ENTRETIEN - Justin Gru (ex-Rennes) : "Je rêvais d'être l'enfant du club"

Commentaires()
Libre depuis son départ de Rennes en fin de saison, Justin Gru cherche un nouveau challenge après avoir effectué un essai avec la réserve du PSG.

Alors qu'il rêvait de devenir professionnel au Stade Rennais, le club de sa ville natale, Justin Gru (22 ans) n'a pas réussi à convaincre le staff de lui proposer un contrat pro. Aujourd'hui, il doit tourner la page et espère rapidement dégôter un nouveau challenge. Il pensait l'avoir trouvé en rejoignant le PSG pour un essai d'une semaine, mais le club parisien ne l'a finalement pas conservé.

Entretien - Youssouf Hadji : "Je ne suis pas là pour voler une année"

Comment jugez-vous votre dernière saison à Rennes et pourquoi l'aventure a-t-elle pris fin ?

Justin Gru : Je pense avoir fait une très bonne saison, j’ai joué une vingtaine de matches et n’ai été absent que six fois sur blessure. Je pars sur un titre de champion de CFA, c’est très bien. L’aventure s'est malheureusement terminée car le Stade Rennais ne m’a pas proposé de contrat pro. À 22 ans, je ne voulais pas m’entrainer avec les jeunes promus en CFA alors que les autres de ma génération s’entrainaient toute la semaine avec le groupe professionnel donc j'ai préféré partir. Aujourd’hui, je veux m’entrainer avec des "adultes" pour encore progresser et jouer "plus haut".

Vous avez joué 13 ans au Stade Rennais, aujourd'hui avez-vous un sentiment d’inachevé ou au contraire la fierté de n’avoir rien à regretter ?

Le Stade Rennais, c'est mon club. Je suis arrivé à 9 ans, j’ai tout connu ici, j'ai gravi les échelons avec ce club. Je suis né à Rennes, j’habite à 10km du stade, ma famille et mes amis sont ici. Aujourd’hui, j’ai un peu un sentiment d’inachevé parce que je rêvais de jouer un jour en Ligue 1 au Roazhon Park, de faire toute ma carrière ici et d'être l’enfant du club. Mais je ne regrette rien, je pense avoir fait le maximum pour y arriver. J'ai toujours travaillé, été sérieux sur et en dehors du terrain. Je dois beaucoup au Stade Rennais mais il y’a des choses qu’on ne maitrise pas, il faut savoir tourner la page.

Vous êtes sorti par la grande porte avec un titre de champion de CFA, on vous a vu très ému pour votre dernier match...

C’est vraiment une belle récompense et une fierté parce qu'on avait déjà été champion de CFA2 la saison précédente avec le même groupe. Le coach, Julien Stephan y est pour beaucoup, il fait un excellent travail, c’est très professionnel. Pour ma part, il y’avait beaucoup d’émotions car je savais que c’était ma dernière sous le maillot rouge et noir après 13 ans, c’est toujours difficile de quitter son club de cœur.

Avez-vous le sentiment qu'il manquait trop d'ingrédients pour que vous passiez pro au Stade Rennais ?

Non je ne pense pas. J’ai quand même fait trois saisons complètes en réserve avec un total de 76 matches. Je suis un joueur qui a toujours franchi étape par étape. La dernière saison, je me suis entrainé plusieurs fois avec le groupe professionnel et ça se passait très bien, je pense avoir été au niveau. J’y croyais, j’aurais aimé avoir ma chance.


"Malgré mes relances, je n'ai jamais eu de retour du PSG"


Comment définiriez-vous votre profil ?

Je suis un joueur technique avec de bonnes qualités de relance, j’aime jouer au ballon, c’est l’éducation donnée au Stade Rennais. J’ai aussi de bonnes qualités physiques qui étaient nécessaires en CFA. Je mesure 1m80 pour 75 kgs, ce qui joue parfois injustement en ma défaveur sur le papier. Mais j’ai un très un bon timing qui me permet d’avoir un jeu de tête performant. Aujourd’hui, les meilleurs défenseurs centraux ne sont pas forcément tous très grands. Il suffit de voir Thiago Silva, Sergio Ramos, Marquinhos ou encore Fabio Cannavaro, qui a été Ballon d'Or en 2006 alors qu'il ne mesure que 1m76.

Vous venez d'effectuer un essai au PSG, pourquoi ne vous ont-ils pas conservé ?

Malheureusement, je ne sais pas. J’ai fait une très bonne semaine d’entrainement ou j’ai pu côtoyer certains pros (Ben Arfa, Aurier, Krychowiak...). J’étais vraiment satisfait et je me sentais bien dans le groupe, aussi bien avec les joueurs que le staff. À la fin de ma semaine d'essai, j'ai participé à un match amical contre Caen. J’ai joué la deuxième mi-temps avec une équipe très jeune, sans repères et on a pris l’eau collectivement (défaite 3-1). Après le match, j’étais très déçu mais le coach (François Rodrigues) m’a dit que ce n’était pas "non", il devait voir d’autres joueurs. Aujourd'hui, malgré les relances, je n’ai jamais eu de retour.

Depuis cet essai au PSG où en sont vos recherches ?

Pour l’instant, il n’y a rien de concret, on continue les recherches avec mon agent. Physiquement, je continue de m’entrainer une à deux fois par jour pour garder la forme et être prêt. C’est important de ne pas lâcher dans ces moments-là, ça fait partie aussi du métier de footballeur.

Aujourd’hui, l’objectif c’est de trouver un club à quel niveau ?

On est le 15 août donc je ne vais pas faire le difficile. Idéalement un club de National, voire au-dessus. Mais je reste ouvert à toutes propositions, même à l’étranger. Je veux continuer de travailler, progresser et montrer que j’ai les qualités pour jouer à un haut niveau.

Propos recueillis par Benjamin Quarez

Fermer