News Résultats en direct
Coupe du monde

Entre leadership et hyperactivité, Paul Pogba est une pièce maîtresse du Mondial des Bleus

08:17 UTC+2 07/07/2018
Paul Pogba
Très bon depuis le début du Mondial, Paul Pogba se révèle bien être un élément moteur de l'équipe de France. Dans le jeu ou ailleurs.

Il était l'un des derniers à quitter la pelouse, vendredi soir à Nijni Novgorod. Face à la tribune où les familles de joueurs étaient réunies, Paul Pogba n'avait qu'un mot à la bouche : "Encore, encore, encore", pouvait-on lire sur ses lèvres après la victoire sans appel des Bleus face à l'Uruguay et la qualification pour le dernier carré du Mondial. Depuis le début de la compétition, le numéro 6 de l'équipe de France se distingue par son leadership appuyé et ses belles prestations ; deux caractéristiques que réunissent les grands de ce sport. Et Paul Pogba ne s'y trompe pas... deux matches le séparent désormais de cette catégorie à laquelle il est promis depuis plusieurs saisons. 

Il ne fait pas tout bien, mais il fait tout

Dire que Paul Pogba est le meilleur joueur des Bleus depuis le début du tournoi n'est pas un non sens. Même si le qualificatif peut lui être disputé par certains de ses coéquipiers, le joueur de Manchester United enchaîne les matches de très haut niveau depuis le coup d'envoi face à l'Australie le 16 juin dernier. Face à l'Uruguay, Pogba a encore été de tous les coups. Avec 100 ballons touchés (plus haut total de la rencontre), son influence dans le jeu s'est mesurée sous plusieurs aspects, de l'intensité physique mise dans les duels à ses récupérations en passant par ses transversales et autres remontées de balle. Au rayon des statistiques, il en est une qui souligne d'ailleurs la dimension de sa performance : sur les 25 duels disputés (!), Paul Pogba en a remporté 14, soit un total quasiment historique en sélection.

"Ça ce sont des statistiques, faisait remarquer Antoine Griezmann en zone mixte, comme si l'important se situait ailleurs. Mais 'Piochy' nous fait du bien quand il est à ce niveau". Peut-être parce que ces 14 duels ne sont qu'une facette de ce que son ami a produit face à l'Uruguay. Même si le déchet inhérent à son jeu fait parfois de l'ombre à son rendement, Pogba a parfaitement orienté le jeu des siens en assurant la transition par un jeu long précis ou des sorties de balle puissantes. Tout en n'hésitant pas à grimper dans les 30 derniers mètres adverses, son apport défensif a même pu dépasser les attentes. Dans les zones où Didier Deschamps exige qu'il soit placé à la perte, le joueur de 25 ans fait désormais preuve d'une efficacité remarquable. 

Enfin le leader attendu

L'attitude ne trompe pas. Des encouragements, sans cesse, des discours rapportés du vestiaire... des mots puis des actes. Ou bien l'inverse, car on ne distingue pas totalement la cause de la conséquence. Est-ce parce qu'il est devenu le patron sur le terrain qu'il l'est désormais aussi en dehors ou est-ce parce que ses coéquipiers le considèrent comme un patron qu'il en a définitivement endossé le costume ? Un lien existe quelque part entre ces deux constats. Mais Paul Pogba a compris tout seul que ce Mondial devait être son heure. Après avoir réclamé les clés du camion dans une interview à France Football qui avait quelque peu agité l'opinion publique, le numéro 6 des Bleus les a prises. "Il prend de la place dans le vestiaire et c’est une bonne chose, expliquait Hugo Lloris avant de jouer face à l'Uruguay. Il a énormément de talent et beaucoup à donner à ses coéquipiers. Les grandes compétitions servent à se révéler en tant que joueur et en tant qu’homme et c’est certainement ce qui arrive à Paul". Plus que deux matches désormais pour savoir exactement où placer le curseur. 

Julien Quelen, à Nijni Novgorod.