News Résultats en direct
Coupe du monde

Cristiano Ronaldo en Coupe du Monde : comme un hic ?

10:35 UTC+2 15/06/2018
Cristiano Ronaldo 2014 World Cup
Le natif de Madère peine encore à rayonner lors de la compétition suprême. Le Mondial russe sera-t-il celui de la rédemption pour CR7 ?

Trois. C’est le nombre de Coupes du Monde disputées par le joueur formé au Sporting Lisbonne. C’est également le total de buts marqués par le Portugais au Mondial. Un chiffre qui interpelle, eu égard à la machine à scorer qu’est Ronaldo depuis plus de dix ans désormais, surtout en rapport avec son nombre de tirs tentés.

Un but tous les vingt-trois tirs. Si les ratios de Thomas Müller et de Ronaldo paraissent exceptionnels (même si celui de l’Allemand pourrait se rapprocher de celui du Brésilien lors du Mondial à venir), on note tout de même un grand écart avec un joueur auquel le Portugais est régulièrement comparé : Lionel Messi. Tous deux drapés de leurs habits de sauveurs de la nation, cette responsabilité ne nuirait-elle pas à leur efficacité, concentrant les regards sur leurs performances et les incitant à "surjouer" ?

Même comparatif, avec les 13 joueurs ayant tenté le plus leur chance dans la compétition depuis que le fournisseur de statistiques Opta analyse la compétition.

On note à la vue de ce tableau que peu d’entre eux ont tiré autant ou plus que CR7 (4 au total), et que celui-ci se retrouve une nouvelle fois en queue de peloton. Une hérésie pour le quintuple Ballon d’Or, indigne de son statut, qui se paie même le luxe d’avoir trouvé plus souvent les montants que les filets adverses (4 – un record depuis 1966, à égalité avec Asamoah Gyan et Roberto Bettega).

L’ensemble de ces données démontre donc l’inefficacité persistante de Ronaldo sur les 3 éditions qu’il a disputées, mais ne présume en rien de celle qui arrive. Plusieurs facteurs peuvent notamment appuyer la thèse que ce 21e Mondial pourrait être celui de Ronaldo (du moins, statistiquement).

En premier lieu, l’âge du Portugais. A 33 ans, la Coupe du Monde en Russie sera la dernière où l’ex-Mancunien pourra afficher une forme optimale. Malgré une hygiène de vie régulièrement saluée, il semble peu probable de voir un Ronaldo au top lorsqu’il aura atteint les 37 ans à l’hiver 2022, dans des conditions climatiques qui pourraient fortement influer sur les performances.

Une efficacité phénoménale en sélection depuis son retour de blessure après l’Euro 2016 

Le trophée conquis il y a deux ans, malgré sa sortie prématurée en finale, aurait-il délesté Cristiano d’un poids ? Le Lusitanien s’avancera en tous cas dans le pays de Tolstoï comme le joueur le plus décisif des qualifications de la Zone Europe. Auteur de 15 buts et de 3 passes décisives, il affiche le chiffre ahurissant d’un but toutes les 51 minutes, le meilleur ratio de ces qualifications (pour les joueurs à plus de 5 buts inscrits).

De plus, cela n’aura pas échappé à ses nombreux suiveurs, Ronaldo a l’habitude de finir ces dernières saisons en club en trombe, étant grandement décisif dans les 3 Ligues des Champions glanées par le Real Madrid. L’exercice 2017/18 n’aura pas échappé à la règle, mis en valeur par le fossé entre phase aller et retour.

C’est donc avec l’idée que cette Coupe du Monde sera son juge de paix que le capitaine aux 150 sélections (un record national) débarque en Russie. Malgré son statut de champion d’Europe en titre, peu de monde voit le Portugal aller réussir le doublé Euro puis CdM que seule l’Espagne a réussi précédemment (2008 & 2010). Pour déjouer les pronostics, nul doute que le pays aura besoin d’un Ronaldo au sommet de son art. Lui qui a tout gagné en club, battu tous les records, serait-il possible qu’il achève sa carrière en ayant traversé la Coupe du Monde comme une ombre ? Réponse dans les semaines à venir…