News Résultats en direct
Ligue 2

ENTRETIEN - David Guion : "Quand on entraîne Reims, on se doit d'être ambitieux"

10:51 UTC+2 28/07/2017
David Guion Reims Ligue 2
L'ancien directeur du centre de formation, qui a succédé à Michel Der Zakarian cet été, entend redonner une dynamique positive au Stade de Reims.

La saison reprend ce vendredi soir pour le Stade de Reims avec un déplacement à Nîmes (20h00). Le début d'un nouvel exercice pour David Guion, qui a succédé à Michel Der Zakarian, parti à Montpellier. L'ancien directeur du centre de formation vient de boucler sa première préparation complète avec le groupe et se dit "concentré sur le présent et l'avenir". Avec un groupe rajeuni, il espère redonner une dynamique positive à une équipe passée à côté de la remontée dans l'élite la saison dernière.

Ils vont animer la saison 2017-2018 de Ligue 2

Quel bilan tirez-vous de l'intersaison du Stade de Reims ?

David Guion : Je voulais d'abord que tout le monde puisse montrer ses qualités en ayant un niveau athlétique homogène. C'est pour ça que l'ensemble des joueurs a au moins joué 60 minutes consécutives sur un match. Tous ceux qui étaient valides ont pu faire 4 des 5 matches minimum avant celui contre Valenciennes (0-0) où j'ai pu réduire mon groupe à 18 dans l'optique du retour à la compétition.

L'équipe n'a gagné qu'un seul match pour deux nuls et trois défaites cet été. Doit-on vraiment tenir compte de ces résultats ?

C'est compliqué d'en tenir compte parce qu'il y a eu énormément de turn-over. Ce n'est pas la meilleure équipe qui était sur le terrain à chaque fois. J'avais dans l'idée de donner du temps de jeu à tout le monde pour voir les qualités de chacun. De ce côté là, je suis plutôt satisfait.

Vous avez changé de système à plusieurs reprises, pour quelles raisons ?

Je souhaite que mes joueurs puissent s'adapter. J'ai vu trois systèmes pendant la préparation afin que les garçons ne soient pas surpris si avant ou pendant un match je leur demande d'évoluer ou de changer. Je pense que cette adaptabilité fait partie de l'identité d'une équipe et je souhaitais absolument mettre ça en place pendant la présaison.

Vous venez d'effectuer votre première préparation complète avec le groupe, le sentez-vous réceptif ?

Je pense qu'il l'est. Quand j'ai pris mes fonctions, j'ai tout de suite dit que l'équipe se devait de retrouver une dynamique de groupe positive. Il était important pour moi d'intégrer l'ensemble des joueurs pour retrouver cette dynamique. C'est le début du projet. Il a fallu mettre beaucoup de proximité avec les joueurs. Il y a eu beaucoup de communication avec le staff, de travail indivisualisé sur le terrain et en vidéo. Tout ça dans le but de recréer une dynamique que je souhaite positive pour le début de saison.


"Des jeunes, oui, mais ils doivent être encadrés"


Le fait que l'effectif ait été rajeuni, avec des joueurs qui ont faim, peut-il tirer votre équipe vers le haut, au moins pour le début de saison ?

C'est vrai qu'une dizaine de jeunes ont intégré l'effectif lors des 3-4 dernières saisons. Le projet va s'appuyer sur eux, mais pas que. On ne peut pas s'appuyer que sur les jeunes. Le rôle des anciens sera prépondérant. Ils ont encore besoin d'être entourés par des anciens ou des joueurs qui arrivent à maturité.

Trouver ces joueurs d'expérience susceptibles d'encadrer vos jeunes a sûrement été l'un des enjeux majeurs de l'été...

D'où le recrutement de garçons comme Yunis Abdelhamid. On a également Julian Jeanvier qui est capable d'encadrer, Pablo Chavarria, Diego (Rigonato). C'est pour ça qu'on a pris un attaquant d'expérience avec Anatole Ngamukol. Et puis, il y a aussi Johann Carrasso.

Parmi les jeunes, on pense à Jordan Siebatcheu, qui a eu le brassard de capitaine à plusieurs reprises durant l'intersaison...

C'est un garçon qui, sur le second semestre, a performé. Il a fait de bonnes choses avec Châteauroux. Il a marqué dix buts en un semestre. Il est sur une bonne dynamique. Maintenant, il faut qu'il fasse de même avec le Stade de Reims. Il est ici depuis l'école de football et fédère autour de lui avec les jeunes. Il a beaucoup de caractère et c'est vraiment un garçon que j'ai envie d'aider.

À votre échelle, on a le sentiment que vous adoptez un schéma à la Lyonnaise...

Lyon, c'est ce qui se fait de mieux. Mais on souhaite s'appuyer sur notre centre de formation. On a mis des moyens dessus. Il y a quelques garçons, dans le secteur offensif, qui ont la possibilité de performer dans leur club formateur. Je trouve qu'il n'y a rien de plus beau. C'est vraiment une belle histoire, donc si on peut les aider en les encadrant de la meilleure des façons je pense que tout le monde y trouvera son compte.

Certains ont été finalistes de la Gambardella en 2014, champions de France U19 la saison suivante...

Ils auront leur chance, c'est une certitude. Mais vous connaissez le football, il faudra qu'ils répondent présent. Ils le savent très bien, on en a discuté ensemble. Je les ai vu jouer la saison dernière et je n'étais pas satisfait parce que je sais qu'ils peuvent faire beaucoup mieux.


"On va peut-être faire une autre recrue"


La saison passée a réservé un finish complètement fou en Ligue 2, peut-on s'attendre à un scénario similaire cette saison ?

Oui. Je pense que cette année on va avoir une Ligue 2 de grande qualité avec des équipes qui se sont très bien renforcées. Le niveau va encore augmenter et ça devrait être très indécis. Il faut qu'on se donne rendez-vous en mars ou avril. Là, on verra quelles sont les 7-8 équipes qui seront susceptibles de participer au sprint final.

Le Stade de Reims a raté la montée la saison dernière, l'objectif a-t-il évolué depuis ?

C'est difficile de déterminer un objectif aujourd'hui. J'ai conscience que lorsque qu'on entraîne une équipe comme le Stade de Reims on se doit d'être ambitieux et d'avoir un jeu fédérateur. J'ai connu ici le public nombreux et enthousiaste lors de la montée en Ligue 1. Si on arrive à le séduire, je sais très bien qu'on pourra l'emmener avec nous et c'est quelque chose auquel je tiens énormément.

Avez-vous senti un engouement particulier durant l'intersaison ?

C'est la période estivale, les gens sont en vacances, mais Reims est un club populaire et dès que le championnat va reprendre, on sera suivi sans difficulté.

Qui dit intersaison dit forcément mercato, êtes-vous satisfait malgré le départ de certains cadres comme Hamari Traoré ?

Hamari (Traoré) avait un bon de sortie. Il fallait aussi remplacer Anthony Weber, qui était notre capitaine. Quand on connaît la qualité du joueur, ce n'était pas simple, mais mon choix n°1 était Abdelhamid et on a réussi à l'avoir. Je souhaitais aussi un milieu gaucher qui assure la relation avec l'attaque. Je suis satisfait parce que j'avais ciblé Xavier Chavalerin qui est également arrivé. Ensuite, il a fallu remplacer Atila Turan. On a pris Youssouf Koné qui avait pointé le bout de son nez en Ligue 1 la saison dernière. Et pour encadrer les jeunes devant, je voulais un joueur polyvalent amenant de la vitesse. Avec la venue d'Anatole (Ngamukol), ça correspond parfaitement au profil recherché. On a eu les garçons qu'on voulait et on a aussi fait des paris sur l'avenir avec le petit Cafaro et le petit Cakin.

Peut-on s'attendre à d'autres renforts ?

Suivant les départs, on va peut-être faire une autre recrue. Plutôt un milieu de terrain.

Propos recueillis par Benjamin Quarez