ENTRETIEN - Anthony Ribelin (Rennes, Paris FC) : "Se sentir considéré, ça m'a fait du bien"

Commentaires()
© parisfootballclub
EXCLU GOAL - Prêté par Rennes au Paris FC en seconde partie de saison, Anthony Ribelin n'est pas passé loin de la montée en Ligue 2. Il fait le bilan.

Meilleur buteur de la CFA du Stade Rennais l'hiver dernier, Anthony Ribelin a terminé la saison en National, au Paris FC. Un test pour l'attaquant de 21 ans, en pleine découverte du poste d'avant-centre. Tout proche de la montée en Ligue 2 la semaine passée (défaite 1-0 à l'aller et au retour en barrage contre Orléans), il dresse un bilan positif de son prêt au Paris FC et dévoile ses intentions pour la suite.

Retrouvez aussi notre entretien avec Djibril Sidibé

Le fait d’échouer aux portes de la Ligue 2 vous laisse-t-il un sentiment d’inachevé malgré vos quatre bons mois au Paris FC ?

Anthony Ribelin : Forcément... Quand tu finis troisième, tu te dis que l’année dernière tu étais directement promu. Là, il nous restait encore un tour de barrage et finir aussi près du but c’est d’autant plus rageant.

Quelques jours après la défaite, la déception s'est-elle un peu estompée ou est-elle encore plus forte ?

Plus les jours avancent, plus je me dis qu’on aurait pu gagner. En plus de ça, on prend deux buts sur corners. C’est un peu compliqué. Il nous a manqué la dernière passe et des occasions plus nettes pour être dangereux. On n'a pas été ridicules, mais on n'a pas réussi à marquer et dans le foot, quand on ne marque pas, on ne peut pas gagner.

Les nombreux blessés n’ont pas non plus arrangé vos affaires...

C'est sûr. Le dernier match de championnat a laissé des traces. On est arrivé au barrage avec de nombreux blessés. Laina (Nomenjanahary), Idriss Ech-Chergui, Aris (Madiani)... Ce sont des joueurs cadres que l'on n'avait pas pour le barrage, alors forcément quand les joueurs importants de l’équipe ne sont pas présents, c’est plus compliqué, même si ceux qui étaient là ont fait le taff.

Vous avez publié un message sur les réseaux sociaux pour remercier le club et ses supporters, c’était important pour vous ?

Très ! Le Paris FC n’a pas des milliers de supporters, mais ils sont tous proches. J’ai voulu remercier le club parce qu’ils m’ont mis dans de bonnes dispositions. Se sentir considéré, ça m’a fait du bien. Comme je l’ai dit à tout le monde avant de partir, c’était important pour moi de leur montrer que j’étais satisfait de mon aventure ici.

Quand vous parlez de considération, sous-entendez-vous qu’elle n'a pas été à la hauteur de vos espérances à Rennes ?

Pour le moment, je suis jeune. Au niveau professionnel, je n’ai pas encore l'expérience nécessaire pour être indiscutable dans une équipe première et être, on va dire, respecté. Avec la réserve (du Stade Rennais), je me sentais bien, mais j’avais envie d’évoluer à un niveau au-dessus. J’aurais pu partir en Ligue 2, mais ça ne s’est pas fait pour des raisons autres que le football. La considération est importante pour moi et cette deuxième partie de saison m’a fait du bien, même si j’étais content au moment de mon arrivée à Rennes.


"Je dois faire un point avec Christian Gourcuff la semaine prochaine"


Globalement, ce prêt à donc répondu à vos attentes...

Oui, surtout que c’était ma première année en tant qu'attaquant. À la base, je suis milieu défensif. J’ai fait toute ma jeunesse, au centre de formation, en 6 ou milieu relayeur. C’était la première fois que j’évoluais en 9. Quand je suis arrivé à Rennes, le coach Gourcuff et Julien Stéphan m’ont placé là. Aujourd'hui, je reste à l'écoute, mais pour une première saison à ce poste je pense que je peux être satisfait. J'ai quand même marqué 9 buts et délivré quelques passes avec Rennes et le Paris FC. C'est une bonne chose, même si ce n’était pas en Ligue 1.

Quel est le programme maintenant que la saison est terminée ?

Déjà, je vais rentrer à la maison à Montpellier pour profiter de ma famille et après je vais partir quelques jours avant, normalement, de retourner à Rennes le 22 juin pour la reprise. C'est ce qui est prévu. Après, on ne sait pas ce qui peut arriver d’ici là.

L'article continue ci-dessous

Anthony Ribelin Paris FC

Avez-vous eu Christian Gourcuff au téléphone ?

Pas encore. Je dois l’avoir au téléphone la semaine prochaine pour faire un point et après, on verra.

Il ne vous a pas fait jouer en première partie de saison, qu'en pensez-vous aujourd'hui ?

Il ne me connaissait pas au poste d'attaquant. Il a pu voir mon rendement offensif, et avant que je parte il commençait à me prendre dans le groupe, ce qui prouve que les efforts ont payé. C'est d'ailleurs ce qu’il m’a dit quand on a discuté ensemble. C’est un bon entraîneur, très pointilleux et c'est une bonne chose pour le football.

On imagine quand même qu'après quatre mois au Paris FC, vous ne reviendrez pas pour jouer en CFA…

Si le club et le coach pensent que c’est mieux pour moi de partir en prêt encore une saison en Ligue 2, il n’y aura aucun problème de mon côté, mais on verra de quoi l’avenir sera fait.

Les vacances d’abord, c'est ça ?

Oui, voilà (rires). On a perdu dix jours avec les barrages. En plus, derrière on n’a pas la montée. C'est rageant et je vais souffler un peu.

Propos recueillis par Benjamin Quarez

Fermer