Désiré par Guardiola, Jorginho demeure le représentant de la philosophie Sarri à Chelsea

Commentaires()
Convoité par le Manchester City de Pep Guardiola, Jorginho a pris la direction de Chelsea et va avoir un rôle prépondérant avec Maurizio Sarri.

Le Chelsea 2018-2019, qui affrontera Manchester City dimanche lors du Community Shield (16h00), devrait afficher un visage différent que celui connu sous la direction d'Antonio Conte. Si l'équipe est toujours dirigée par un entraîneur italien, Maurizio Sarri, le style n'est plus le même. La forme de jouer, les positions des joueurs également. Car Stamford Bridge va découvrir le style de l'ancien entraîneur de Naples qui a suscité de nombreux éloges en Italie durant ses trois années passés au San Paolo. 

S'il n'a pu gagner de trophées, Sarri a instauré une marque claire et su regarder dans les yeux la Juventus Turin (91 points contre 95 pour la Vieille Dame), parvenant notamment à la battre sur sa pelouse le 22 avril dernier dans un match qui était considéré comme décisif -1-0 grâce à Kalidou Koulibaly. En Angleterre, pour sa première expérience hors d'Italie, l'ancien employé en banque pourra s'appuyer sur le joueur qui devait bien être le cerveau du nouveau Chelsea, le représentant de la philosophie Sarri : Jorginho. 

L'article continue ci-dessous

"Peut-être que mon style de jeu n’est pas quelque chose qui ressemble beaucoup à celui de l’Angleterre. J'aime jouer devant moi, étant le joueur qui reçoit le ballon et organise le match", a commenté le milieu de terrain dans un entretien accordé au site officiel de Chelsea. Habitué aux séances d'entraînements de Sarri, Jorginho ne sera pas un joueur de plus dans l'effectif mais bel et bien un élément capable d'intepréter au mieux la vision de son entraîneur. Il est d'ailleurs très probable de voir l'ancien milieu de terrain de Naples toucher un nombre conséquent de ballons lors des rencontres disputées par Chelsea. Dans une interview accordée à Marca en novembre dernier, Xabi Alonso avait dressé un portrait laudateur du natif d'Imbituta : "Le joueur qui m'impressionne le plus en ce moment ? Jorginho. Je m'identifie à son poste, il fait partie pour le moment des joueurs qui ne sont pas parmi les plus connus du circuit. Mais son implication permanente dans le jeu est remarquable. Il donne des alternatives à ses coéquipiers, il crée de la dynamique. Pour Naples, c'est parfait."​

Sarri devra trouver le moyen de mettre Jorginho dans les meilleures dispositions pour voir Chelsea se développer

Les qualités de Jorginho, Pep Guardiola les connaît, lui qui avait fait du milieu de terrain une cible pour le Manchester City actuel. En conférence de presse avant le Community Shield, le technicien espagnol est revenu sur ce transfert raté : "Oui, nous étions tout proches de le signer, mais Jorginho a finalement décidé de rester avec Sarri. Je veux des joueurs qui veulent venir ici. Il ne le voulait pas. Peut-être que sa décision a été un peu tardive, mais si vous ne voulez pas venir, ne venez pas. Le pire aurait été de venir chez nous alors qu’il préfère Chelsea. Personne ne s’est immiscé dans son cerveau pour le convaincre de venir. Nous étions si proches, nous pensions que c’était fait, mais au dernier moment, il a choisi Chelsea, comme Alexis (Sanchez, ndlr) avec United."

Dans une Premier League notamment caractérisée par l'importance des seconds ballons, Sarri devra trouver le moyen de faire parvenir le ballon jusqu'à Jorginho dans les meilleures dispositions - en évitant donc que le joueur ne vienne trop bas sur le terrain. S'il y parvient, alors le technicien italien donnera de facto du temps et de l'espace pour voir Jorginho s'exprimer et dicter le tempo voulu par le futur Chelsea. Sondé au sujet de Manchester City en conférence de presse, Sarri a émis un avis mesuré : "Ils ont travaillé ensemble pendant deux ans. Nous avons commencé il y a deux semaines et demie environ. Donc, pour nous, je pense que ce sera un match très difficile." La réussite possible du premier examen de ce nouveau Chelsea passera sans doute par les pieds de Jorginho et ça, Sarri le sait aussi.

Fermer