doit être fou. Mais moi, je dirais plutôt audacieux, parce qu'un fou, il est dangereux pour son équipe. La tenue joue en tout cas un rôle certain dans l'apparence d'un gardien. Le comportement aussi. Il y en a qui aboient sur les corners adverses, c'est une erreur selon moi, ils perdent de l'énergie et les attaquants le voient. Le calme et la sérénité, c'est ce que tu dois transmettre. Sur un terrain, la moindre émotion est contagieuse. Alors autant transmettre les bonnes à ses partenaires. Pour que ta défense soit sereine, tu dois l'être en premier lieu. 

À ce sujet, que pensez vous d'Hugo Lloris, le gardien de l'Equipe de France qui après avoir été la cible de nombreuses critiques notamment orientées vers un supposé manque de leadership, vient de réaliser cet été une Coupe du Monde mémorable ?

Il est largement dans le top 10 mondial des meilleurs gardiens, et même peut-être dans le top 5, cela dépendra des sensibilités. Pour moi, le problème majeur d'Hugo Lloris en Equipe de France, c'est que ça fait tellement longtemps qu'il est titulaire à son poste, qu'on ne commence à voir et à parler que de ses défauts. Les gens ne voient plus ses qualités, puisqu'ils en ont l'habitude. Mais on l'a bien vu à la Coupe du Monde, il est bourré de qualités et ceux qui ne s'en rendaient plus compte n'ont pu faire autrement que de les souligner. C'est un très grand gardien, il n'y aucun débat là-dessus.

Jérémie Janot AJ Auxerre

L'article continue ci-dessous

Alors qu'il n'est âgé que de 31 ans, certains s'interrogent déjà sur l'identité de ses potentiels successeurs, estimant que si la France a longtemps été un véritable vivier de talents au poste de gardien de but, cela semble un peu moins vrai pour les dernières générations. Est-ce un avis que vous partagez ? 

La succession d'Hugo Lloris se fera naturellement, il n'y a pas matière à s'inquiéter. À chaque renouvellement de génération, il y a eu cette crainte. Et c'est normal. Mais moi, je ne suis pas trop inquiet. Et il ne faut surtout pas oublier Alphonse Areola, qui est un très bon gardien. 

Vous êtes devenu entraîneur des gardiens à l'AJ Auxerre, est-ce une fierté de rendre aux plus jeunes le savoir que vous avez acquis et avez vous été contraint d'adapter votre apprentissage en fonction des nouveaux critères ? 

Bien sur que c'est une fierté. Et le football étant en perpétuelle évolution, tu dois faire de même en tant que formateur. Moi, je pars du principe que ce qui a fonctionné sur une saison, ne fonctionnera pas forcément la suivante. Tu dois toujours te remettre en question et chercher de nouvelles méthodes pour que tu puisses évoluer en même temps que le jeu, et donc en même temps que les gardiens avec lesquels tu travailles. Finalement, comme dirait Jean-Claude Van Damme, l'important c'est surtout de rester "aware" (rires)

Propos recueillis par Simon Fuentes. 

Prochain article:
Monaco, Thierry Henry annonce Subasic "apte" et des "choses avancées" pour un attaquant
Prochain article:
Higuain non retenu dans le groupe du Milan pour le Genoa
Prochain article:
Mercato - Julian Weigl au PSG, c'est "non" pour le directeur sportif de Dortmund
Prochain article:
Equipe de France - Guy Stéphan : "Il n'y a pas de problème" avec Aymeric Laporte
Prochain article:
PSG, Thiago Silva : "Ma relation avec Emery n'était pas la même, la patte Tuchel peut faire la différence"
Fermer