Diop, Isidor : le départ des jeunes marque-t-il un virage à Rennes ?

Commentaires()
Getty
Les départs de Sofiane Diop et Wilson Isidor, avant même de signer professionnel, ont beaucoup fait parler au centre de formation du Stade Rennais.

"Diop, Isidor, vous ne méritez pas ce maillot". Le week-end dernier, lors de Rennes-Toulouse (2-1), le Roazhon Celtic Kop, principal goupe de supporters du Stade Rennais, a déployé une banderole visant Sofiane Diop et Wilson Isidor. Les deux joueurs, qui partiront libre à la fin de leur contrat aspirant, ont opté pour un autre chemin que celui que leur proposait le club breton. "On ne veut pas être pris en otage par des joueurs. Si à 17 ou 18 ans, ils ont envie d'aller gagner plus d'argent ailleurs alors que le projet sportif est plus intéressant pour eux au Stade Rennais, cela veut dire qu'ils n'ont rien à faire ici", a réagi Olivier Létang, le président délégué du Stade Rennais mercredi sur SFR Sport.

Questionné sur le projet "à la Monaco" de Rennes dans l'émission Breaking Foot, le dirigeant a repoussé l'idée d'un revers de main. Un discours tenu aux recruteurs du club tout récemment. "Le président n'a pas encore rencontré les recruteurs du centre de manière factuelle. Mais il est intervenu déjà sur un recrutement élite. Il est venu et il a rappelé que la formation était l'ADN du club. Je ne le vois pas tenir un autre discours demain", nous souffle-t-on en interne.

En début de semaine, Sabri Lamouchi a fait appel à plusieurs jeunes pour participer à la séance d'entraînement de l'équipe première. Alexis Trouillet (17 ans) et Lucas Da Cunha (16 ans), qui ont signé professionnel, étaient présents mardi, au même titre qu'Alan Kérouédan (stagiaire), Maxime Bernauer et Armand Laurienté, qui devraient bientôt signer leur premier contrat professionnel. Pour autant, l'arrivée de Rafik Guitane intrigue, et au centre de formation certains dirigeants peinent encore à comprendre ce recrutement au détriment d'autres jeunes du centre, comme son concurrent direct en sélection, Isaac Matondo. "C'est difficile de comprendre qu'on mette autant d'argent sur un joueur qui ne joue presque pas en Ligue 2. Ce recrutement a été mal perçu par certaines familles. Il fallait s'attendre à ces réactions, ça n'a rien d'étonnant", précise-t-on dans le giron rennais.

Quid de Yann Gboho ?

Certains joueurs s'interrogent sur la confiance accordée aux jeunes du centre du fait de ce recrutement extérieur. Annoncé proche de signer son contrat professionnel en décembre par France Football, Yann Gboho, premier 2001 à s'être entraîné avec l'équipe réserve (mais qui n'a pas encore joué en N2), ne s'est toujours pas engagé avec le club breton alors que son contrat aspirant se termine dans un an. Les discussions traînent, mais ont repris et les cas Diop-Isidor poussent le Stade Rennais à une extrême prudence.

"Ce qui se passe ne remet pas en cause la politique d'un club", assure-t-on à Rennes alors qu'Olivier Létang a rappelé mercredi sa volonté d'avoir 6 à 7 joueurs formés au club dans l'effectif professionnel. "Les gens vont être surpris dans les semaines à venir, nous dit-on. On espère jouer l'Europe et c'est peut-être là qu'on va voir jouer les jeunes. Les gamins demandent à jouer et notre formation a besoin d'une vitrine." De quoi, peut-être, rassurer un petit peu tout ce beau monde.

Prochain article:
Le message audio glaçant d'Emiliano Sala dans l'avion
Prochain article:
Le Barça prépare une offre stratosphérique pour De Jong
Prochain article:
Arsenal, Laurent Koscielny soutient Hector Bellerin : "Revient plus fort qu'avant"
Prochain article:
Coupe de France : L'AS Monaco tombe contre le FC Metz, Lille assure contre Sète
Prochain article:
Après une nouvelle défaite contre Metz, Thierry Henry n'entrevoit toujours pas le bout du tunnel
Fermer