Coupe Gambardella : la formation à Tours, un savoir-faire

Coupe Gambardella Orléans Tours
Crédit : Tours FC
Finaliste de la Coupe Gambardella contre Troyes, le Tours FC figure depuis plusieurs années parmi les meilleurs clubs formateurs de l'Hexagone.

La formation à Tours, c'est une marque de fabrique. Un savoir-faire, qui se confirme d'année en année et qui a débouché sur l'éclosion de joueurs comme Baptiste Santamaria (Angers), Saïf-Eddine Khaoui (Troyes) ou encore Bingourou Kamara (Strasbourg) ces dernières saisons. "À Tours, on a ouvert le centre avec Bernard Blaquart et les résultats ont été extrêmement rapides, avec un titre de champion de France U19 dès la troisième année, en 2014", confirme pour Goal le directeur du centre de formation, Cyrille Carrière. Quart de finaliste de la Coupe Gambardella en 2016, demi-finaliste lors des play-offs U17 l'an dernier et finaliste mardi de la Gambardella contre Troyes (17h15), le Tours FC fait honneur à sa réputation. Un bol d'air dans une saison noircie par le décès du jeune Thomas Rodriguez (18 ans) et la descente du club en National la saison prochaine.

"Valoriser les jeunes de la région"

"Notre parcours en Gambardella concrétise le bon travail du centre, indique l'entraîneur des U19, Nourredine El Ouardani. Il n'y a pas nécessairement besoin d'être à Monaco ou à Paris pour être en équipe de France. On a des joueurs qui sont appelés régulièrement, à l'image de Sambou Sissoko. Mais surtout, ils jouent avec les pros assez tôt. Ça a commencé avec la génération 95, de Santamaria, Khaoui et Cillard. Puis il y a eu la génération 96, avec Kamara. Et maintenant, on a Enzo Valentim, Salah Bouzrara, Quentin Constanciel, Stefano Caille et Grégoire Coudert qui ont accompagné Sambou avec l'équipe pro." Un coup de jeune pour le club, qui a mis l'accent sur le local pour dénicher ses futurs talents. "On n'a pas de cellule de recrutement, c'est nous qui recrutons, rappelle Cyrille Carrière. Le mercredi, on lâche nos équipes et on part sur les Pôles Espoirs ou les sélections".

PS Tours FC

L'article continue ci-dessous

"On a plutôt envie de valoriser les jeunes d'ici, ajoute Gilbert Zoonekynd, ancien entraîneur de l'équipe première et adjoint de Cyrille Carrière au centre de formation. La manière dont on fonctionne aujourd'hui a montré une certaine efficacité, même si avoir une cellule de recrutement a ses bons côtés". En charge des U17, Mickaël Ferreira s'est imprégné de ces méthodes de travail et souligne la nécessité de "bien cibler au niveau du secteur, des profils de joueurs et des catégories d'âge". La donne a d'ailleurs changé cette année puisque le club a fait appel à un regard extérieur, en la personne de David Beaudoin, pour donner un coup de main dans le recrutement de la génération 2003 notamment. "David a fait un boulot colossal. Il nous a libérés de ces tâches un peu lourdes et le recrutement des U14-U15 nous paraît être de bonne qualité", précise Cyrille Carrière.

"En National, il va falloir faire avec eux"

Sur la pelouse du Stade de France, plusieurs joueurs seront "locaux", à l'image du défenseur Imrane Bouchema, séduit à Tours par "la proximité et la confiance accordée aux jeunes". Son partenaire, Bengaly Kaba-Soares, raconte : "J'ai été repéré au pôle Espoirs, à l'IFR. C'était à côté et le club faisait jouer les jeunes assez tôt. Comme Imrane, ce sont des choses qui m'ont séduit." Mais le "peu de moyens" souligné par Nourredine El Ouardani, et qui ne va pas aller en s'arrangeant avec la descente en National, empêche le club de boxer dans la même catégorie que les cadors de l'Hexagone. "La réalité, c'est qu'on n'a pas les mêmes ressources qu'un club de Ligue 1, confirme Thomas Quiene, le conseiller du président Jean-Marc Ettori. Chaque joueur sur lequel on capitalise est un investissement fort de notre part et c'est en cela que le travail de Cyrille, Nourre et Gilbert est incroyable."

"En National, on veut repartir avec un état d'esprit différent, en intégrant petit à petit certains jeunes qui pointent le bout de leur nez en Gambardella ainsi qu'en National 3", annonce-t-il, soutenu par le directeur sportif du club, Franco Torchia. "Il va falloir faire avec nos jeunes. On va devoir les faire grandir plus vite, les accompagner avec des joueurs d'expérience qui pourront les aider parce que leur projet n'est pas le National. Leur projet, c'est la Ligue 2 voire la Ligue 1 pour certains. En revanche, le National peut être une richesse", assure l'ancien Manceau malgré la réticence de certains joueurs et de leur entourage. Mais la priorité est autre avec cette finale. Les jeunes U19 comptent bien ramener la première Coupe Gambardella de l'histoire du club à Tours. Et pour y parvenir, "il va falloir être concentrés, rigoureux et surtout solidaires", prévient Imrane Bouchema.

Fermer