ENTRETIEN - Houboulang Mendes (Lorient) : "Je n'ai pas peur de prendre des risques"

Commentaires()
vzx
Arrivé à Lorient il y a dix jours en provenance du Stade Lavallois (N1), le latéral Houboulang Mendes nous parle de ses ambitions et de son profil.

EXCLU GOAL - Il pourrait bien être l'une des révélations de la saison en Ligue 2. Recruté par le FC Lorient le 24 juillet dernier, Houboulang Mendes (20 ans) arrive avec le plein d'ambition. Reconverti latéral droit, l'ancien Lavallois nous a accordé un entretien avant le déplacement des Merlus ce lundi sur le terrain de Châteauroux (20h45). L'occasion de nous présenter son profil porté vers l'avant et d'évoquer les raisons de signature en Bretagne.

Cela fait plus de dix jours que vous avez rejoint le groupe, comment se passe votre intégration ?

Houboulang Mendes : Tout se passe vraiment bien. J’ai été très bien accueilli. Avant de signer à Lorient, je connaissais Yoane Wissa parce qu’il était prêté avec moi à Laval (de janvier à mai 2017, ndlr). Il m’a mis à l’aise tout de suite, ce qui a facilité mon intégration.

Lorient, c’est une ville que vous connaissiez ?

Pas du tout. Hormis le club, contre lequel j'ai déjà joué, je ne connaissais pas. Pour l’instant, je n’ai pas eu trop l’occasion de visiter, mais je vais découvrir.

Des clubs de Ligue 1 s’intéressaient à vous. Pourquoi avoir opté pour Lorient ?

J’ai parlé à plusieurs reprises avec le coach (Mickaël Landreau) et le directeur sportif (Christophe Le Roux). Quand un coach vous appelle, c’est une belle marque de confiance. Le projet m’a plu. Lorient est un club ambitieux, qui veut monter en Ligue 1. Je suis un compétiteur, c’est ce que je veux aussi, du coup je n’ai pas hésité.

Le fait de ne pas griller les étapes est-il rentré dans votre réflexion ?

Oui, mais les clubs de Ligue 1 ne sont pas forcément passés à l’acte non plus. Ils me surveillaient, mais n’ont pas fait d’offres pour autant. Lorient était le club qui me voulait le plus.


"Il était temps pour moi de goûter à autre chose"


Les discussions ont un peu traîné. N’avez-vous pas craint qu’elles n’aboutissent pas ?

C’est vrai que ça a pris beaucoup de temps. Je dirais qu’il y a eu environ dix semaines de discussions. En attendant que ça se fasse, j’ai tout fait pour bien me préparer avec Laval parce que je savais que ça allait aboutir à un accord.

Pour vous, le moment était aussi venu de passer à autre chose...

Exactement, j’avais fait le tour à Laval. Il était temps pour moi de goûter à autre chose, et la Ligue 2 avec Lorient c’est un projet intéressant. J'espère jouer le maximum de matches, faire de bonnes performances et pourquoi pas monter en Ligue 1.

L'article continue ci-dessous

PS Houboulang Mendes

Quels souvenirs garderez-vous du Stade Lavallois ?

Je suis resté cinq ans à Laval. J’ai grandi sur le plan humain, mais aussi sur le plan sportif. J’ai beaucoup progressé dans ce club très familial. Je n'en garde que de bons souvenirs.

Vous êtes formé en défense centrale, mais avez été reconverti latéral droit. Est-ce bien à ce poste que vous allez jouer à Lorient ?

J’ai joué presque tout le temps à droite la saison dernière. Donc je pense que oui, c’est à ce poste que je vais jouer à Lorient. En tout cas, le coach m’a dit que ce serait plus pour le côté, même s’il sait que je peux dépanner dans l’axe.


"Je me sens à l'aise à droite comme dans l'axe"


On se demande à quel poste vous êtes le plus à l’aise désormais...

Les deux. Franchement, je me sens à l’aise à droite comme dans l’axe. Tout me va.

Pensiez-vous pouvoir vous adapter si rapidement à ce poste de latéral droit ?

C’est venu comme ça. L'année dernière, avant la reprise du championnat, il n’y avait personne à droite et le coach (Jean-Marc Nobilo) a décidé de me mettre là pour utiliser ma vitesse. Dès le premier match, j’ai bien joué, j’ai fait de bonnes performances et j’y suis resté. Mais pour moi, ce n’est pas une surprise. Je savais que j’allais bien m’adapter à ce poste, parce que j’ai les qualités pour y jouer, notamment sur le plan offensif.

Par cette capacité à vous projeter, à aller vite vers l’avant, vous pourriez en surprendre plus d’un cette saison... 

J’espère. Même si je pense qu'un latéral doit d’abord bien défendre, il ne doit pas hésiter à proposer, à centrer, à jouer les "un contre un" pour apporter offensivement. C’est comme ça que je vois les choses.

Vous promettez du spectacle du coup...

Je ne sais pas (rires). Les gens jugeront. Mais je n’ai pas peur de prendre des risques. Il le faut je pense, c’est comme ça que j’arriverai à surprendre mes adversaires.

Propos recueillis par Benjamin Quarez

Fermer