News Résultats en direct
France U-21

ENTRETIEN - EdF. Espoirs, Kelvin Amian : "Je dois m'affirmer davantage sur le terrain"

10:43 UTC+2 09/09/2019
Kelvin Amian France U21
EXCLU GOAL.COM - Kelvin Amian, l'un des "anciens" du groupe Espoirs, fait son autocritique. Il revient sur l'Euro cet été et évoque ses objectifs.

Ce n'est pas le plus bavard, mais lorsqu'il a quelque chose à dire, il le dit. Kelvin Amian (21 ans) est le joueur le plus capé de la nouvelle génération en équipe de France Espoirs (15 sélections). De par son expérience, il va devoir s'affirmer davantage pour montrer la voie aux plus jeunes. Un nouveau statut pour le défenseur de Toulouse, qui a retenu certaines leçons de la défaite en demi-finale contre l'Espagne (1-4) cet été à l'Euro Espoirs, en Italie.

Allez-vous prendre plus de responsabilités sachant que vous êtes l'un des "anciens" du groupe Espoirs ?

Kelvin Amian : Oui, je suis obligé de prendre plus de responsabilités sur et en dehors du terrain. Nous, les anciens entre guillemets, on a vécu un Euro. Maintenant, il faut accompagner les plus jeunes et c'est à nous de montrer l'exemple.

De quelle manière ?

C'est surtout sur le terrain que je dois m'affirmer et prendre plus de responsabilités. En dehors, je suis quelqu'un de plutôt réservé, mais je ne suis pas fermé. Je peux parler avec tout le monde. Ce n'est pas un souci, mais sur le terrain je dois faire encore plus.

Le fait que Colin Dagba monte en puissance au PSG vous pousse-t-il à faire plus encore chaque jour ?

Depuis toujours, je veux faire plus. Au départ, comme Rayan [Aït-Nouri] j'étais le plus jeune. Il fallait que je me batte pour rester dans cette équipe. Là, il faut que je fasse la même chose pour avoir la place de titulaire et ne pas la perdre.

Comment vivez-vous la concurrence ?

La concurrence ne me fait pas peur. Je l'ai toujours dit. Si Colin [Dagba] mérite de jouer, il jouera. C'est à moi de travailler plus pour me battre et gagner ma place. Mais je ne me focalise jamais sur mon coéquipier. Je me concentre sur moi en gardant pour objectif de jouer le mieux possible, de m'améliorer et d'être encore meilleur.

"L'Euro ? Bien sûr que c'est un échec..."

À l'Euro, vous aviez remplacé Colin Dagba contre l'Espagne et vous étiez passé à côté comme toute l'équipe. Comment expliquez-vous ce match raté ?

Sur ce match, on est tous passé à côté. Je suis rentré à la 20e minute. C'était difficile, dans un match compliqué, face à une belle équipe d'Espagne. On est passé au travers, moi le premier. Ce n'était pas notre jour, c'est comme ça...

Qu'a-t-il manqué à l'équipe de France Espoirs pour aller au bout ?

On a surtout loupé notre match contre l'Espagne. La seule chose qui nous aurait sauvés, c'est de bien défendre et de marquer sur le peu d'occasions qu'on a eus, mais ce n'est pas passé.

Avez-vous compris les choix du coach ce jour-là ?

Je ne vais pas taper sur le coach. Tout se passait bien jusqu'à cette demi-finale. On est tous passés au travers, même ceux du banc. Je suis rentré et je n'ai pas assumé. Il faut prendre conscience que ce n'est pas facile. On avait bien commencé et l'Espagne nous a éteints. C'est un match à oublier.

Est-ce un échec pour autant ?

Bien sûr que c'est un échec. On était là pour remporter ce titre. Il restait deux ou trois jours seulement. On voulait aller au bout.

Cette expérience vous permettra peut-être de faire passer certains messages aux nouveaux à l'avenir...

C'est sûr que si j'ai la chance de rejouer un Euro et d'arriver à ce stade de la compétition, je préviendrai les gars en leur disant que rien n'est acquis, qu'il faut qu'on reste sur nos gardes parce qu'à tout moment on peut se faire sortir.

"Je n'étais pas fermé à un départ cet été"

Aujourd'hui, quels conseils donneriez-vous au jeune Rayan Aït-Nouri justement ?

De rester comme il est, de jouer son football, et de ne pas se mettre de pression inutile parce qu'on reste des humains. On dit que dans le football il n'y a pas d'âge, donc s'il doit s'imposer il s'imposera.

Comment voyez-vous la suite avec les qualifications pour l'Euro et les JO l'an prochain ?

Tout d'abord, j'espère que je ferai partie de ce groupe pour les JO. Ça passera aussi par les qualifications pour l'Euro. C'est à moi de faire de bons matches dans mon club pour être appelé et continuer mon aventure en sélection.

On a très souvent souligné votre polyvalence. Allez-vous enfin vous fixer à droite ?

C'est vrai que je suis polyvalent. Je peux dépanner dans l'axe, mais mon poste c'est à droite. Le choix est acté depuis longtemps maintenant. Je pense que tout le monde le sait. Je suis défenseur droit et pas axial.

Pourquoi être resté à Toulouse cet été ?

Je n'étais pas fermé à un départ. Mais on en a discuté avec le club, on est tombés d'accord et je suis toujours là.

On a parlé d'une prolongation au TFC. Qu'en est-il ?

C'est à l'étude. On est en train de regarder ça ensemble et on verra si ça abouti ou non.

Propos recueillis par Benjamin Quarez, à Clairefontaine.